Acrimed | Action Critique Médias
Vous êtes ici =>Les journalismes > Genres et pratiques > Sondologie et sondomanie : Sondages en tous genres > Valls sondagière : BVA convainc les Français malgré eux
Imprimer

Valls sondagière : BVA convainc les Français malgré eux

par Frédéric Lemaire, le 23 avril 2014

Le 16 avril 2014, Manuel Valls présentait le détail du plan de rigueur censé compenser les exonérations de cotisations patronales du « Pacte de responsabilité ». Dès les 17 et 18 avril, l’institut BVA réalisait pour i-Télé et Le Parisien un sondage dont radios, télévisions, journaux, sites de presse en ligne s’empressèrent de résumer la conclusion que chacun pouvait juger, selon son opinion, rassurante ou consternante : le nouveau Premier ministre aurait « convaincu une majorité de Français ».

Ainsi présentée, cette conclusion relève pourtant d’une grotesque supercherie. Pour s’en rendre compte, il faut, il est vrai, consulter le sondage en détail, plutôt que de prendre pour argent comptant les oracles des sondologues : une démarche critique minimale, manifestement hors de la portée de nombreux commentateurs pressés d’annoncer « ce que pensent les Français ».

Il suffit en effet de lire la synthèse de BVA pour constater que le principal résultat du sondage dont la plupart des médias se sont fait gorge chaude (« Manuel Valls a convaincu une majorité de français »), repose sur les réponses d’une partie seulement de l’échantillon initial des répondants (59 % d’entre eux seulement), constituée de « ceux qui ont vu ou entendu parler de son interview ».

Mais comment au juste ceux qui ont seulement « entendu parler de son interview » peuvent-ils juger si Manuel Valls a été convaincant ? Ce n’est pas la moindre question que pose cette méthode, qui revient à écarter d’emblée 41 % des répondants. Audacieuse innovation sondologique : pour affirmer qu’une majorité de Français approuvent le gouvernement, il suffit donc de faire comme si ces indifférents ou ces ignorants ne comptaient pour rien. Et d’évacuer cette très vraisemblable hypothèse : que, parmi eux, se trouvent des personnes qui ne sont pas particulièrement favorables ou enthousiastes à l’égard du nouveau gouvernement puisqu’elles n’ont pas daigné se renseigner sur une intervention publique présentée comme importante...

Ainsi lorsque Le Figaro, pas partisan pour un sou quand il s’agit de clamer le triomphe de l’austérité, titre « Plan Valls : les Français approuvent » et annonce « 50 % des Français ont été convaincus par les mesures d’économies présentées mercredi dernier par le Premier ministre », il s’agit d’un grossier contresens. Il aurait été plus juste de dire : « 41 % des Français se sont désintéressés de son intervention et parmi ceux qui l’ont vue, 27 % n’ont pas été convaincus ».

Mais cela même serait sujet à caution. Car il s’agit bien d’un échantillon de 580 personnes sur un échantillon initial constitué de 983 personnes interrogées par Internet et sélectionnées par téléphone. La marge d’erreur est donc de plus de 4 % si l’on s’en tient aux chiffres de BVA. Il est impossible de dire, même en suivant la logique du sondage, qu’« une majorité des Français qui ont vu son intervention ou en ont entendu parler ont été convaincus par Manuel Valls » compte tenu de la marge d’erreur.

Nul besoin d’être diplômé en statistiques pour relever ces lacunes élémentaires. Comment les sondeurs de BVA ont-ils pu ignorer le caractère non-représentatif de cet échantillon dans l’échantillon, dont l’opinion est assimilée à celle « des Français » ? Pourquoi n’ont-ils pas pris, dans leur synthèse, des précautions minimales compte tenu de la marge d’erreur ?

On peut certes se réjouir que la dépêche de l’AFP sur ce sondage invite à prendre du recul par rapport à ce résultat (« 59 % d’un échantillon de 983 personnes, un résultat à prendre donc avec précaution »). Mais de nombreux médias se sont néanmoins affranchis de tels scrupules. C’est le cas des commanditaires du sondage, Le Parisien et I-Télé, mais aussi France 2, Le Figaro ou Europe 1 (liste non exhaustive).

D’autres médias ont repris, même fugitivement, les précautions de l’AFP, mais cela ne les a pas empêché d’annoncer que « les Français soutenaient le plan de Manuel Valls ». En effet, selon la seconde partie du sondage, qui porte sur les mesures annoncées par Manuel Valls, les répondants seraient favorables à 4 des 5 mesures proposées. En fait il s’agit de 3 mesures sur 5 si l’on tient compte de la marge d’erreur. Mais peu importe : on retiendra que « les Français soutiennent le plan de Manuel Valls » sur la foi d’un échantillon dont 41 % n’ont même pas entendu parler de l’annonce du plan de Manuel Valls…

Mais le tour de force sondagier atteint sans doute la perfection avec la constitution, par amalgame, de la merveilleuse catégorie de « ceux qui ont vu ou entendu parler de son interview ». Peu importe aux sondeurs de savoir ce qu’ont retenu ceux qui ont vu l’entretien, ou ce qu’ont entendu ceux qui ont entendu... que Manuel Valls a parlé ?

Ainsi va la construction artificielle, par sondage, de l’« opinion publique »...

Frédéric Lemaire

Tourne avec Spip       Nous écrire, nous contacter | Mentions légales | Administration | Plan du site       Flux RSS   Haut de page
Site sous « Spip » - Webmaster Yanic Gornet - Optimisé pour Mozilla FireFox
Hébergeur associatif Globenet, hébergeur associatif - Notre éditeur : Editions Syllepse