Acrimed | Action Critique Médias
Vous êtes ici =>L’information > Société > Sexisme et journalisme > Twittomanie médiatique : comment réduire en bouillie une interpellation (...)
Imprimer

Twittomanie médiatique : comment réduire en bouillie une interpellation féministe

par Franz Peultier, le 24 février 2014

Twitter est un outil merveilleux, surtout pour les sites internet d’information générale. Ceux-ci peuvent y trouver, à tout instant de la journée, une discussion qui fera l’objet d’une « revue de tweets » rapide à faire. Qu’importe alors que le sujet soit grave : son traitement, lui, n’en sera que plus léger.

Le féminisme en a fait l’expérience le mardi 4 février. Ce jour-là, Valérie CG (@valerieCG sur Twitter) publie sur le réseau social une liste de conseils à l’attention des hommes qui veulent avoir un comportement féministe. Une « réaction à l’inertie d’une association de mecs censée déconstruire la virilité, et qui attend surtout, à mon sens, que les femmes leur disent quoi faire », explique-t-elle dans un entretien par mail. Parmi une vingtaine de conseils), un seul cristallise les réactions : « dans la rue la nuit si une femme est seule, je la dépasse vite en me mettant sur le trottoir d’en face pour montrer que tout est safe ».

« Nous ne sommes pas tous des agresseurs en puissance » et « il est ridicule de traverser la rue », font valoir des internautes, manifestement hors-sujet. « J’ai donné ce conseil précis, non pas pour qu’il soit pris au pied de la lettre mais pour qu’il y ait discussion autour de la peur des femmes dans l’espace public », indique Valérie CG.

Face à ces réactions, deux autres utilisatrices de Twitter (@mrsxroots et @The_Economiss) créent le « hashtag » [1] : #safedanslarue. Avec ce mot-clef, de nombreuses femmes exposent publiquement les réflexes, plus ou moins conscients, qui guident leur comportement quand elles sont seules dans la rue : garder la main sur les clefs, mettre ses écouteurs sans musique, faire semblant de passer un coup de fil quand elles se sentent suivies…

Toute personne ayant suivi le débat depuis le début, ou prenant la peine de remonter à sa source et de s’attarder sur les tweets de Valérie CG, peut alors comprendre qu’il ne s’agit pas, pour les utilisatrices de Twitter, de se donner des « astuces » pour rentrer sans encombres à la maison, mais de témoigner de la pression sociale exercée de façon permanente sur les femmes, élevées dans la peur d’être agressées et violées (à ce sujet, lire cet article de Valérie CG). Pourtant, c’est ainsi que la plupart des sites internet qui vont traiter ce hashtag vont l’interpréter. En l’espace de quelques heures, les articles commencent à fleurir.

Où l’on évoque de simples « astuces » échangées

À les lire, l’information, ce n’est pas que les femmes ont peur dans la rue, et encore moins les raisons de cette peur. L’information, c’est qu’il y a une discussion sur Twitter. Exemple sur le site de Madame Figaro : « #SafeDansLaRue : le nouveau débat qui agite Twitter ». Idem pour lexpress.fr, 20minutes.fr, Metronews.fr, Meltybuzz.fr, et les sites de Marie-Claire et Elle. Et ceux qui s’imaginent qu’il s’agit d’un « premier jet » annonciateur d’articles explorant le sujet en profondeur, se trompent lourdement : à l’heure où nous écrivons, deux semaines plus tard, pas un seul de ces sites ne s’est emparé de la question pour produire quelque chose de plus consistant.

Tous ces articles exposent rapidement l’origine du hashtag, puis se contentent de sélectionner quelques tweets publiés sur le sujet, avant éventuellement de conclure par un pertinent : « le débat est lancé… » Rien que de très classique finalement, certes, mais révélateur de la façon dont un problème de société peut être soulevé sur un réseau social, et vaporisé par sa reprise dans des médias en quête de « buzz », de « tweetclash » et autres bruits dont l’origine « numérique » est, à leurs yeux, pratiquement le seul intérêt. En l’occurrence, ne restera, aux yeux de beaucoup, que l’écume de « techniques » échangées par les femmes comme elles se seraient conseillé des produits de beauté.

« Les "techniques" se recoupent : la clé dans la main au cas où, le pas pressé, les écouteurs sans musique pour avoir l’air occupée mais rester aux aguets, jusqu’à la bombe lacrymo "en gel, pour être utilisée à l’intérieur" », écrit par exemple le site de 20 Minutes. « De nombreuses femmes, rassemblées derrière le hashtag #SafeDansLaRue, racontent, depuis mardi, leurs techniques pour se sentir en sécurité quand elles marchent dans la rue la nuit  », écrit Madame Figaro. Grazia parle de « techniques de prévention ». Elle.fr rapporte avec poésie que « les twittas confient leur sentiment d’insécurité. Pour se rassurer, elles citent toutes des techniques similaires. »

Une banalisation de la "culture du viol"

Mais le sommet est atteint par le site d’Europe 1. Dans un article intitulé « #SafeDansLaRue : comment se sentir en sécurité dans la rue ? », le site pose lui aussi le problème en choisissant l’angle des « techniques » échangées entre internautes. Mais Europe1.fr souffre d’un autre réflexe maladif : le recours systématique aux experts… au masculin, de préférence. D’où ce résultat surréaliste : à des femmes qui partagent leur expérience d’une pression sociale, le site répond : nous avons bien vu vos petites astuces, et un expert vient vous dire si elles sont utiles.

« D’une manière générale, toutes les twittos sont dans le vrai », assène ainsi, bienveillant, un professeur de self-defense. Les « twittos » ou « twittas » seront ravis d’avoir reçu son aval, mais, en tant qu’expert, il a quand même quelques recommandations à leur faire : « En cas de réelle agression, il vaut toutefois mieux fuir que se bagarrer » ; « dans une situation critique, si l’agresseur le demande, il ne faut pas hésiter à se séparer d’un bien matériel. » Le pire est atteint quand l’« expert » entretient lui-même les préjugés sociaux qui conditionnent la place des femmes dans l’espace public, en leur recommandant d’« identifier et éviter les zones à risques, comme les passages isolés ou peu éclairés », ou encore de «  surveiller sa tenue  », ce qui « reste efficace pour créer un sentiment de sécurité ». Et ne pas provoquer les violeurs qui rôdent ?...

« Pourquoi tous les journalistes ont foiré leur article ? Il y a le fait de produire sans réfléchir ; il y a le fait qu’ils n’ont pas le temps de réfléchir aussi : le rédacteur en chef leur en laisse-t-il l’opportunité ? », s’interroge Valérie CG, qui vise aussi « en partie, un déni de ce qui a été raconté sur le hashtag, à savoir la peur des femmes ». « Il y a collectivement un déni, ou une résignation autour du viol », explique-t-elle ainsi, évoquant une « culture du viol qui consiste à considérer que le viol est un événement inéluctable, contre lequel on ne peut rien faire et qui consiste in fine à naturaliser, excuser, tolérer, voire encourager le viol ». Or les médias participent de cette culture, par exemple « lorsqu’ils s’appesantissent sur une femme violée la nuit en lançant des conseils du type "évitez de rentrer seule", alors que toutes les statistiques montrent que les violeurs sont en général connus de la victime, qu’on viole autant la nuit que le jour et de préférence au domicile de la victime ou du violeur ». À ce titre, l’article d’Europe1.fr est exemplaire : il n’est nullement question d’interroger la place que s’arrogent les hommes dans la rue, et encore moins le fait qu’ils se sentent autorisés à harceler et agresser des femmes. C’est au contraire aux femmes de prendre leurs responsabilités.

***


« Twitter s’inquiète », « Twitter s’indigne », « Twitter sourit »... Avec cette matière prête à l’emploi livrée par les internautes – et dont l’exploitation est rendue très facile par la possibilité d’intégrer directement les tweets dans les articles –, les sites d’information ont à leur disposition tout le nécessaire à la publication rapide de contenus courts et sans intérêt qui apparaîtront en bonne place dans Google. Et tant pis si un sujet qui pourrait fournir matière à reportages, enquêtes et débats se glisse parmi les « hashtags » du jour : il sera (mal)traité comme les autres.

Franz Peultier

Notes

[1] Mot-dièse en français, ce terme désigne un mot-clef reliant tous les tweets postés sur un même sujet.

Tourne avec Spip       Nous écrire, nous contacter | Mentions légales | Administration | Plan du site       Flux RSS   Haut de page
Site sous « Spip » - Webmaster Yanic Gornet - Optimisé pour Mozilla FireFox
Hébergeur associatif Globenet, hébergeur associatif - Notre éditeur : Editions Syllepse