Acrimed | Action Critique Médias
Vous êtes ici =>L’information > Économie > Exercices de pédagogie économique > Droit de réponse au Point de l’Association des Professeurs de Sciences (...)
Imprimer

Droit de réponse au Point de l’Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales

le 3 janvier 2014

Nous publions ci-dessous, avec son autorisation, une demande de droit de réponse adressée au Point par l’Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales (APSES) et publiée sur son site (sous le titre « Droit de réponse au Point suite à l’éditorial de Pierre-Antoine Delhommais du 19 décembre 2013 »). Simple question : qu’est-ce qui distingue une libre opinion de la simple propagande quand un éditorial repose sur des informations fausses ou faussées ? (Acrimed)

jeudi 19 décembre 2013

Strasbourg, le 19 décembre 2013

Monsieur le directeur de la rédaction du Point,

L’Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales (APSES) tient à vous exprimer son indignation face aux propos aussi bien diffamatoires que peu informés tenus par Monsieur Pierre-Antoine Delhommais dans son éditorial daté du 19 décembre 2013.

Car pour en arriver à sa conclusion insultante (« Plutôt que de faire comprendre aux lycéens les mécanismes du marché et de cette "horrible" mondialisation libérale dans laquelle ils vont vivre et tenter de se trouver une place, l’Apses préfère former des citoyens-chômeurs parfaitement armés idéologiquement pour combattre le système »), Monsieur Delhommais déroule un argumentaire en tous points fallacieux :

- Comment en effet imputer une prétendue méconnaissance des Français et des jeunes en économie à l’enseignement des sciences économiques et sociales (SES) au lycée, alors justement que cet enseignement ne concerne qu’une minorité des personnes testées par des quiz censés mesurer leur culture économique ? Les bacheliers de la série ES, seule série du baccalauréat où les élèves bénéficient d’un enseignement de SES, ne représentent aujourd’hui que 15 % d’une classe d’âge, cette proportion étant encore inférieure pour les générations précédentes. Monsieur Pierre-Antoine Delhommais mettrait-il sur le compte des enseignants de chinois la faible connaissance de cette langue par la population française, alors même que l’enseignement du chinois ne concerne qu’une très faible minorité d’élèves ?

- Comment accorder du crédit aux critiques de notre enseignement convoquées par Monsieur Delhommais quand on connaît leur peu de fondements ? Michel Rocard est depuis bien longtemps revenu sur les propos qu’il avait tenus sur notre discipline. Concernant les propos de Francis Mer évoquant des « cours de Marxisme », il aurait suffi de consulter les programmes du lycée pour constater qu’ils relèvent de la pure fantaisie. Et lorsque Nicolas Sarkozy a qualifié en 2009 de « blague » la série ES au prétexte qu’elle ne permettrait pas de se présenter aux écoles de commerce, il devait ignorer qu’en 2006-2007, les bacheliers ES représentaient 43 % des élèves des classes préparatoires Économiques et Commerciales et 37 % des élèves intégrant 24 grandes écoles de la Banque Commune d’Épreuves, alors qu’ils ne représentent que 31 % des bacheliers généraux et que les places qui leur sont offertes en classes préparatoires étaient bien moindres que pour les bacheliers S. Le journalisme est un métier qui demande, sans doute, autant de sérieux et de compétences que l’enseignement de sciences économiques et sociales, si tant est évidemment que l’on veuille éviter les erreurs grossières et approximations douteuses.

- Comment également prendre au sérieux les critiques de l’Académie des Sciences Morales et Politiques quand leurs « experts » s’indignaient qu’un manuel de lycée, après avoir expliqué aux élèves le fonctionnement et l’intérêt des marchés financiers, leur en présente également les limites, au motif qu’il serait bien connu de tous les économistes « depuis les travaux d’Arrow et de Debreu, qu‘en l‘absence d’asymétries d‘information, des marchés financiers complets peuvent réaliser une allocation efficace des risques entre les agents » ? Une critique qui a en 2008 singulièrement manqué de clairvoyance, quelques mois avant la faillite de Lehman Brothers, emblématique de la crise des subprimes...

- Enfin, comment oser affirmer que les enseignants ne souhaitent pas faire comprendre à leurs élèves le fonctionnement de l’économie de marché et de la mondialisation, alors même que ces questions ont toujours été l’objet de longs développements dans les programmes de SES ? Parce que l’éditorial de Monsieur Delhommais, qui dénote l’absence d’un travail journalistique minimum, remet en cause l’intégrité professionnelle de tous les enseignants de SES qui ont chacun à cœur de faciliter l’insertion professionnelle de leurs élèves tout en leur donnant des clés de compréhension du monde dans lequel ils vivent, l’APSES sollicite un droit de réponse dans vos colonnes afin que vos lecteurs puissent avoir une information équilibrée. Nous vous prions de croire, Monsieur le directeur, en l’expression de notre sincère dévouement au service public d’Education Nationale.

Marjorie Galy Professeur de SES à Strasbourg Présidente de l’APSES

Tourne avec Spip       Nous écrire, nous contacter | Mentions légales | Administration | Plan du site       Flux RSS   Haut de page
Site sous « Spip » - Webmaster Yanic Gornet - Optimisé pour Mozilla FireFox
Hébergeur associatif Globenet, hébergeur associatif - Notre éditeur : Editions Syllepse