Acrimed | Action Critique Médias
Vous êtes ici =>Les journalismes > Mythes et réalités > Faits et méfaits divers > Typhon aux Philippines : pensées émues pour les Français et leurs (...)
Imprimer

En Bref

Typhon aux Philippines : pensées émues pour les Français et leurs domestiques

par Julien Salingue, le 13 novembre 2013

À l’heure où ces lignes sont écrites, le nombre total des victimes du typhon Haiyan, qui a frappé vendredi et samedi les Philippines, n’est pas encore connu, même si les autorités évoquent désormais le chiffre d’au moins 10.000 morts et plusieurs milliers de disparus. Une tragédie largement couverte, dans l’immédiat après-typhon tout du moins, par les médias français, avec malheureusement, comme à l’accoutumée, des propos pas très heureux, déplacés, voire franchement consternants.

Le journal Le Parisien s’est ainsi signalé en mettant en ligne dimanche matin, soit quelques heures après le drame, un premier article consacré au bilan provisoire des victimes du typhon, avec un titre qui en dit long sur les préoccupations de certains cerveaux parisiens et sur les dégâts du chauvinisme : « Typhon aux Philippines : pas de Français parmi les victimes à ce stade ». Une information, chacun l’avouera, essentielle et prioritaire, à l’heure où des milliers de cadavres flottaient encore dans les ruines des maisons inondées et détruites par Haiyan, et où les premiers secours peinaient à s’organiser [1].

Les secours ? Voilà qui intéresse d’autres médias, entre autres la presse quotidienne régionale (PQR), dont plusieurs titres ont consacré leur « une » au drame qui touche les Philippines et à l’organisation des secours. Mais le chauvinisme n’étant évidemment pas l’apanage des rédactions parisiennes, la PQR a su également se signaler, comme en témoigne par exemple cette « une » (très très) locale de La Nouvelle République (édition de Tours datée du 11 novembre) :

Une information de nouveau essentielle, qui mérite (au moins) de faire les gros titres, et qui ne manquera pas d’émouvoir les lecteurs de La Nouvelle République. Au mois autant, sinon plus, que les milliers de victimes du typhon, desquelles les rédacteurs du quotidien ont visiblement considéré qu’il n’était pas nécessaire de parler en « une », contrairement aux ptits gars du pays.

Alors que pourtant, comme le soulignent certains éditorialistes, les habitants des Philippines mériteraient toute notre attention, notre considération et notre soutien. C’est en tout cas l’avis de Bernard Guetta qui, dans une chronique diffusée le 12 novembre au matin sur France Inter, s’est ému de la tragédie. Mais la conclusion de son propos en dit long sur les ressorts de son émotion, et n’a rien à envier aux outrances du Parisien et de La Nouvelle République. Attention, ça décoiffe : « Et puis enfin, restées pauvres, les Philippines sont une terre d’émigration, grande exportatrice de personnels de maison anglophones et bien éduqués, particulièrement nombreux dans le Golfe et très appréciés des grandes familles américaines et européennes. Aujourd’hui dans l’épreuve, ce pays-monde a besoin d’aide ».

Un risque de pénurie de domestiques bien éduqués ? Voilà qui serait fâcheux. Les Français pourraient ainsi, finalement, compter parmi les victimes du typhon. On frémit.

Julien Salingue

Notes

[1] Notons, comme l’a également relevé Hicham Hamza sur son blog, que le titre de l’article a par la suite été changé, devenant « Typhon : au moins 10.000 morts et des scènes de pillage aux Philippines ».

Tourne avec Spip       Nous écrire, nous contacter | Mentions légales | Administration | Plan du site       Flux RSS   Haut de page
Site sous « Spip » - Webmaster Yanic Gornet - Optimisé pour Mozilla FireFox
Hébergeur associatif Globenet, hébergeur associatif - Notre éditeur : Editions Syllepse