Acrimed | Action Critique Médias
Vous êtes ici =>L’information > Société > Les médias et les mobilisations sociales > Nouveau gouvernement, nouvelles mobilisations (2012-...) > Grève à la SNCF, grève de l’information sur ses motifs : le train-train
Imprimer

Grève à la SNCF, grève de l’information sur ses motifs : le train-train

par Benjamin Accardo, le 21 juin 2013

Le 13 juin dernier, à l’appel de quatre syndicats de cheminots, une grève massivement suivie, notamment par les conducteurs, perturbait nationalement le trafic des trains, TER et RER. Pourquoi ? La question reste en suspens.

On sait le peu d’inclination des grands médias à s’étendre sur les motivations d’une grève dans les transports si ce n’est pour la dénigrer et la réduire à sa plus coupable conséquence, c’est-à-dire à sa dimension nuisible pour l’usager. Cette fois encore, en l’absence de « casseurs » ou de fomentateurs de « coup de poings » annoncés, susceptibles de dramatiser l’événement et d’exciter le voyeurisme des contemplateurs de la crise sociale, les principaux médias s’en sont tenu à de vagues allusions sur la réforme ferroviaire. Lorsqu’ils ne l’ont pas tout simplement tue.

Un rapide tour d’horizon du silence des médias sur des questions qu’ils ne se sont même pas donné la peine de se poser, n’est pas tout à fait inutile. Et toujours édifiant...

La grève a été marquée par une mobilisation exceptionnelle des contrôleurs et des agents de conduite de la SNCF (70 % de grévistes parmi eux), provoquant par conséquent de fortes perturbations de trafic sans lesquelles elle aurait pu rester inaperçue des « grands médias ». Mais comment insister sur cette mobilisation sans reconnaître une certaine légitimité à l’action des syndicats de cheminots (CGT, CFDT, SUD Rail, et Unsa) alors que les responsables de rédaction se montrent toujours prompts à décrédibiliser le mouvement social ? Les médias de grande diffusion ont donc adopté une attitude aussi routinière que sournoise : en parler peu, en parler mal. Encore qu’en parler serait déjà trop... l’évoquer seulement, donc. Car des raisons à l’origine de cette grève importante nous ne saurons rien ou presque. Qu’en est-il de cette « réforme ferroviaire » ? Quel est son contenu ? Quelles en sont les conséquences pour l’usager et pour les salariés de la SNCF ? Il faut chercher l’information ailleurs...

Ainsi, comme d’habitude, mais encore plus que d’habitude, nous avons assisté à une mise entre parenthèses des raisons de cette grève. Et à une mise en scène des récriminations individuelles. En mettant (mal ?)adroitement en avant les nuisances forcément « insupportables » que font subir ces grèves à une population forcément « excédée » et en dissimulant les fondements d’une grève, l’incurie des médias dominants met discrètement en évidence un malaise social qu’elle croyait taire. Voyons comment dans les médias audiovisuels de grande écoute.

RTL, 12 juin 2013

Le 12 juin, la veille de la grève, RTL, dans sa tranche d’information matinale, s’est enquis de l’avis d’une syndicaliste de la SNCF. On s’est pris à rêver qu’enfin, loin de la litanie plaintive sur les usagers pris en otages qui sert généralement de contre-argument à toute justification d’une grève dans les transports publics, on pouvait avoir l’analyse d’une protagoniste du mouvement.

« Oui grève dès ce soir à la SNCF jusqu’à vendredi matin : les cheminots protestent contre le rapprochement de la SNCF et du Réseau Ferré de France (RFF). Ils réclament aussi de meilleurs salaires et des effectifs supplémentaires, notamment pour sécuriser les trains et les gares car les agressions contre les agents se multiplient. Nathalie Bonnet de SUD Rail témoigne : “Il n’y a pas un jour où il n’y a pas de problèmes quasiment, alors soit train supprimé, soit train en retard. On comprend que les voyageurs soient excédés. Du coup, c’est ceux qui sont en vitrine, les guichetiers, les contrôleurs qui trinquent les premiers. On voit une grande gare parisienne comme la gare de Lyon qu’on a toujours connue, il y a dix ans, avec une cinquantaine de guichets. Aujourd’hui quand il y en a dix malheureux ouverts en matinée... En termes d’énervement des voyageurs, faire une file d’attente d’une heure pour acheter un billet, c’est pas normal. Donc les voyageurs sont fatigués.” »

Cela commençait plutôt bien. Mais, magie du tripatouillage, dans le témoignage diffusé, RTL ne retient rien des revendications des grévistes et ne laisse dire à Nathalie Bonnet que… ce que les auditeurs de RTL aimeraient entendre : peut-être aurait-il fallu rappeler, par honnêteté journalistique, que si les voyageurs sont fatigués, ils ne le sont sans doute pas plus que le personnel de la SNCF qui doit compenser une constante réduction des effectifs par une surcharge de travail individuelle et qui, parfois, n’y parvient pas. Passer de cinquante guichets à dix n’est pas sans conséquences sur la patience des usagers, certes. Mais si les médias se faisaient plus souvent l’écho et les accusateurs de ces politiques de cost-killer, peut-être que les usagers ne dirigeraient pas leur ressentiment contre les guichetiers…

Europe 1, 12 et 13 juin 2013

Cette fois la palme pour le plus gros effort consenti pour la couverture d’une grève à la SNCF revient sans conteste à Europe 1.

(1) Si le journal de 8h de Maxime Switek, le 12 juin, ne daigne accorder à « l’événement » qui se prépare qu’une douzaine de secondes, il consacre dans la foulée plus d’une minute trente à nous expliquer le fonctionnement d’une nouvelle « appli » pour smartphone qui permettra aux usagers... d’éviter les trains bondés ! Ça ne s’invente pas.

(2) Heureusement que le lendemain le journal de 8h d’Europe 1 se rattrape en y consacrant cette fois... moins de deux minutes. Sans doute suffisant si ce temps précieux était mis à profit pour rentrer dans les détails de la réforme. Mais :

- « Deuxième grand titre à la Une sur Europe 1. C’est cette grève à la SNCF avec un trafic déjà très perturbé ce matin. Quatre trains sur dix en moyenne. Ça concerne à la fois les TGV, les TER et les RER. […] La SNCF a fait un gros effort pour informer les passagers : 500 000 tracts distribués, un million de mails envoyés et les gilets rouges, évidemment, que l’on retrouve dans toutes les gares. On va voir tout de suite si ces efforts ont porté leurs fruits. Ariane Lorieux vous êtes en direct de la gare du Nord. Est-ce qu’il y a du monde en rade sur les quais ?  »
- « Eh bien oui Maxime...  »

On comprend immédiatement à quoi ces deux minutes seront consacrées. Et effectivement s’ensuit la description des quais bondés, la cohue, et l’inévitable témoignage de voyageurs en retard, énervés, en train de vivre – si l’on peut dire – une véritable « galère ».

Maxime Switek aura quand même consacré sept secondes de ce reportage pour conclure : « Je vous rappelle que cette grève se termine demain matin et qu’officiellement les cheminots protestent contre le projet de réforme ferroviaire. En résumé, ils redoutent le démantèlement de la SNCF. »

Un résumé, très résumé, d’on ne sait quoi !

Dans le journal de 12h du lendemain 14 juin, la grève n’est même plus mentionnée.

TF1, JT de 20 h, 13 juin 2013

«  Noir c’est noir. Ceux qui ont dû prendre les transports, train ou avion, cette semaine se souviendront des heures d’attente, des retards et des rendez-vous manqués. La grève à la SNCF, officiellement contre la réforme ferroviaire, a fortement perturbé le trafic partout en France. Jean-Baptiste Bouvet et nos équipes en région ont pris le train, regardez leur reportage.  »

« Officiellement » ? Il y aurait donc une raison officieuse ?

« Une innovation aujourd’hui, sur ces panneaux la SNCF n’affichait que les trains qui circulent. Lors des précédentes journées de grève, les voyageurs pouvaient lire ce type de renseignement. Tout serait donc une question d’image et de communication.  »

Après quelques témoignages : « Un million de mails envoyés, 500 000 tracts distribués et dans chaque gare des agents d’accueil, la SNCF met désormais en place un important dispositif d’information. La plupart des voyageurs étaient avertis, voilà pourquoi ces quais apparaissent souvent déserts, ici à Rouen, là à Toulouse, ou encore ce RER presque vide en Seine-Saint-Denis dans le sens banlieue-Paris. Ce mouvement social suivi par plus d’un tiers des salariés et sept conducteurs sur dix en grève, a provoqué d’importantes perturbations aux heures de pointe. Si les habitués des transports en commun se sont organisés ceux qui n’ont pas eu le choix ont été pris au piège à Paris ou encore à Marseille. »

Ou l’on apprend que l’on peut être averti et pris au piège.

Nouveaux témoignages, suivis de cette conclusion perfide, annonciatrice de grèves qui ne sont rituelles que pour les journalistes en charge des usagers : « Demain matin, retour à la normale jusqu’à la prochaine grève des cheminots, sûrement à l’automne durant les concertations sur la réforme des retraites. » Une occasion pour les médias, à n’en pas douter, d’informer sérieusement, cette fois, sur « les régimes spéciaux » et les « privilégiés » qui en bénéficient [1].

Le retour en plateau confirme que des motifs de la grève, il n’y a rien à dire :

- « Bonsoir Nathalie Pellerin, vous êtes à la gare de Lyon à Paris, on pourrait croire que la grève va s’achever ce soir, en fait il faut s’attendre à de nouvelles perturbations pour ceux qui devront prendre les transports en commun demain matin.
- Effectivement, la grève se termine à 8h demain matin mais il y aura des perturbations jusqu’à midi, le temps pour la SNCF de réorganiser le planning des trains et le planning des agents. Alors cette réorganisation va très vite pour les TGV, ils pourront donc circuler de façon normale dès le début de matinée, mais par contre en Île-de-France pour les transiliens qui sont beaucoup plus nombreux et dont la fréquence est beaucoup plus élevée, il faudra plus de temps : certains trains partent toutes les trois minutes pour certaines destinations. Là, il y aura des perturbations jusqu’en fin de matinée, le temps de tout remettre en ordre. Alors les voyageurs qui ont connu la galère ce matin en Île-de-France pourraient bien la connaître à nouveau demain matin ».

Impitoyables grévistes...

France 2, JT de 20 h, 13 juin 2013

Dans le JT de France 2 du même jour, même son de cloche : David Pujadas fait passer l’amère pilule d’une grève incompréhensible dans un reportage paresseux et expéditif (une minute et trente secondes) . Sans pour autant s’étendre sur la réforme ferroviaire qui pourrait éventuellement éclairer un citoyen attentif aux arcanes de la privatisation euro-compatible d’un service public des transports français. Il faut faire vite, il faut faire court et donc éluder....

Annonce des titres, par David Pujadas : « La grève massive à la SNCF : elle a été l’une des plus suivie de ces dernières années. Journée éprouvante pour les voyageurs. »

Et dix minutes, plus tard, David Pujadas : «  L’économie encore avec cette journée de fortes perturbations à la SNCF. TGV, trains régionaux, je vous le disais, la grève massivement suivie des cheminots contre la réforme ferroviaire a eu un très fort impact. Elle se poursuit jusqu’à demain matin. […] »

Et pour illustrer cette séquence, délicieusement dédiée à… « l’économie », l’inévitable reportage, sur fond d’images de voyageurs en gare :

« Patients ou résignés, toute la journée les voyageurs ont scruté les panneaux d’affichage. Aujourd’hui 4 TGV et TER sur 10 seulement ont circulé. Alors il a fallu s’adapter. » Une jeune femme : « Il a fallu tout changer, tous les programmes, tout le boulot ! On devait partir deux heures plus tard et on part deux heures plus tôt. » Et le commentaire de poursuivre : « Quelques minutes plus tard le sourire revient : un train arrive enfin en gare Montparnasse. Partout en France de fortes perturbations aujourd’hui. TGV, TER et transiliens. Plus d’un tiers des cheminots étaient en grève contre la réforme du système ferroviaire. Un mouvement annoncé mais pas toujours accepté. » Et à l’appui de cette étrange opposition, propos d’un usager : « Je suis dégoûté de ce qui se passe, écœuré ! » Un propos conforté par le témoignage d’une dame : « On était complètement écrabouillés dans le TER. Les gens poussaient et ne pouvaient pas monter. C’est infernal ! » Et le reportage de conclure : « À certains endroits les trains ont été remplacés par des bus comme ici à Aix-en-Provence. Les perturbations doivent durer jusqu’à 8 heures demain matin. »

Mais concernant les craintes et les motivations des grévistes, le journal de 20h de France 2 est encore moins disert. Moins bavard également sur le fait que les conditions de transport en toute sécurité des voyageurs sont étroitement liées à leurs conditions de travail sur lesquelles le JT de France 2 ne s’interrogera pas non plus. En revanche, il consacrera autant de temps à la sortie sur les écrans du dernier « Superman » et deux minutes de plus au scandale réchauffé de la « viande de cheval ». Ainsi qu’un long reportage compatissant de cinq minutes sur le meurtre d’une adolescente.

Journée éprouvante donc pour les usagers des trains. Mais aussi pour les « usagers » des médias qui pourraient s’inquiéter de ne pouvoir obtenir du journal télévisé de la chaîne publique autre chose qu’une brève sur un mouvement social massif. La réforme ferroviaire promise ne va-t-elle pas éprouver aussi le personnel de la SNCF ? Et les voyageurs ? À suivre... Peut-être.

Dès le lendemain de la grève, la matinale de France Inter n’apporte pas d’avantage d’éclaircissements sur les motifs (ou les « mobiles ») de cette grève.

Matinale de France Inter, 14 juin 2013

- Journal de 7h (14 minutes). Rien sur la grève.
- Journal de 7h30 (12 minutes). Ce conseil : « Allez, un peu de patience ce matin  : retour progressif à la normale sur les lignes SNCF d’ici une petite demi-heure maintenant. La grève des cheminots a, comme prévu, fortement perturbé le trafic hier. »
- Le Grand Journal de 8h (15 minutes 11 secondes). Rien sur la grève
- Journal de 9h (9 minutes 18 secondes) : « Officiellement la grève est finie à la SNCF et dans l’heure qui vient le trafic sera de nouveau assuré à 100 %. La mobilisation a été massive hier. 70 % des contrôleurs, 69 % des agents de conduite, selon la direction de la compagnie ferroviaire, mobilisés contre la réforme du rail  ». Quelle réforme du rail ?

Allez, « un peu de patience » et l’on verra France Inter se fendre de quelques minutes pour nous expliquer le contenu de cette réforme qui mobilise tant. On remarquera au passage que « La matinale », soucieuse d’informer sur la fin d’une grève sans motif apparent, informe plus longuement le même jour sur le groupe Daft Punk à qui elle consacre trois minutes, sur les soixante-dix ans de Johnny Halliday à qui elle abandonne onze minutes de temps d’antenne, et sur l’actualité de Nagui dont le « Taratata » est supprimé de France 2 et qui, en tant que victime, bénéficie de dix minutes de plaidoirie pour faire la promotion de son émission sur le net. Il sera d’ailleurs réinvité le 19 juin par Pascale Clark.

***

Bien sûr, l’observation de quelques journaux télévisés et radiophoniques (les plus écoutés) ne fait pas une analyse exhaustive du traitement de la grève. Mais si l’on peut trouver ici ou là, dans la presse écrite ou sur le net, des articles un peu plus complets et sérieux, on constate que les médias audiovisuels ont quasiment déserté le terrain de l’explication.

Car informer sur une grève ce n’est pas, jusqu’à preuve du contraire, informer simplement sur ses conséquences sur la vie des usagers. C’est aussi (et peut-être surtout) informer sur les conditions de travail et donc de vie des salariés, et par conséquent, sur les raisons d’une grève. Et pourquoi ne pas pousser l’exigence jusqu’à s’informer sur le contenu d’une réforme, quitte à le résumer ?

Mais comme le souligne un reportage du 13 juin sur RTL, « [...] Patrick, agent commercial ne décolère pas contre ce nouveau mouvement de grève [...]. Une salariée valenciennoise déplorait le manque d’informations : “Tous les guichets étaient fermés !” ».

Et pas seulement à la SNCF...

Benjamin Accardo

Notes

[1] Pour un avant-goût, voir comment le JT de France 2 prépare une nouvelle réforme des retraites.

Tourne avec Spip       Nous écrire, nous contacter | Mentions légales | Administration | Plan du site       Flux RSS   Haut de page
Site sous « Spip » - Webmaster Yanic Gornet - Optimisé pour Mozilla FireFox
Hébergeur associatif Globenet, hébergeur associatif - Notre éditeur : Editions Syllepse