Acrimed | Action Critique Médias
Vous êtes ici =>Les journalismes > Genres et pratiques > Entretiens audiovisuels > Patrick Cohen, Monsieur Loyal du cirque médiatique, et ses comparses
Imprimer

Patrick Cohen, Monsieur Loyal du cirque médiatique, et ses comparses

par Henri Maler, le 10 avril 2013

Nous avons déjà relevé, dans un article précédent – « Mélenchon antisémite ? De la “petite phrase” déformée au “clash” obsessionnel » – comment l’obsession du « clash » est devenue une sorte de maladie professionnelle du journalisme. À peine la polémique médiatiquement orchestrée qui permit de dire ou de laisser entendre que Mélenchon est antisémite s’était-elle éteinte sous cette forme, qu’elle rebondit sous une autre forme à partir du terme de « salopards » employé pour désigner les ministres européens. Examen rapide d’un rebond, suivi de l’examen plus détaillé de sa suite.

Cirque médiatique

Pendant la crise, le spectacle médiatique continue, doit continuer. Parmi ses organisateurs, Patrick Cohen dont le sens des responsabilités lui interdit d’interroger n’importe qui (comme on peut le lire ici même), et surtout de le faire n’importe comment. C’est pourquoi ce Monsieur Loyal des matinales de France Inter, le 26 mars 2013, plutôt que d’interroger Jean-Luc Mélenchon sur la situation économique et sociale en Europe ou tout simplement sur le Congrès du Parti de Gauche qui venait de se tenir entre le 22 et le 24 mars à Bordeaux ouvrit son interview par cette gravissime question : « À quoi ça sert les invectives en politique ? »

Et comme la première réponse de Jean-Luc Mélenchon n’avait pas assouvi son insatiable curiosité, il insista avec gourmandise. Ce qui nous valut sur 9’58 minutes d’entretien, 6’35 minutes consacrées au « style » de Mélenchon et son rapport aux médias, et le reste à... la situation à Chypre. Il vaut mieux écouter ces 9’58 pour pleinement apprécier la suite.

IMG/mp3/Jean-Luc_Melenchon_persiste_et_signe.mp3

Peu nous importe, du moins ici, ce que répondit Jean-Luc Mélenchon lors de cette séquence du cirque médiatique. Seul nous importe ceci : des entrepreneurs de spectacle ont pris le relais de Patrick Cohen et fait figurer cet entretien lui-même dans leurs programmes. Parmi eux, Ali Baddou qui, le jour même de la prestation de l’animateur de France Inter, invitait ce dernier, à peine quelques heures plus tard, dans l’émission « La Nouvelle Édition » sur Canal Plus.

Ali Badou accueillait donc Patrick Cohen. Et avant que ce dernier ne fasse son entrée sur le plateau, Ali Baddou annonce ce qui fera l’objet de l’entretien : «  Mais d’abord, réveil tonique pour les auditeurs de France Inter ce matin. Jean-Luc Mélenchon était l’invité de Patrick Cohen. Et, entre le café et la douche, on a pu notamment entendre ça. »

Pour qu’un interlocuteur passe pour un clown, il suffit de ne retenir qu’une maigre partie de son propos et de supprimer les questions auxquelles il répond ! Ce qui fut fait, comme le montre ce court extrait qui transforme un entretien en un nouveau numéro du cirque médiatique.

Invectives IMG/flv/nouvelle_edition_260313_1.flv
Invectives

Son rôle ayant été soigneusement éliminé d’un montage entièrement à charge, Monsieur Loyal est invité à entrer en scène. Place à la suite du spectacle, amorcée par un accueil non pas simplement courtois, mais franchement complice :

- Ali Baddou : « Les coulisses de cette interview avec notre invité, Patrick Cohen, qu’on a le plaisir d’accueillir ! » [Patrick Cohen entre sur le plateau en musique, Ali Baddou se lève et lui serre la main] Salut Patrick. Remis... Remis de ce qui s’est passé ce matin dans votre studio ?  » (Ils se rassoient tous les deux).
- Patrick Cohen (faussement étonné) : « Remis ? Pourquoi ? Oui. »
- Ali Baddou : « Non, mais blague à part, comment avez-vous fait pour garder votre calme ce matin ? »

Patrick Cohen est ainsi invité à s’accorder un droit de réponse supplémentaire, alors qu’il ne s’était pas privé de répondre lors de l’entretien le matin même.

Du cirque ? Quel cirque ?

- Patrick Cohen : « Bah, il faut... Une habitude d’abord. Il faut... Être sûr de la légitimité de ses questions. Face à quelqu’un qui vous dit que vous lui demandez n’importe quoi, que ce n’est pas le sujet, que ça n’a pas d’intérêt, etc., il faut, au fond de soi, être à peu près persuadé que... ça a un intérêt. »
- Ali Baddou (lui coupant la parole) : « Ça va loin. Ça va très très loin parce qu’il met en cause l’éthique même de votre métier quand il vous dit que vous participez à l’hypocrisie des médias, que vous êtes totalement coupé de la réalité et du peuple. »
- Patrick Cohen : «  C’est du cirque. C’est du cirque. »
- Ali Baddou : « C’est du cirque ?  »
- Patrick Cohen : « Oui, moi je considère ça comme du... comme du cirque. Enfin, il faut être un peu imperméable et avancer, etc. On a... »

Comme si le cirque en question n’était pas d’abord le cirque érigé par Patrick Cohen lui-même (et tant de ses confrères).

- Anne-Élisabeth Lemoine (lui coupant la parole) : « C’est ça, vous faites comme si il ne disait rien. Faut pas tenir compte de ses remarques ? Faut pas les relever ?  »
- Patrick Cohen : « Non, il faut... Y’a des limites. Enfin bon, après c’est... Il faut essayer de réagir assez vite parce qu’il y a une limite. »
- Ali Baddou : « Mais c’est laquelle, la limite ?  »
- Patrick Cohen : « Évidemment ça peut être infamant ou ça peut être une mise en cause personnelle. Mais je pense que la quasi-totalité des invectives – je n’ai pas fait la liste, il faudra que je réécoute peut-être, à mes moments perdus – la quasi-totalité des invectives qui étaient les siennes ce matin, c’était... C’était du... C’était du théâtre. »

Monsieur Loyal du spectacle de cirque dont il est l’organisateur, metteur en scène de la pièce de théâtre dont il est en même temps le principal acteur, Patrick Cohen ironise sur le rôle qu’aurait interprété Jean-Luc Mélenchon. Mais Ali Baddou ne l’entend pas de cette oreille. Il a entendu, lui, très approximativement, que Jean-Luc Mélenchon critiquait le spectacle lui-même, le scénario de la pièce.

- Ali Baddou : « Du théâtre ? Du spectacle ? Quand il vous met en cause directement ? Quand il vous rend complice de médias hypocrites, je le répète, aux ordres de la pensée dominante, malgré tout il exprime quelque chose qui est une petite musique qui infuse dans l’opinion. »

Comprenons bien ; ce qui, pour le délicat Ali Baddou, « infuse dans l’opinion », ce n’est pas la pensée dominante et le rôle que jouent les médias dans cette infusion… mais sa critique ! Ce que Patrick Cohen confirme aussitôt, en prenant L’Humanité à témoin.

- Patrick Cohen : « Enfin c’est surtout sa musique - la grosse caisse - qu’on a entendue ces derniers jours, davantage que ma musique à moi. [Anne-Élisabeth Lemoine et Patrick Cohen rigolent] Et puis, voilà. Même dans – je le citais, j’avais les citations sous les yeux – même dans L’Humanité, début de l’éditorial de L’Humanité : “une insulte ne vaut pas un argument.” » Enfin voilà donc ça… au sein de son camp, de son propre parti je savais que ça pose des questions [1]. Sa… sa violence verbale, sa rhétorique pose question… Enfin Nicolas le sait aussi bien que moi… » (Il montre Nicolas Domenach).
- Ali Baddou (l’interrompant) : « On va y venir sur le fond, justement, avec Nicolas. »

Et en attendant que « le fond » arrive, de poursuivre immédiatement :
- Ali Baddou : « Mais, il est plus dur à interviewer que Marine Le Pen, par exemple ? »

Comparaison ? Quelle comparaison ?

« Par exemple » ? Un exemple évidement pris au hasard… Reprenons.

- Ali Baddou : « […] Mais, il est plus dur à interviewer que Marine Le Pen, par exemple ? »
- Patrick Cohen : « Pardon ? »
- Ali Baddou : « Il est plus dur à interviewer que Marine le Pen ? »
- Patrick Cohen : Heu… Non je ne dirais pas ça. »
- Ali Baddou : « Non ? »
- Patrick Cohen : « Non, je ne dirais pas ça. Non, parce que, parce que [rire], au fond, il y a une grande différence avec Marine le Pen… »
- Ali Baddou : «  Laquelle ? »
- Patrick Cohen : « … dans ce type de circonstances, ah ben c’est… »
- Ali Baddou : « Les deux ont beaucoup d’énergie au réveil, hein, mais... »
- Patrick Cohen : « Oui, mais c’est que lui [Patrick Cohen pointe du doigt une photo géante de Jean-Luc Mélenchon accolée à une photo géante de Marine le Pen] il est très content d’être là, à ce micro. »
- Ali Baddou : « Mais vraiment ? »

Et Patrick Cohen de poursuivre pour expliquer cette « grande différence » [2] « Oui il est reparti ravi… Il est resté vingt minutes, il a discuté… Il y avait d’ailleurs une équipe de “Dimanche +” donc vous l’verrez sur cette même chaîne sans doute… Vous verrez les coulisses dimanche prochain chez Anne-Sophie Lapix qui le filmait. Oui, oui, oui, il était absolument ravi au final. »

Cette « grande différence » étant établie, en existe-t-il une autre ?

- Nicolas Domenach : « Nan, mais c’est une bonne question, quelles sont… pardon de relayer la… [il montre Ali Baddou du doigt]. Quels sont les clients les plus difficiles parce qu’effectivement tous ont leur part de spectacle, tous font du cirque, mais quel est le cirque le plus difficile à... au fond… »
- Anne-Élisabeth Lemoine : « … contrer ? »
- Nicolas Domenach : « … à contrer et… ? »
- Patrick Cohen : « Ben… Malheureusement je pense que Marine Le Pen est… est compliquée. »
- Ali Baddou : « Ouais. »
- Patrick Cohen : « Justement elle sera notre invitée demain matin. » (Rire général sur le plateau, propos inintelligibles).
- Anne-Élisabeth Lemoine : « C’est une bonne semaine ! »
- Ali Baddou : « On vous invitera pour que vous nous racontiez les coulisses de l’interview. Alors, qu’est ce qui lui a pris à Jean-Luc Mélenchon qu’était donc particulièrement en forme ce matin ? »

L’entretien eut effectivement lieu le lendemain et fut tellement courtois qu’Ali Baddou n’a pas renouvelé son invitation…

Le fond ? Quel fond ?

Reprenons et poursuivons, puisque le moment est venu d’aborder le fond.

- Ali Baddou : « […] Alors, qu’est ce qui lui a pris à Jean-Luc Mélenchon qui était donc particulièrement en forme ce matin ? »
- Nicolas Domenach : « Ben d’abord, Jean-Luc Mélenchon dit qu’il est caractériel, la vérité c’est qu’il a du caractère, on en manque peut-être en politique, il a un tempérament qui l’emporte parfois, il a une histoire personnelle aussi, bon… Très rapidement souvenez-vous, il faut s’en souvenir avec Jean-Luc Mélenchon, c’est un enfant du sud qu’a été arraché au soleil et qui a été transplanté brutalement dans la Normandie, il fait rarement soleil, mais ça arrive, mais pas assez pour lui, donc. »
- Anne-Élisabeth Lemoine : « Ah, c’est qu’une affaire de météo ? Ah ah ! »
- Nicolas Domenach : « Non mais, non mais, c’est important de savoir ça… »
- Ali Baddou : « Vraiment ? »
- Nicolas Domenach : … « Quand on interviewe les gens, de savoir d’où ils viennent, quelle est leur histoire, quelle est son histoire politique… »
- Patrick Cohen : « C’est Mowgli quoi... » (Rires sur le plateau. Jean-Luc Mélenchon, enfant sauvage ? Il est de toute évidence plus facile pour Patrick Cohen d’invectiver son invité... quand celui-ci ne peut pas répondre).

- Nicolas Domenach : « Mais oui, non mais il y a de ça… Quelle est son histoire politique aussi au sein du Parti socialiste, il a été constamment humilié par ces messieurs de l’énarchie qui, quand ils parlaient politique au bureau national du Parti socialiste, ricanaient, faisaient des blagues à son détriment. »
- Ali Baddou : « Vraiment, alors même qu’il était un notable du PS, il était sénateur très jeune et qu’il y est resté des années et des années… ? »
- Nicolas Domenach : « Mais oui, il a toujours été méprisé, [il se tourne vers Patrick Cohen] vous êtes d’accord. »
- Patrick Cohen : « Et il a un énorme besoin de reconnaissance. »
- Nicolas Domenach : « Et il a un besoin terrible. »
- Patrick Cohen : « Aujourd’hui encore c’est ce qui… c’est l’un de ses moteurs. »

Après cette prouesse du journalisme d’investigation psychologique « de fond », les subtils analystes ne craignant pas la contradiction, diffusent un passage où Jean-Luc Mélenchon expose ce qui relève très clairement d’une stratégie réfléchie, et non d’un trait de caractère issu d’on ne sait quelle blessure narcissique :
- Nicolas Domenach : « C’est un de ses moteurs. Et il a une stratégie de rupture avec la pensée unique médiatique, et il l’a expliquée, d’ailleurs très calmement, à un auditeur, écoutez… »

Et l’on entend ceci (vidéo à l’appui) :

« Le conflit n’est pas que négatif. Au contraire. Nous provoquons la conscience, en parlant cru et dru et en nommant les problèmes. Mais je le fais avec mes mots, si vous le voulez bien […] »

- Anne-Élisabeth Lemoine : « Mais est-ce que son message passe encore ? Il y a tellement de grosse caisse, de cinéma et de théâtre, est-ce que son message, il est encore efficace ? »
- Patrick Cohen : « Ce qui est sûr c’est que, à ce moment-là, il répondait à un auditeur effectivement, qui avait appelé la station, qui se présentait comme un militant de Parti de Gauche… »
- Ali Baddou : « Ouais ! »
- Patrick Cohen : « … et l’expression, les phrases qu’il a employées c’étaient exactement celles de son discours de clôture du congrès, dimanche à Bordeaux, « parler dru et cru » et cetera. Et dans son discours il y avait, il y a des éléments de fond évidemment… »
- Ali Baddou : « … bien sûr. »
- Patrick Cohen : « … et on a essayé de parler du fond, de Chypre notamment, pas de tous les sujets, mais le débat, c’est est-ce que cette grosse caisse ne parasite pas… »
- Anne-Élisabeth Lemoine : « Mais ouais ! … on a l’impression que oui ! » (Fin inintelligible).
- Ali Baddou : « … justement dans les urnes par exemple, Nicolas, comment est-ce que ça se traduit, parce que pour le moment est-ce qu’il réussit sa percée ? Médiatiquement, oui, mais politiquement ? »
- Nicolas Domenach : « On l’oublie mais il a quand même réussi une percée relative. Alors il a un risque de marginalisation, c’est vrai, mais il a quand même réussi à éclipser totalement Besancenot, hein ! À l’extrême gauche, c’est lui le boss maintenant ! Et il a aussi capitalisé sur un certain nombre d’idées fortes : contre le capitalisme, les multinationales, contre cette Europe qui se couche, hein, devant les grandes puissances financières ! Il est… Il a aussi un style, hein : c’est un ténor formidable, un orateur exceptionnel qui parle rude je vous l’ai dit plusieurs fois, et il a, au fond, il est resté sur cette ligne qu’il avait fixé, souvenez-vous, ça tient en deux mots, en trois. »

Extraits d’un discours de Jean-Luc Mélenchon sur le bruit, la fureur, le tumulte et le fracas, ce qui fait même quatre mots !

Non seulement on a abordé le fond, mais on l’a touché !

Henri Maler, grâce aux transcriptions de Vincent Bollenot et Leïla Bergougnoux et à la vidéo réalisée par Ricar.

NB Et selon un logique imparable de déperdition de tout contenu, l’entretien et sa suite mutilée sur Canal Plus devaient faire le « buzz », notamment sur les site Ozap : du « clash » commenté aux coulisses, dans lesquelles Le Lab d’Europe1 pénétra lui ausssi.

Notes

[1] Patrick Cohen cite en effet, mais à peu près et hors contexte, comme permet de le vérifier l’éditorial de L’Humanité, dans lequel on peut lire exactement : « si le conflit est moins à redouter que le consensus mou, l’insulte ne remplacera jamais l’argument. »

[2] On n’a retenu ici que la succession de phrases de Patrick Cohen, sans tenir compte des interruptions.

Tourne avec Spip       Nous écrire, nous contacter | Mentions légales | Administration | Plan du site       Flux RSS   Haut de page
Site sous « Spip » - Webmaster Yanic Gornet - Optimisé pour Mozilla FireFox
Hébergeur associatif Globenet, hébergeur associatif - Notre éditeur : Editions Syllepse