Observatoire des media

ACRIMED

Sauvez Canard PC !

Nous publions ci-dessous un appel à soutien lancé par Canard PC, l’un des seuls titres indépendants de la presse vidéoludique, dont le co-fondateur, Ivan Gaudé, avait participé à un Jeudi d’Acrimed en mai 2017.

Canard PC, lancé en 2003 par une petite équipe de journalistes issue du magazine Joystick, est devenu une référence des magazines de jeux vidéo grâce à son indépendance et sa liberté de ton. Malgré son ton parfois intensément idiot, Canard PC est reconnu pour son sérieux sur le fond, ce qui nous a amenés à travailler avec des médias extérieurs au jeu vidéo, tels que par exemple Mediapart récemment pour une longue enquête ou Arrêt sur Images pour une série d’émissions.

Aujourd’hui, la quasi-faillite du premier distributeur de presse en France menace directement la survie de Canard PC. Nous avons des solutions pour esquiver ce piège mortel, mais nous avons besoin de vous, nos lecteurs, pour les réaliser.

Mais d’abord, quelques explications.

Comment Presstalis nous entraîne dans sa chute

Presstalis (anciennement NMPP, Nouvelles messageries de la presse parisienne), c’est la société qui s’occupe d’abord de l’acheminement de nos magazines vers les points de vente (votre kiosque ou marchand de presse). Puis qui collecte les revenus de nos ventes. Et finalement qui nous les reverse (enfin, d’habitude…), après avoir pris une commission importante (entre 40 % et 50 % pour nous). Sauf qu’en décembre 2017 et janvier 2018, parce qu’elle s’est retrouvée au bord de la faillite, Presstalis a décidé de garder pour elle 25 % de l’argent qu’elle nous devait (rien de personnel, hein, ils ont fait le coup à tous leurs clients éditeurs). Autrement dit, durant ces deux mois, Presstalis s’est octroyé pas loin de 75 % du revenu de nos ventes !



Le pire, c’est que cela ne suffit pas. Les pertes accumulées sont tellement abyssales (on parle de 300 millions d’euros) que pour sauver Presstalis, les autorités de régulation de la distribution de la presse (où siègent principalement les grands éditeurs) veulent désormais imposer un prélèvement de 2,25 % sur les revenus des magazines pendant cinq ans. Même ceux qui sont distribués par MLP (Messageries lyonnaises de presse, le concurrent de Presstalis) seront touchés, par un prélèvement ramené au dernier moment à 1 % du chiffre d’affaires. Il paraît que c’est pour « sauver le système ».



Il y a juste un problème : comme pour beaucoup d’indépendants, la marge de Presse Non-Stop (la société qui édite Canard PC) est inférieure à 2,25 %, et le fait qu’on nous ait taxé 75 % de nos revenus pendant deux mois n’arrange rien. Nous ne pouvons tout simplement pas payer.

Donc en somme, si Presstalis fait faillite, c’est la cata : la distribution des magazines va être cauchemardesque le temps de trouver une solution. Mais si Presstalis est sauvée aux conditions qu’on nous annonce, c’est la cata tout pareil pour nous. Qu’ils soient chez Presstalis ou MLP, le piège s’est refermé sur nos deux magazines.

Canard PC doit passer mensuel

Jusqu’en décembre 2017, cette crise de la distribution était inimaginable et c’est pourquoi nous avions préparé une nouvelle formule du magazine qui a été lancée le 1er février. Pas de bol, aujourd’hui, cette nouvelle formule est obsolète et il faut tout remettre à zéro.



Contrairement à un trimestriel comme Canard PC Hardware, qui vend beaucoup mais peu souvent, un bimensuel comme Canard PC repose sur des ventes moins importantes, mais très fréquentes. Les bénéfices sont faibles, car il faut payer les coûts de distribution et d’impression deux fois par mois, mais les 21 filets d’eau par an forment finalement un ruisseau suffisant. C’est un modèle qui nous a permis de vivre pendant 15 ans mais qui a l’inconvénient d’être très vulnérable aux conditions de la distribution. La crise d’aujourd’hui et les ponctions voulues par Presstalis rendent ce modèle invivable. Il faut que Canard PC se transforme.

Pour survivre à ce qui s’annonce, Canard PC va devoir publier moins de numéros chaque année, afin de diminuer ses coûts de distribution, et mieux vendre chaque numéro. Devenir mensuel est aujourd’hui la meilleure solution pour continuer d’exister sur papier tout en traitant correctement l’actualité, c’est aussi le meilleur compromis entre coûts de distribution et fréquence de parution pour couvrir l’actualité du jeu vidéo.



Nous ne voulons pas voir cela comme une fin, mais un début : ce sera une troisième vie pour Canard PC, qui a déjà connu avec succès une évolution de ce type début 2007, quand il est passé d’hebdomadaire à bimensuel. Et c’est finalement un retour aux sources pour ses fondateurs qui ont codirigé le magazine Joystick des années 1990 !

Nous allons faire un nouveau Canard PC. Il aura la même impertinence, la même qualité de contenu, la même approche radicale dans les choix éditoriaux avec encore plus de recul dans le tri des informations intéressantes, les mêmes reportages et idioties. Tant qu’à faire, il sera aussi bien plus beau et agréable (avec un joli dos carré pour remplacer les agrafes), et plus épais (au moins 100 pages par numéro). Même si le prix au numéro va nécessairement augmenter, il reviendra moins cher que deux magazines par mois comme actuellement.

Se transformer, tout en restant indépendant

Depuis son lancement en 2003, Canard PC a su rester indépendant malgré bien des crises. Nous avons eu notre lot de tuiles imprévisibles, par exemple l’incendie de notre imprimerie en 2004 trois mois après notre lancement ou au contraire la destruction à la lance à incendie d’une partie de nos exemplaires quelques années après par des grévistes NMPP énervés (oui, déjà). Mais nous confisquer l’argent de nos ventes, ça, c’est nouveau, personne ne l’avait encore jamais fait.



Ces deux dernières années, nous avons mis en route une évolution vers le numérique impliquant des investissements humains et financiers assez lourds. Le lancement de notre site web sur abonnement, dont le développement a été financé grâce à un extraordinaire mouvement participatif, était une étape importante pour notre futur. Il a été financé exclusivement par les abonnements que nous avons honorés pendant un an et qui arrivent à échéance en ce moment (nous avons publié le détail de l’utilisation des fonds du Kickstarter en février).

La crise d’aujourd’hui va nous coûter très cher et c’est toute notre organisation qu’il faut revoir. Mais au moins, maintenant que le site existe grâce à vous tous, il peut servir de première pierre pour des développements ultérieurs, par exemple d’autres publications payantes numériques, dont Canard PC Hardware un jour. Grâce à lui, nous pouvons utiliser la crise actuelle comme un électrochoc pour voir plus loin et accélérer notre développement.



Ce passage en mensuel pourrait constituer une occasion de réaliser, plus vite que nous l’avions prévu, nos projets pour le Canard PC de 2020 : un média qui allierait les bénéfices du web (réactivité, contact avec nos lecteurs...) avec ceux du papier (proposer douze fois par an un mensuel de qualité, une synthèse de ce qui s’est passé d’important dans le monde du jeu vidéo et d’idiot dans le cerveau mutualisé de la rédaction). Une complémentarité qui nous paraît adaptée à la fois aux contraintes qui pèsent sur nous et aux usages de la presse du XXIe siècle.



Plus loin encore, notre ambition à terme est de transformer Canard PC en une référence sur Internet qui aille au-delà du jeu vidéo, dans les domaines du matériel, des loisirs numériques et de la technologie. Un média payant par abonnement qui offrira à ses lecteurs tout ce que l’équipe de Canard PC sait faire de mieux : des articles de qualité, rédigés en parfaite indépendance vis-à-vis des éditeurs ou des constructeurs, avec le sérieux sur le fond mais surtout pas sur la forme qui nous caractérise. Nous couvrons déjà le jeu vidéo et le hardware, il ne nous reste plus qu’à ressusciter feu Humanoïde (sous forme d’un site web cette fois), et de pouvoir proposer à ceux qui le souhaitent un abonnement numérique englobant le tout pour un prix annuel inférieur à celui d’un abonnement papier actuel à Canard PC.

Soutenez Canard PC

Avec votre soutien, la menace actuelle peut se transformer en un formidable accélérateur de nos projets, si toutefois ils rencontrent vos envies. Lors de cette campagne de financement participatif, vous pouvez nous aider en souscrivant un abonnement numérique de soutien, dont la durée est largement symbolique par rapport au prix, et dont le montant servira à nous sortir de ce traquenard par le haut, avec de grandes ambitions.



En cas de succès, et dans cet esprit, pour nous guider sur les évolutions futures et tester nos idées, nous constituerons avec les contributeurs qui le souhaitent une sorte de club informel des amis de Canard PC : les membres seront régulièrement consultés en avant-première sur les projets envisagés par Canard PC et Canard PC Hardware et ils nous aideront à mieux définir les projets à venir.

À quoi va servir le financement ?

100 000€ : sauvons Canard PC

Avec cette somme, nous avons de quoi payer la taxe Presstalis pesant sur nos magazines en 2018, et les moyens de sauver Canard PC en le passant mensuel. En serrant les dents et en esquivant les balles, nous pouvons nous refaire une santé en 2019.

Pourquoi cette somme précisément ?

- 40 000€ pour encaisser le sale coût de Presstalis sur 2018 : rien qu’avec les mesures déjà annoncées (les 25 % pris, et les 2,25 % ou 1 % à venir), le « sauvetage » de Presstalis va nous coûter directement plus de 100 000€ sur 5 ans, dont environ 40 000€ dès cette année.

- 40 000€ à 60 000€ pour passer Canard PC mensuel sans léser les abonnés : avec le changement de périodicité, les abonnements existants seront convertis en abonnements au mensuel. Comme ce dernier aura moins de numéros par an, les abonnements actuels vont être prolongés pour ne léser personne, ce sont des rentrées d’argent (entre 40 000€ et 60 000€) qui vont nous manquer cette année et mettre notre trésorerie dans le rouge.

150 000€ : oublions Presstalis

Avec la somme supplémentaire, nous savons que nous pouvons supporter la taxe de 2,25 % et 1 % sur 5 ans pendant que nous menons à bien notre transformation. Cela nous met dans une situation beaucoup plus rassurante.

- Encaisser le sale coût de Presstalis sur la totalité des 5 ans : Nous avons en caisse de quoi payer ce que Presstalis va nous coûter directement sur les cinq prochaines années avec ses fameux 25 %, 2,25 % et 1 %, soit environ 100 000€.
- 40 000€ à 60 000€ pour passer Canard PC mensuel sans léser les abonnés : comme expliqué précédemment, le passage au mensuel va entraîner un allongement des abonnements existants pour ne léser personne et donc un important manque de trésorerie pour nous au moment du changement.

Et ensuite ?

Si nos lecteurs nous suivent, nous avons des projets à vous proposer pour que la crise de Presstalis devienne une opportunité pour accélérer notre développement au-delà du seul jeu vidéo ou du papier.

À propos du porteur de projet

Fondée en 2003 par cinq anciens journalistes du mensuel Joystick attachés à leur liberté, la société Presse Non-stop (qui édite Canard PC et Canard PC Hardware) a fait le pari d’éditer des journaux qui comptent avant tout sur leurs lecteurs : plus de 87 % de son chiffre d’affaires vient des ventes en kiosque ou par abonnement, et moins de 13 % des recettes publicitaires. Elle emploie une quinzaine de personnes, majoritairement journalistes.

- Entre Que Choisir et Fluide glacial : Depuis 15 ans, le magazine Canard PC passe en revue l’actualité du jeu vidéo (PC, consoles et mobiles) de façon indépendante et volontairement caustique. Humoristique, indépendante et engagée, notre ligne éditoriale n’a pas changé depuis la fondation pour la bonne raison que nous sommes le seul magazine de jeux vidéo en France à exister depuis 15 ans sans interruption ni changement de propriétaire. Depuis mai 2017, Canard PC est intégralement disponible en ligne sur abonnement sur le site www.canardpc.com. Vous pouvez suivre Canard PC sur Twitter (@Canardpcredac) et sur Facebook (CanardPCmagazine).

- La bible du hardware : Canard PC Hardware est la référence française des tests indépendants sur le matériel informatique et l’univers du high-tech. Il s’adresse aussi bien aux experts qui y trouveront des informations pointues qu’aux débutants qui apprécieront son approche didactique. Qu’il s’agisse de composants informatiques ou de produits électroniques plus grand public, Canard PC Hardware est LA source d’informations fiable et indépendante à consulter avant d’acheter du matériel. Publié initialement sous la forme d’un hors-série annuel « Spécial Hardware » du magazine de jeux vidéo Canard PC, Canard PC Hardware est devenu un trimestriel à part entière en mai 2009. Vous pouvez suivre Canard PC Hardware sur Twitter (@cpchardware) et sur le web www.cpchardware.com.

 
  • Enregistrer au format PDF

Souscription 2018Souscription 2018

A la une

Halte à la loi secret des affaires !

Pétition - Loi sur le secret des affaires : ne laissons pas les entreprises et les banques d’affaires imposer la loi du silence !

Réforme de la SNCF (7) : les gardiens du consensus sont de retour

La crème de l’éditocratie en attente de « pédagogie ».

Actualité des médias n°14 (mars 2018)

Du côté des programmes, des informations et des entreprises médiatiques.