Observatoire des media

ACRIMED

Poursuite-bâillon : Bolloré s’acharne contre Bastamag

par Denis Souchon,

Quand le groupe Bolloré utilise l’artillerie juridique afin d’essayer de bâillonner le site d’informations Bastamag pour avoir publié un article « consacré à un problème aussi essentiel que l’exploitation des terres agricoles en Afrique et en Asie et son impact sur les populations et l’environnement [qui] présente incontestablement un caractère d’intérêt général » [1], article dans lequel il est notamment question de pratiques du groupe Bolloré.

Rappel des faits

- Le 12 octobre 2012 Bastamag publie un article de Nadia Djabali titré « Bolloré, Crédit agricole, Louis Dreyfus : ces groupes français, champions de l’accaparement de terres ».

- Le 5 février 2016 la rédaction de Bastamag publie un article [2] dans lequel elle nous apprend que « L’audience du procès en diffamation que le groupe Bolloré intente à Bastamag se déroulera le jeudi 11 février ». Ce procès est intenté par le groupe Bolloré car celui-ci « estime diffamatoire pas moins de huit paragraphes – ainsi que le titre et le surtitre – d[e] [l’]article de synthèse publié par Bastamag [le 12] octobre 2012 et consacré à la question de l’accaparement des terres, ces appropriations de terres à grande échelle par des fonds d’investissements ou des multinationales, principalement en Afrique et en Asie. »

- Le 14 avril 2016 Bastamag informe ses lecteurs [3] que « Poursuivis en diffamation par le groupe Bolloré pour un article pointant le rôle de grandes entreprises françaises dans le phénomène d’accaparement des terres, le directeur de publication et les journalistes de Bastamag ont été relaxés ce 14 avril par le Tribunal de grande instance de Paris. »

- Le 28 avril 2016 Bastamag rend publique l’information selon laquelle « ce lundi 25 avril, le groupe Bolloré a fait savoir qu’il faisait appel de ce jugement [du 14 avril 2016] ».


Toute ressemblance avec d’autres événements n’est pas fortuite

Le groupe Bolloré applique à Bastamag la stratégie de la poursuite-bâillon qu’Alain Garrigou décrit ainsi : elle « consiste, pour des citoyens riches, ou des entreprises, à attaquer leurs critiques sur le terrain judiciaire. Rejouant la partie du pot de fer contre le pot de terre, ils tentent ainsi d’imposer à leurs adversaires des frais judiciaires démesurés. Quant à eux, ils ne risquent pas grand-chose, puisque leur fortune leur permet de perdre en justice. Ils soulignent le danger de s’en prendre à eux, même avec de bonnes raisons. »

Alain Garrigou est bien placé pour analyser ce type de pratique car il y a été exposé en tant que directeur de la publication de l’Observatoire des sondages [4].

Dévoiler des intérêts et des pratiques des dominants ne va pas sans risque. Et nous faisons nôtres les propos de la rédaction de Bastamag : « Diffuser ces informations, participer au nécessaire débat démocratique sur ces sujets, serait-il devenu impossible ? La décision du groupe Bolloré de faire appel de ce jugement pose des questions essentielles sur la liberté d’informer, en particulier sur les activités des multinationales. Est-il encore possible de parler de ces sujets sans risquer une longue procédure judiciaire ? »

Pour soutenir Bastamag, c’est ici.



Denis Souchon



Post-Scriptum : Rappelons que le 8 octobre 2015 le groupe Bolloré a déposé une seconde plainte en diffamation contre Bastamag [5] pour un article publié le 29 octobre 2014. Le marathon judiciaire continue.

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Comme le note le jugement rendu le 14 avril 2016 par la 17ème chambre du Tribunal de grande instance de Paris.

La meute des éditocrates

Des professionnels du commentaire.

Jeudi d’Acrimed : la « vie au poste » de Samuel Gontier, journaliste de canapé (15 décembre)

Retour sur huit années de gardes à vue télévisuelles.