Observatoire des media

ACRIMED

Ouest-France : quand la famille Hutin défend sa conception de la famille

par Henri Maler,

À deux reprises en quelques semaines, la famille Hutin, propriétaire du principal quotidien français, a éditorialisé sur la famille et la mort. D’abord, le 1er juillet 2012, ce fut Jeanne Emmanuelle Hutin, fille du PDG, François-Régis Hutin, qui s’est fendu d’un édito intitulé « Des repères stables pour surmonter la crise ». Le 11 août, c’est François-Régis en personne, qui s’est livré, sous le titre « Prière, mariage homosexuel, euthanasie », à une exégèse de la prière que le cardinal Vingt-Trois, président de la Conférence épiscopale de France, a rédigée pour être lue dans tous les diocèses le 15 août. Liberté d’opinion ?

On s’épargnera de discuter longuement les « arguments » de ces chrétiens catastrophés par les perspectives de l’ouverture du mariage aux couples homosexuels et d’une forme d’autorisation de l’euthanasie. C’est sans surprise ! L’homophobie, fort peu dissimulée, de la prose de la famille Hutin participe, dit-on, de la liberté d’expression. Les protestations légitimes n’ont pas manqué, comme on peut le lire dans une article publié sur le site Yagg ou dans cet autre, bien documenté, publié par Rue89.

Mais, dans le cas présent, la confusion est, une fois de plus, totale, entre la liberté de la presse et la liberté des patrons de presse… d’imposer aux journalistes des médias qu’ils possèdent et à leur lecteurs, non la lecture de « points de vue », mais d’éditoriaux qui engagent l’orientation d’un titre qui, dans le cas présent, est en position de monopole quasi-complet dans 26 départements.

Il faudrait que cela cesse : telle sera notre prière du 15 août.

Henri Maler

 
  • Enregistrer au format PDF

Danièle Obono et les malaises du contorsionniste Jean-Michel Aphatie

Un éditocrate cocardier twitte avec la meute, rétropédale en avançant, patine en reculant et se prend les pieds dans le tapis : par chance, le ridicule éditocratique ne tue (...)

Sexisme médiatique ordinaire chez Thierry Ardisson

Salut les sexistes !

Petite histoire des ordonnances de 1944 sur la liberté de la presse et de leur destin

Des « jours heureux » aux mauvais jours de la presse.