Observatoire des media

ACRIMED

Nuit debout : il faut (encore) sauver le soldat Finkielkraut

par Frédéric Lemaire, Julien Salingue,

Indignation générale : Alain Finkielkraut se serait fait « expulser », selon ses propres termes, de la place de la République où se tenait une assemblée générale du mouvement Nuit debout. Et l’académicien d’expliquer qu’« on a voulu purifier la place de la République de [s]a présence ». Dans la foulée, les médias dominants se sont empressés de reprendre à leur compte la version des faits présentée par Alain Finkielkraut. Pourtant d’autres témoignages, ainsi que des vidéos filmées sur place, montrent que les événements ne se sont pas exactement passés ainsi. Peu importe : la machine médiatique s’est déjà emballée, et auto-entretient un torrent de commentaires indignés et de débats faussés… Énième expression des solidarités de caste à l’œuvre dans l’éditocratie, dont nombre de représentants ne semblent s’intéresser aux mobilisations sociales que lorsqu’il est question de délégitimer ces dernières.

Une information essentielle

Difficile de passer à côté, ce dimanche, de l’information du jour. Installée en Une de Google actualités, elle est largement relayée : sur les sites du Monde, de Libération, de L’Obs, de L’Express, du Point ou des Inrocks en passant par Challenges, voire Closer. La presse quotidienne régionale n’est pas en reste (Ouest-France, Le Télégramme, La Voix du Nord…)

Les articles, souvent rédigés sur la base de dépêches d’agence, titrent sur l’« expulsion » d’Alain Finkielkraut, « chassé de la République » et du rassemblement du mouvement Nuit debout. Ils reprennent des extraits de la vidéo de l’incident qui montre le philosophe médiatique, enjoint à « se casser » par quelques personnes présentes sur la place de la République. Des insultes sont échangées de part et d’autre : aux « fachos » qui lui sont adressés, Finkielkraut réplique, furieux : « fascistes », puis « pauvre conne » à une femme qui l’interpelle.




Une seconde vidéo est diffusée, tournée juste après les faits. Elle recueille la réaction d’Alain Finkielkraut, qui affirme notamment que si plusieurs personnes de la commission « sérénité » de Nuit debout (présentée comme le service d’ordre) n’étaient pas intervenues, il se serait « fait lyncher ».

Les chaînes d’information en continu reprennent la dépêche ainsi que des extraits de ces vidéos dans leurs journaux. Ainsi, sur Itélé, Audrey Pulvar interroge ses invités du « 18h politique » sur « l’expulsion » d’Alain Finkielkraut « d’un rassemblement qui se veut démocratique et ouvert à tous ». Invitée sur BFM TV, Najat Vallaud Belkacem est, elle aussi, interpellée au sujet de ces événements. Des extraits des vidéos sont présentés dans le journal télévisé de France 2. La journaliste commente le départ de Finkielkraut « sous les insultes de la foule, pas aussi tolérante qu’elle ne voudrait apparaître », et s’interroge sur le sectarisme du mouvement Nuit debout, « oubliant » soigneusement de relever que, comme on peut pourtant le voir à l’image, Alain Finkielkraut a pu assister à l’Assemblée générale sans être chahuté.


Des commentaires indispensables

Les commentaires ne se font pas attendre. Pour Le Parisien, « les images sont navrantes ». Jérémy Collado, dans Marianne, souligne finement que « c’est étrange, pour un collectif qui se gausse de démocratie, de ne pas accueillir ceux qui ne pensent pas comme lui ». Le directeur de Libération, Laurent Joffrin, met quant à lui en garde contre « une repolitisation sectaire » du mouvement et enjoint aux participants à Nuit debout de « se désolidariser sans nuances de ce comportement ». Sur Slate, Claude Askolovitch voit dans les contempteurs du philosophe « des copies pâlichonnes des gardes rouges de Mao ».





D’autres figures médiatiques réagissent sur Twitter ; la palme du commentaire rageur sur Nuit debout revenant au rédacteur en chef adjoint du Figaro Samuel Potier :





Bernard-Henri Lévy s’est – évidemment – lui aussi fendu d’un tweet vengeur :





D’autres réactions, tout aussi indispensables et mesurées, en vrac :










Et pourtant…

S’il dénonce une scène « d’intolérance primaire », « navrante », Jonathan Bouchet-Petersen reconnaît néanmoins, dans Libération, qu’elle était prévisible. Il se garde de l’associer à l’ensemble du mouvement Nuit debout – contrairement à de nombreux commentateurs. La nuance a son importance. Si l’on en croit un témoignage recueilli par Europe 1, Finkielkraut a pu librement assister à l’assemblée générale. Son « expulsion » serait le fait de « deux, trois mecs un peu agressifs » en marge du mouvement. Selon Arrêt sur images, Finkielkraut avait pu se promener plusieurs dizaines de minutes avant d’être invectivé. Et il a alors été entouré par plusieurs membres de la « commission sérénité » du mouvement.

Deux membres de la commission « sérénité » ont d’ailleurs publié, le lundi 18 avril, un témoignage qui relate une tout autre version des faits. Ainsi :

Très factuellement d’abord, rappelons que M. Finkielkraut assistait depuis plus d’une heure à l’Assemblée populaire avant que certains n’exigent son départ. Là où Libération imagine un libre penseur agressé par une foule menaçante, nous avons vu au contraire un académicien étonnamment vulgaire menacer de « coups de latte » les quatre ou cinq personnes révoltées qui criaient pour réclamer son départ. En l’escortant jusqu’au trottoir, nous ne l’avons en aucun cas contraint à partir (il s’est au contraire montré surpris d’être protégé à Nuit Debout – ce qui laisse entrevoir l’accueil qu’il imaginait lui être réservé), tout comme nous ne l’avons pas protégé physiquement, puisque personne n’a tenté ni de le menacer ni de le suivre au-delà de la place.

Faut-il les croire sur parole ? Pas nécessairement. Mais l’on ne peut qu’être frappé du fait que tous les « indignés » d’un jour n’ont guère pris la peine de vérifier leurs informations avant de s’épancher sur Twitter et dans des éditoriaux. Certes, le témoignage que nous venons de citer n’a été publié « que » lundi, soit plus de 24 heures après « l’incident ». Mais les « indignés » ont-ils seulement pris la peine de vérifier leurs informations ? Ont-ils cherché à contacter d’éventuels témoins ? Se sont-ils rendus sur place, dimanche, pour recueillir la version des participants à Nuit debout ? De toute évidence, non [1]. Ou quand la parole de l’académicien devient parole d’Évangile, et que les logiques d’identification de caste prennent le pas sur la prudence que devraient s’imposer celles et ceux qui prétendent, à défaut d’informer, commenter l’actualité.

Sans que la moindre vérification soit opérée, la machine médiatique s’est ainsi mise en route… Les invités politiques ont été sommés de réagir à cet « événement » – et ne s’en sont pas privés [2]. Ces réactions vont, à leur tour, être l’objet de nouveaux commentaires et articles et alimenter la bulle médiatique autour d’un événement à première vue assez anecdotique. Autre exemple symptomatique de l’emballement médiatique : sur le site de RMC, les lecteurs eux-mêmes sont invités à répondre à un pseudo-sondage :

Quel entrain ! On aurait aimé que, par exemple, les violences policières commises au cours des dernières semaines soient elles aussi l’objet d’une telle attention ! Mais malgré nos recherches, nous n’avons guère trouvé de « sondages » demandant au public s’il était « choqué par les violences policières », ni de tweets indignés d’éditorialistes « choqués », et encore moins de questions posées aux responsables politiques quant à leur opinion, non sur les « violences » des manifestants, mais sur celles commises par les forces de police.

De toute évidence, il y a « violence » et « violence », et l’éditocratie est beaucoup plus prompte à s’indigner, à protester et à médire lorsqu’un philosophe médiatique ou une chemise sont pris pour cibles par des mouvements de contestation sociale que lorsque les classes populaires ou les militants sont victimes de la violence, qu’elle soit patronale ou d’État. Les solidarités de caste sont décidément omniprésentes au sein d’une éditocratie qui n’hésite pas à condamner ou à moquer les solidarités de classe en raillant, par exemple, celles et ceux qui se mobilisent contre la Loi El Khomri alors qu’ils ne seraient « pas concernés ».


***

Ce bref tour d’horizon des réactions à l’« expulsion » d’Alain Finkielkraut montre le caractère disproportionné et biaisé du traitement médiatique dont elle a fait l’objet. Il n’est probablement pas, dans tous les cas du moins, le résultat d’une volonté délibérée de nuire à Nuit debout. Mais toujours est-il que, pour certains responsables politiques et éditorialistes, cet emballement est du pain bénit : l’occasion de dénoncer le prétendu « sectarisme » des participants des rassemblements Nuit debout, dont le succès agace autant qu’il interroge. Cet emballement est d’autant plus visible qu’il met en valeur la sous-information chronique sur le mouvement (et en particulier ses déclinaisons hors de Paris), son existence et ses revendications, et d’une sur-« information » sur les moindres incidents « en marge du mouvement », comme les médias le disent eux-mêmes.

Certains s’inquiètent de la liberté d’expression d’Alain Finkielkraut, se posant soudain en gardiens d’un pluralisme dont ils n’ont cure le reste de l’année, quand ils ne s’en prennent pas directement à celles et ceux qui osent s’exprimer dans les médias alors que la parole ne leur est jamais donnée [3]. Qu’ils se rassurent : depuis les sombres événements de samedi soir, Finkielkraut a eu l’occasion de plaider sa cause dès le lendemain dans l’émission d’Elisabeth Levy « L’esprit de l’escalier », en partenariat avec Radio RCJ et Causeur, et il est intervenu lundi, au micro de la matinale de France Culture [4].

Et ce n’est probablement qu’un début…


Frédéric Lemaire et Julien Salingue



Post-Scriptum : Pour conclure sur une pointe d’humour :



 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Contrairement aux « Décodeurs » du Monde qui ont pris le temps de rétablir « les faits », faisant ainsi un travail de… journalistes.

[2Pour Dominique Reynié, Nuit debout serait « le fascisme qui vient ». Les soutiens de Finkielkraut se comptent à droite et à l’extrême droite : Marion Maréchal Le Pen, Nicolas Dupont Aignan, Éric Ciotti, Alain Juppé… mais aussi parmi certains responsables socialistes comme Najat Vallaud Belkacem ou Jérôme Guedj.

[3Voir notamment le premier épisode de notre série « Il faut sauver le soldat Finkielkraut », consacré aux suites de l’intervention de Wiam Berhouma lors de l’émission « Des paroles et des actes » du 21 janvier 2016, au cours de laquelle celle qui devait seulement « témoigner » avait osé s’en prendre au maître.

[4Une intervention au cours de laquelle il a eu l’occasion de philosopher avec le sens de la nuance auquel nous sommes désormais habitués : « On commence par purger, comme s’il n’y avait pas eu de XXe siècle, comme s’il n’y avait pas eu d’expériences totalitaires, on commence par purger cette communauté de toute présence divergente, dissidente, étrangère. Je pense qu’il y avait des gens à Nuit Debout qui sont désolés de ce qui m’est arrivé, mais visiblement ils étaient très minoritaires. »

Jeudi d’Acrimed : mobilisations contre la Loi Travail, le retour des chiens de garde

Le 29 septembre 2016 à Paris, avec Sophie Binet (CGT) et Frédéric Lemaire (Acrimed).

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.