Observatoire des media

ACRIMED

Michel Crépu : copinages, connivences et renvois d’ascenseur

par Denis Souchon,

Début février 2015 Gallimard publie un livre de Michel Crépu. L’analyse de certains comptes-rendus de ce livre qui finira dans les « assortiments jaunis des bouquinistes » permet d’exposer les pratiques d’un tout petit monde.

- 1 – Dans un compte-rendu du dernier livre de Michel Crépu (chroniqueur au Masque et la plume de France Inter) publié dans Le Figaro Magazine du 6 février 2015 Frédéric Beigbeder (ancien chroniqueur au Masque et la plume de France Inter) loue « un humour qui snobe le chagrin » .

Dans le numéro d’avril 2015 La NRF, dirigée par Michel Crépu depuis janvier 2015, est publié un texte de ... Frédéric Beigbeder.

Dans L’Express du 26 juin 2001 Michel Crépu chantait les louanges d’un livre (aujourd’hui oublié) de Frédéric Beigbeder, tandis que dans L’Express du 1er avril 1999 Crépu Michel lançait des fleurs à un livre (aujourd’hui oublié) de Beigbeder Frédéric : « Du ton, de la drôlerie, de l’allant. »

Enfin, clou du spectacle Crépu / Beigbeder, Michel Crépu et Frédéric Beigbeder ont été membres du jury du Prix Décembre en 2003, 2004 et de 2008 à 2010.

- 2 – Dans Le Figaro du 10 février 2015 Etienne de Montéty (lauréat du Prix des Deux Magots en 2014) se lâche à propos du dernier livre de Michel Crépu (lauréat du Prix des Deux Magots en 2012) : « Livre profond et pénétrant (...) une plume légère ».

Dans L’Express du 19 avril 2001 Michel Crépu saluait un livre (aujourd’hui oublié) d’ ...Etienne de Montéty : « Honoré d’Estienne d’Orves, auquel Etienne de Montety vient de consacrer un beau livre ».

En 2008 Michel Crépu et Etienne de Montéty étaient membres du jury du prix Bernanos (source : La Croix du 19 juin 2008).

- 3 – Le 1er mars 2015 Jérôme Garcin publie dans La Provence un compte-rendu plein de vapeurs d’encens du dernier livre de Michel Crépu : « Michel Crépu, 60 ans, biographe de Bossuet et de Chateaubriand, nouveau patron de la prestigieuse "Nouvelle Revue Française" (...) beau livre bref qui appartient au registre de la gratitude, à la musique du regret (...) son livre le plus émouvant, le plus loyal, et le plus spirituel » .

Le 3 avril 2015 L’Obs met en ligne un compte-rendu du livre de Crépu Michel par Garcin Jérôme qui en profite pour liquider son stock d’encens : « Un livre où la peine est douce comme la suspension de l’Ami 6 familiale et dont la prose n’est jamais tonitruante. Ni larmes, ni cris, ni révolte, ni colère dans cet éloge pizzicato de la modestie, dans ce traité de gratitude. (...) sa liste éloquente de beaux portraits français ». Jérôme Garcin est le producteur/animateur du « Masque et la plume » sur France Inter, une émission qui compte parmi ses chroniqueurs un certain... Michel Crépu.

Comme nous l’écrivions déjà en 2011 Michel Crépu a souvent louangé des livres (aujourd’hui oubliés) de son patron Jérôme Garcin :

Michel Crépu, autre camarade de jeu de Jérôme Garcin, avait gagné ses galons d’ami dans les années 90 avec quelques critiques élogieuses. Dans La Croix (2 mars 1998) : « Il y a là une émotion retenue, une sourde volonté, une forme d’amour farouche qui donnent le ton. Et ce ton est juste » Dans L’Express (10 septembre 1998) : « Littérature Vagabonde [est un] délicieux tour de visites admiratives et amicales auprès de quelques-uns des plus beaux écrivains de France et de langue française. » Aujourd’hui, devenu critique littéraire dans la Revue des deux mondes il n’oublie pas d’accueillir avec allégeance les livres de son employeur : « Mais n’est-ce pas le sujet profond de ce livre, capter un peu du mystère de tels individus rêvés aussi bien que réels ? Une sorte d’essence française où Garcin tendrait la main, une fois de plus, au Nourrissier d’En avant, calme et droit  ? » (avril 2010).

Enfin, cerise sur le gâteau Crépu / Garcin (un étouffe-chrétien ?) , Michel Crépu et Jérôme Garcin ont été membres du jury du Prix Décembre en 2003, 2004 et de 2008 à 2010.

- 4 – Dans un compte-rendu du dernier livre de Michel Crépu publié dans La Croix du 4 mars 2015 Francine de Martinoir est au sommet de son art de critique littéraire : « Ce très beau récit (...) le questionnement métaphysique, fil rouge qui court dans les textes de Michel Crépu ».

Michel Crépu est un ancien journaliste de ... La Croix et a aussi été rédacteur de La revue des deux mondes de 2002 à 2014, période pendant laquelle Francine de Martinoir a publié des comptes-rendus (aujourd’hui oubliés) de livres dans ... La revue des deux mondes.

Dans La Croix du 12 juillet 2007 Francine de Martinoir s’enflammait pour un livre (aujourd’hui oublié) de Michel Crépu : « Cette superbe étude ».

Dans La Croix du 8 septembre 1997 Michel Crépu faisait un compte-rendu débridé d’un livre (aujourd’hui oublié) de Francine de Martinoir : « Ce très beau livre de Francine de Martinoir (…) Avec infiniment de délicatesse et une sensualité retenue, Francine de Martinoir dessine en creux un véritable roman d’apprentissage. »

- 5 – Toujours dans La Croix, le 14 mars 2015, Bruno Frappat est touché par la grâce quand il écrit à propos du dernier livre de son ancien employé Michel Crépu : « Francine de Martinoir a déjà dit dans La Croix du 5 mars tout le bien que l’on peut penser du dernier livre de Michel Crépu. (…) Un très beau livre (…) un livre admirable de ton et de justesse. Dans le style éblouissant de Michel Crépu, qu’ont bien connu les lecteurs de La Croix où il dirigea longtemps les pages littéraires avant de s’envoler vers d’autres cieux. (…) » .

Dans L’Express du 3 mai 2001 Michel Crépu rendait compte avec ferveur d’un livre (aujourd’hui oublié) de Bruno Frappat qui à l’époque était son patron à La Croix : « Le directeur de la rédaction de La Croix, toxicomane avéré de l’ « info », n’en pratique pas moins, avec élégance, un art de la distance chroniqueuse. D’un côté, l’édito à chaud ; de l’autre, un filet jeté sur l’air du temps. Le recueil que voici relève de ce dernier exercice. (…) Précis, aigu, formidablement rétif au préjugé : c’est ici le travail d’un honnête homme. Au temps du virtuel et du simulacre, Frappat fait entendre une voix. Serait-ce le dernier courage journalistique ? »


***



Michel Crépu, spécialiste avéré des copinages, connivences et renvois d’ascenseur, pratique ainsi, avec élégance, un art du placement éditorial. D’un côté, une carrière de journaliste (L’Express, La Croix, « Le Masque et la Plume ») créatrice d’obligations et d’obligés ; de l’autre, la direction de revues (La revue des deux mondes puis La NRF) et la participation à des jurys de prix littéraires (Prix Décembre, Prix Bernanos) génératrices d’allégeances. Au soi-disant temps du virtuel et du simulacre, Crépu fait entendre une voix. Serait-ce celle des marchands du Temple (littéraire) ?

Denis Souchon

 
  • Enregistrer au format PDF

Pseudo-journalisme politique au Parisien : ça va durer encore longtemps ?

Personnalisation partout, politique nulle part.

Ces médias qui ont besoin de notre soutien : le site d’informations Basta !

« Pour une information indépendante, sans publicités ni algorithmes. »