Observatoire des media

ACRIMED

Lire : Journalistes précaires, journalistes au quotidien, d’Alain Accardo et alii (extraits)

Présentation, suivie d’extraits en .pdf.

Parution : 20/04/2007 ISBN : 978-2-7489-0064-4 896 pages 11 x 18 cm 18.00 Euros

Pour le commander en ligne, voir sur le site des Editions Agone

Présentation :

Le secteur de la presse est certainement de ceux où la précarisation des petits salariés est la plus galopante. La corporation, pourtant truffée de grandes consciences toujours prêtes à délivrer des leçons d’humanisme sans frontières, ne s’émeut guère de la condition galérienne qui est faite, en son sein, à des milliers de jeunes complaisamment livrés à l’arbitraire des employeurs par les écoles de journalisme.

Le grand public ne connaît généralement du journalisme que sa vitrine la plus clinquante. Il ignore à quel degré de médiocrité intellectuelle et d’imposture morale est parvenue, sous la conduite de ses élites autoproclamées, cette corporation où une minorité privilégiée régente avec arrogance et sans compassion une masse de jeunes gens auxquels quelques années d’études post-baccalauréat sans véritable substance ont permis d’atteindre ce niveau officiellement certifié d’inculture branchée et culottée, bavarde et narcissique, que semble apprécier et favoriser le monde politico-médiatique.

En plus d’un ensemble d’analyses des conditions sociales de fonctionnement, le lecteur trouvera dans cet ouvrage, sous la forme d’entretiens approfondis avec divers professionnels (presse écrite, quotidienne, nationale ou régionale, de magazine, télé, radio, etc.), une série de témoignages à la fois très éclairants et très émouvants sur le monde journalistique. Et, au-delà, sur une intelligentsia prolétaroïde dramatiquement représentative de ce que les métiers de la communication sont devenus aujourd’hui.

Pour le commander en ligne, voir sur le site des Editions Agone

Gilles Balbastre, « Précarité et fabrication de l’information », p. 489-515 (extraits en .pdf) :

 
  • Enregistrer au format PDF

Poursuite de la lente asphyxie de France Télévisions

De moins en moins de moyens, des projets de plus en plus redoutables.

Double peine publicitaire pour les lecteurs des Inrockuptibles

Coïncidence fâcheuse ou noces (lucratives) de la publicité et du « rédactionnel » ?

Jeudi d’Acrimed : la précarisation du métier de photojournaliste (19 octobre)

… à 19h. à la Bourse du travail (Paris 10e)