Observatoire des media

ACRIMED

Lire : Dernier shoot pour l’enfer, de Ludo Sterman (roman)

par Henri Maler,

Nous sommes prévenus par l’auteur : « Bien qu’inspirée de faits bien réels et fondée sur de nombreux témoignages et documents, cette histoire est une fiction. » En quoi concerne-t-elle ou peut-elle concerner la critique des médias ?

Ludo Sterman, l’auteur de cette fiction – Dernier shoot pour l’enfer [1] – est un ancien journaliste sportif du journal L’Équipe. Mais c’est sous un pseudonyme qu’il publie un récit qui met en scène… un journaliste sportif, Julian Milner, qui a commencé une carrière prometteuse au journal… Le Sport.

Ce journaliste (de fiction), auteur d’une bibliographie sur le héros (fictif) de la coupe du monde de football de 1998, Angel Novella, est amené, à la suite du suicide d’une autre star de cette coupe du monde, Sébastien Peyron, à entreprendre une enquête. Avec pour résultat un article (fictif) publié dans un journal (fictif) – un article que rappelle ainsi la quatrième de couverture (au risque de déflorer le roman) : « Cette information est une bombe. Après plusieurs mois d’enquête, témoignages à l’appui, nous sommes en mesure de révéler que le titre de champion du monde de football de 1998 a été remporté par la France à la suite d’un dopage organisé. »

Une fiction, certes, mais étayée sur les propos d’un personnage réel – le docteur Jean-Pierre de Mondenard – sur les méthodes de dopage et leurs effets (p. 195-203) [2].

Une fiction qui dénonce les dérives du « sport business » et les complaisances dont elles bénéficient du côté de la presse sportive, et notamment du journal Le Sport, dont les mœurs et les acteurs – imaginaires… – sont évoqués avec acidité.

Lisant ce premier roman, sans se prononcer sur ses qualités littéraires, on ne peut que se demander quels sont ces faits bien réels, ainsi que les nombreux témoignages et documents qui l’ont inspiré. En quoi cette fiction n’est-elle pas totalement fictive ? Pour quelles raisons, outre son goût pour la littérature, l’auteur a-t-il eu recours au détour de la fiction pour mettre en question, non seulement le dopage, mais aussi et surtout, pour ce qui nous concerne, les pratiques du journalisme sportif. Nous lui demanderons.

Henri Maler

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Fayard, avril 2012, 365 pages, 19 €.

[2Voir la bibliographie dans l’article que consacre Wikipédia à Jean-Pierre de Mondenard et en particulier l’entretien que ce dernier a accordé au Monde, publié le 28 novembre 2011 sous le titre « Dopage : “Le football, champion du monde de l’omerta” ».

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.

Mardi Cinéma d’Acrimed : « À l’intérieur des rédactions » (cycle de projections-débats)

Au cinéma La Clef (Paris 5e) avec quatre documentaires réalisés à l’intérieur de la rédaction de quotidiens de presse.

La mairie de Lille intente un procès à La Brique

« Votre feuille de chou n’aurait pas sa place sur un marché ! »

Zemmour superstar

Il dit n’importe quoi... et tout le monde en parle !