Observatoire des media

ACRIMED

Les projets du Président Macron pour les médias et l’audiovisuel public

par Blaise Magnin,

À lire son programme, le désormais Président Macron, qui, il est vrai, n’eut pas trop à se plaindre du traitement qu’ils lui ont réservé depuis plus d’un an, considère apparemment les médias comme un sujet mineur. Nous l’avions noté en recensant les mesures concernant les médias dans les programmes des différents candidats : regroupées dans le septième et dernier point d’un vaste chapitre fourre-tout consacré à « la culture », au nombre de quatre, les propositions officielles d’Emmanuel Macron en la matière sont à la fois pauvres et floues. Ce qui ne les empêche pas d’être inquiétantes.

L’intitulé du septième objectif du candidat Macron dans le domaine culturel, « Protéger l’indépendance éditoriale des médias d’information et conforter les médias de service public », est aussi prometteur que… retors. En effet, dans la novlangue macrono-libérale, les verbes « protéger » et « conforter » prennent un sens très particulier.

- Première proposition : « Créer un nouveau statut de l’entreprise de presse, sur le modèle des trusts anglo-saxons pour garantir l’indépendance éditoriale et journalistique. »

Ce projet de « création » ne prend sens qu’au regard du diagnostic qui l’inspire : « Aujourd’hui, la présence d’actionnaires industriels et financiers au capital de groupes de presse est une réponse aux difficultés économiques de la presse. Mais elle est source de soupçons sur la réalité de l’indépendance des rédactions et la liberté de la presse. »

Ainsi, l’invraisemblable concentration des principaux médias français entre les mains d’une poignée d’industriels serait une fatalité économique et ne poserait qu’un problème d’image. La solution proposée ne viserait donc pas à défaire l’emprise financière des oligarques sur les médias, mais à la camoufler derrière un « nouveau statut » juridique. Abrités derrière leur « trust », ou leur « fondation » [1] les Bergé-Niel-Pigasse et autres Drahi pourraient ainsi continuer à faire main basse sur le paysage médiatique sans nourrir les « soupçons ».

- Deuxième proposition : « Simplifier la réglementation audiovisuelle en matière de publicité, de financement et de diffusion, pour lever les freins à la croissance de la production et de la diffusion audiovisuelles et préparer le basculement numérique, tout en préservant la diversité culturelle », pour adapter le secteur « à un environnement ouvert et concurrentiel ».

Une proposition qui ne renvoie à aucune mesure précise, mais comporte des mots-clés à même de rassurer tous les libéraux férus de dérèglementation et de concurrence marchande – et d’inquiéter celles et ceux qui considèrent que l’information et la culture ne sont pas des marchandises comme les autres. Cette proposition éclaire également sous un jour bien peu rassurant les propositions qui suivent sur le service public audiovisuel.

Les troisième et quatrième propositions visent en effet directement France Télévisions :

- Troisième proposition : « Nous renforcerons le secteur public de l’audiovisuel pour qu’il réponde aux attentes de tous les Français et accélère sa transformation numérique, en concentrant les moyens sur des chaînes moins nombreuses mais pleinement dédiées à leur mission de service public » ;

- Quatrième proposition : « Nous rapprochons les sociétés audiovisuelles publiques pour une plus grande efficacité et une meilleure adéquation entre le périmètre des chaînes et leurs missions de service public. Leurs conseils d’administration seront plus indépendants et plus ouverts dans sa composition. Ils seront chargés de designer les dirigeants, après appel public à candidatures. »

« Concentrer les moyens sur des chaînes moins nombreuses », rapprocher les sociétés pour « une plus grande efficacité », voilà qui fleure bon, si ce n’est la privatisation d’une ou plusieurs chaînes – démentie (mais faut-il la croire ?) par Corinne Erhel dans l’émission « L’instant M » du 16 mars –, du moins la réorganisation à la hussarde du groupe public.

Une (énième) réorganisation qui risque d’être calquée sur les préconisations contenues dans le rapport « France Télévisions 2020, le chemin de l’ambition » remis au gouvernement (en présence d’Emmanuel Macron) en février 2015.

Le pedigree de l’auteur de ce rapport, Marc Schwartz laisse songeur. Haut fonctionnaire de la Cour des comptes, Marc Schwartz a été directeur financier, puis directeur général adjoint de France Télévisions entre 2000 et 2006. Il a également été mandaté par l’État pour effectuer en 2008 une mission de réflexion et de proposition concernant les relations entre la presse et La Poste et sur le soutien public à l’acheminement des abonnements de presse par postage ou par portage. En 2012, il est chargé d’une médiation pour résoudre le conflit opposant Google aux éditeurs de presse qui aboutira en février 2013 à la création d’un fond de 60 millions d’euros abondé par Google afin de financer les projets numériques de la presse. Enfin, en mai 2015, il est chargé d’une nouvelle mission de médiation pour trouver un équilibre entre les intérêts des plates-formes de streaming, des producteurs et ceux des ayants droit. Jusque-là, rien que de très classique.

Mais on notera que comme nombre de ses congénères de la haute fonction publique – dont un certain Emmanuel Macron – qui goûtent aux joies rémunératrices des allers-retours entre privé et public, Marc Schwartz a multiplié les incursions dans le privé : en 2006, il rejoint la banque d’investissement Caylon en tant que directeur adjoint, puis fonde l’année suivante un cabinet de conseil spécialisé dans le secteur public et celui des médias ; entre 2010 et 2012, il intègre le groupe Mazars en tant qu’associé, chargé du conseil au secteur public et aux médias, avant de devenir le responsable mondial du département « secteur public ».

Un bien beau parcours qui peut contribuer à éclairer les positions de Marc Schwartz qui a rejoint en avril dernier l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron afin de « coordonner les propositions pour élaborer le programme politique du candidat à la présidentielle en matière de politique culturelle et de communication ».

Et on n’est guère surpris que ce grand commis de l’État ait rejoint En Marche !, tant la tonalité générale de son rapport (« France Télévisions 2020, le chemin de l’ambition ») rappelle la logorrhée macronienne : de vagues généralités soutenues par une flopée de mots-valises, marqueurs de l’idéologie de marché – le terme « concurrence » apparaît ainsi 25 fois en 120 pages, ce qui peut surprendre dans un texte consacré à une entreprise publique.

Une grande partie de ce document très technique aborde les relations juridiques entre France Télévisions et l’État, ainsi que des questions de management que nous n’aborderons pas ici. Nous nous bornerons à relever les passages les plus significatifs de l’état d’esprit de son auteur.

C’est d’abord une logique strictement comptable qui anime le conseiller à la Cour des comptes Marc Schwartz :

La création de l’entreprise commune a permis de commencer à diminuer le volume d’emploi du groupe

Les synergies dégagées par France Télévisions dans le cadre de la création de l’entreprise commune devaient permettre de réduire le volume global d’emplois permanents et ainsi contribuer à la maîtrise de la masse salariale. Plusieurs estimations ont été réalisées à différentes étapes de la mise en oeuvre du projet.

Lorsqu’il s’agit de s’interroger sur les évolutions possibles de la filière de production de France Télévisions, les impératifs de rentabilité et de compétitivité se substituent à toute considération sur les missions de service public :

Il est toutefois indispensable de restaurer la compétitivité de la filière en poursuivant les efforts de gestion. (…) D’autres groupes européens ont réussi à faire de leurs moyens de fabrication interne un avantage concurrentiel, comme le montre l’exemple de la BBC. Mais cela suppose une meilleure adaptation aux contraintes économiques et une flexibilité accrue, propres à assurer la viabilité de la filière dans le long terme. C’est cette approche que l’État actionnaire est prêt à soutenir pour le prochain mandat.

Le paragraphe qui suit et qui vise à résumer la philosophie devant guider « l’enjeu de transformation  » (sic) du groupe public pourrait s’appliquer à toute entreprise privée, quelle que soit le domaine de production, et figurer dans n’importe quel bréviaire du petit réformateur libéral :

Une entreprise plus agile et plus efficiente

France Télévisions doit œuvrer à la gestion la plus efficiente possible de ses moyens, qui conditionne le bon emploi de la ressource publique qui lui est accordée. Cet objectif ne pourra être atteint qu’au moyen d’une évolution vers un fonctionnement plus réactif et plus agile, supposant un allègement des contraintes externes et internes qui pèsent sur le groupe. (…) Sur le plan du fonctionnement interne, la gestion des effectifs et du temps de travail, particulièrement au sein des réseaux régionaux, des fonctions support et des équipes de production et de fabrication, doit gagner en souplesse et en capacité d’adaptation. France Télévisions doit saisir l’occasion des départs à la retraite prévus dans les prochaines années pour retrouver une capacité de redéploiement interne et améliorer sa productivité.

Quant à la conclusion du rapport, on peut se demander si Marc Schwartz ne s’est pas adonné aux joies de l’écriture automatique pour la rédiger, tant elle est convenue et stéréotypée :

France Télévisions en 2020 ? Une entreprise agile, performante, réactive, autonome ; une entreprise fière d’elle-même, qui a réussi à libérer les énergies et les talents de ses équipes ; une collectivité humaine qui a retrouvé confiance en elle et reconquis le chemin de l’ambition.

(…) Le secteur des médias est en mutation rapide, les ressources publiques demeurent contraintes, et le modèle économique des diffuseurs est confronté à un risque d’affaiblissement structurel, en raison de l’arrivée de nouveaux concurrents et de l’organisation segmentée du marché, qui freine la capacité des acteurs à se positionner au mieux au sein d’une chaîne de valeur transformée par l’ouverture des marchés.

France Télévisions devra rapidement tracer un chemin qui lui permette de retrouver de l’agilité et reprendre le contrôle de son destin, afin de compter en 2020 parmi les leaders européens du secteur et redresser durablement sa situation financière.


***

Après la lecture du programme du Président nouvellement élu (et du rapport remis en 2015 par celui qui a coordonné son projet pour les médias), si on peut être certain que ne sera pas mis un coup d’arrêt à l’appétence des oligarques pour les entreprises médiatiques, il est bien difficile de dire précisément à quelle sauce France Télévisions sera mangée durant ce quinquennat… Mais il y a tout lieu de redouter que son périmètre se réduise et que son maigre financement stagne. La vigilance s’impose d’ores et déjà. Et la mobilisation s’imposera sans doute bientôt si les recommandations figurant dans le rapport Schwartz sont mises en œuvre. Pour que le secteur public de l’audiovisuel ait quelque chance de devenir vraiment un service public, c’est une voie complètement opposée qu’il conviendrait d’emprunter : élargir le périmètre, renforcer le financement et démocratiser le tout, comme nous le proposons [2].


Blaise Magnin

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Dans l’émission « L’instant M » du 16 mars sur France Inter, Corinne Erhel, l’une des porte-paroles d’Emmanuel Macon, formulait ainsi la proposition : « Un nouveau statut aux sociétés de presse via une fondation. »

Les bacchanales de la vertu : retour sur l’entre-deux-tours de la présidentielle

Un journalisme de prescription des choix électoraux et d’écrasement des opinions dissidentes.

« Affaires sensibles » sur Hugo Chávez et la « fermeture » de RCTV

Erreur d’appréciation ou mensonge persistant ?

Lire : Pour une socioanalyse du journalisme, d’Alain Accardo

« Du journalisme considéré comme une fraction emblématique de la nouvelle petite bourgeoisie intellectuelle. »