Observatoire des media

ACRIMED

Les « féminins » et les ordonnances : un désintérêt presque total

par Denis Perais,

Le 1er juin 2016, sous le titre « Dans les magazines féminins, la loi (El Khomri) du silence », nous avions examiné l’attention portée par quelques magazines féminins aux conséquences pour les femmes de cette première « loi Travail ». À l’occasion de la séquence qui a commencé avec la présentation des ordonnances à la presse le 31 août [1], nous renouvelons l’exercice pour la période courant du 1er septembre au 20 octobre 2017 auprès des magazines Cosmopolitan, Elle, Grazia, Madame Figaro et Marie Claire. Ont-ils tiré la leçon du fiasco de l’année dernière ? Pas vraiment…

Des alertes

Très rapidement comme en 2016, de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer une aggravation des inégalités femmes-hommes au travail, déjà particulièrement marquées, dont ce projet serait porteur.

Ainsi, Mediapart a publié le 6 septembre un appel d’une soixantaine de féministes exprimant leurs très grandes inquiétudes : « Les ordonnances ne sont pas neutres. Elles vont accroître les inégalités professionnelles. Emmanuel Macron, Marlène Schiappa, votre grande cause nationale commence mal. Changez de cap, ne bradez pas les droits des femmes aux exigences du MEDEF, retirez ces ordonnances » [2].

Sophie Binet, chargée de l’égalité femmes-hommes à la CGT reprend des arguments similaires dans Le Monde du 20 septembre au cours d’un entretien au titre sans équivoque : « Loi travail : “Un nombre important de mesures menace les femmes” ».

Dans un registre certes beaucoup plus technique et donc moins accessible, l’avis rendu le 8 septembre par le conseil supérieur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes se montre très réservé sur plusieurs aspects de la loi.

À mentionner également :

- le 26 septembre, l’évocation sur Franceinfo de l’appel publié par Mediapart : « des féministes s’inquiètent des effets [ négatifs ] des ordonnances pour les victimes de harcèlement sexuel  »

- Et le même jour, RTLGirls diffuse un entretien avec Caroline de Haas, une des initiatrices de l’appel : « Code du travail : elles disent "non merci" aux ordonnances de Macron » [3].

Etc.

Ces multiples alertes ne conduisent pourtant pas les « féminins » à se montrer particulièrement prolixes sur un sujet qui devait pourtant a priori pouvoir intéresser un lectorat très largement… féminin ! L’énumération des articles consacrés à ce sujet suffit à s’en convaincre. Aucun titre d’ailleurs ne recourt à une « accroche » correspondant à l’importance qui devrait lui être accordée.


En provenance de rien et de pas grand-chose

Madame Figaro et Marie Claire obtiennent tout simplement un « zéro pointé ».

Le 21 août, la publication appartenant à Serge Dassault offre même un entretien d’une rare complaisance à la ministre, au cours duquel aucune question ne lui est posée sur les conséquences pour les femmes des textes dont elle était, avec ses services, la « cheville ouvrière. »

Nous apprenons en revanche que la ministre déclare qu’elle n’« était pas [féministe] au départ. » Et d’ajouter : « Mais face aux obstacles que les femmes rencontrent dans le monde du travail, le plafond de verre et l’autocensure, j’ai décidé d’agir. Lorsqu’on atteint des postes d’influence, on a cette responsabilité d’action ». Admirable et tardive conversion dont il n’est pas certain qu’elle suffise à lever les lourdes inquiétudes sur le sort réservé aux femmes par le projet porté par Muriel Pénicaud…


Un petit tour et puis s’en vont…

Cosmopolitan et Grazia se bornent chacun à ne publier qu’un seul article.

- Cosmopolitan le 25 septembre, signale, le risque de voir, « si ce n’est pas le cas, le congé maternité […] être régi par un accord d’entreprise, et se soustraire à un accord de branche auparavant plus avantageux. Et d’ajouter : C’est un coup direct porté aux droits des femmes, déjà fragiles dans le monde de l’entreprise. »

- Grazia de son côté, le 17 septembre, mentionne les risques inhérents à l’inversion de la hiérarchie des normes, en particulier en termes de réduction des garanties accordées en cas de de licenciement ou des moyens alloués aux représentants du personnel en raison de la fusion des différentes instances.

C’est tout ? C’est tout…


Une exception qui confirme la règle ?

Avec trois articles, Elle, le magazine Lagardère, semble faire figure d’exception.

- Le 6 septembre, un article électronique « Loi Travail : les femmes sont-elles menacées par les ordonnances ? » reprend plusieurs critiques formulées dans la tribune précitée publiée par Mediapart le 6 septembre où « elles assurent que « plusieurs mesures vont peser particulièrement sur les salariées et accroître les inégalités professionnelles », en raison de leur « surreprésentation » dans les contrats à durée déterminée, et les effectifs des petites entreprises. »

- Le 15 septembre, un article plutôt critique mis en ligne le 21 et titré « Emmanuel Macron est-il vraiment féministe ? », mentionne les contradictions entre les belles promesses du candidat en matière de promotion des droits des femmes et le retard pris dans leur mise en application, au grand dam de nombreuses associations féministes. Et fait une nouvelle fois référence à la tribune « loi travail, les femmes passent aussi à la trappe » d’« un collectif féministe énumér[ant] les nombreux motifs d’inquiétudes suscités par la refonte du Code du Travail » [4].

Contenu que l’on retrouve dans des citations de défenseures de la cause des femmes « pour qui les ordonnances de la loi travail vont fragiliser un peu plus les femmes. "On sait que les mesures qui affaiblissent le droit du travail les impactent en premier lieu " s’alarme Véronique Sehier, du Planning familial [5]. Et la suppression programmée des contrats aidés [6], même s’ils ne sont pas la solution idéale, va menacer le fonctionnement de nombreuses structures qui viennent en aide aux femmes ». « Cette loi travail nous inquiète à plusieurs titres, confirme Marylin Bardeck [7]. La disparition des comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) aura un impact sur la prévention des violences sexuelles au travail. Le plafonnement des indemnités aux prud’hommes, même si cela ne pénalise pas le harcèlement moral et sexuel, entraînera un nivellement par le bas de l’ensemble des procédures. »

- Un troisième article - « Loi travail. Quel impact sur les femmes » - est publié le 22 septembre, avec ce commentaire : « Recul, avancée ou statu quo ? En matière d’égalité, les ordonnances modifiant le travail font débat. Trois expertes prennent position. » Sophie Pochic, sociologue, directrice de recherche au centre national de la recherche scientifique (CNRS) et signataire de l’appel publié par Mediapart [8], exprime les reculs qu’elle voit. Armelle Carminati-Rabasse, présidente de la commission innovation sociale et managériale du Medef, perçoit, au contraire, des avancées. Olga Trostianski, présidente du laboratoire de l’égalité, opte pour un prudent « entre les deux » [9].

L’effort est indéniable et il permet d’évoquer un certain nombre d’enjeux. Mais il laisse sur sa faim en raison de l’absence de mise en perspective par le magazine lui-même du contenu des ordonnances et de leur impact sur la condition des femmes au travail : Elle préférera sous-traiter cet examen à une sorte de mouvement de balancier entre des points de vue différents voire contradictoires. Un choix éditorial regrettable qui présente l’avantage (?) d’éviter au magazine de se prononcer directement sur le fond du dossier, autrement que par de timides prises de distances… imputées aux critiques.

Par exemple, en reprenant en guise de réponse, dans l’article du 15 septembre, une courte « pirouette » se voulant humoristique de la secrétaire d’Etat à l’Egalité femmes-hommes : « Interpellée sur la question, Marlène Schiappa a tweeté  : “je ne réagis pas, je travaille…”. Une réponse sur la défensive pour certaines. »

Ou encore, en laissant entendre que le magazine était aussi dubitatif que certains « spécialistes » sur les « bienfaits » pour les femmes des ordonnances : «  Pas de reculs pour les femmes […] Suffisant pour convaincre les spécialistes ? Pas sûr [10]. ».


Un traitement pour le moins surprenant ?

Ce traitement minimaliste devrait d’abord surprendre de la part de publications qui rappellent à l’occasion que les inégalités femmes-hommes persistent durablement.

- Ainsi par exemple de Grazia le 26 octobre 2016 dans un article au titre évocateur : « La patience a ses limites : les femmes devraient atteindre l’égalité salariale en 2186 ».

- Cosmopolitan dans un article non daté sur son site - « Les inégalités salariales coûtent aux femmes 400 000 euros en une vie » non daté et consacré à la situation en Angleterre ressemblant comme une « sœur » à celle de notre pays, concluait lui que « selon le Forum de l’économie mondiale, l’égalité salariale ne sera atteinte qu’en 2133 . »

- Madame Figaro le 7 mars pointait ces inégalités, en particulier dans un article intitulé « Ces préjugés sur l’égalité femmes-hommes qui ont la vie dure » : «  Les femmes gagnent moins bien leur vie. Vrai. » « En vingt ans, l’écart de revenu salarial entre femmes et hommes s’est légèrement réduit, passant de 27,4 % en 1995 à 23,8 % en 2014 ». Cet écart n’a donc perdu que trois points […] Les femmes prennent plus de temps partiel. Vrai. En 2015, les femmes qui prennent un temps partiel (30,4 %) sont près de quatre fois plus nombreuses que leurs homologues masculins (7,9 %). »

- Marie Claire le 8 mars 2017 à l’occasion de la grève des femmes appelée le même jour à 15 heures 40 par plusieurs organisations syndicales publiait un article aussi édifiant que son titre : « Journée des droits des femmes : 10 inégalités en chiffres ».

- Elle, dans un article daté du 24 mai 2017 et intitulé « Égalité femmes-hommes : “il y a encore des efforts à faire pour changer les mentalités” » évoquait un rapport du Conseil économique, social et environnemental (CESE), dévoilé la veille. Dans cet article, on pouvait lire : « Et ce que l’on peut vous dire, c’est que l’égalité femmes-hommes est loin d’être atteinte ! […] Les femmes toujours discriminées au travail ». Un diagnostic qui conduit ensuite Dorothée Werner à rappeler dans un éditorial du 7 juillet consacré à Simone Veil (« Les combats continuent »), « qu’il reste tant à faire pour l’égalité. ». Un diagnostic conforté par d’autres informations et analyses que l’on retrouvera ici en « Annexe ».

Mais quand il s’est agi d’analyser vraiment les ordonnances et leurs conséquences pour les femmes, les déclarations d’intention générales sont restées sans suites. La lucidité commande de ne pas être surpris, tant cela s’inscrit dans une longue tradition de l’incapacité chronique des magazines à s’intéresser sérieusement à ces sujets, comme nous le relevions déjà dans notre article publié le 1er juin 2016 sur la première loi... Travail.


* * *

Une fois encore, des silences consternants et des informations minimalistes ont tenu lieu d’analyses critiques. Ce n’est pas un simple accident de parcours. Ce journalisme est consubstantiel à ce que sont depuis longtemps les magazines féminins : des hymnes au consumérisme soumis à une étouffante emprise publicitaire [11] reléguant au second plan le combat pour l’égalité entre les hommes et les femmes dont ils prétendent pourtant encore être des « fers de lance ».


Denis Pérais


Annexe : Le « modèle allemand » ?

Rappel utile aux adorateurs du « modèle allemand ». Olivier Cyran dans un article paru dans Le Monde diplomatique du mois de septembre 2017 - « Le modèle qui inspire M. Macron. L’enfer du miracle allemand » - écrit notamment : « Ces réformes inspirent la refonte du code du travail que le gouvernement français cherche à imposer par ordonnances. » Des réformes réalisées outre-Rhin qu’un article publié le 17 septembre dans Le Journal du dimanche (un autre titre détenu par… Lagardère) - et dont la qualité informative mérite d’être soulignée - présente comme ayant pour principales victimes les… femmes !

En effet, dans « La face cachée du miracle allemand », la journaliste Camille Neveux, envoyée spéciale à Düsseldorf, explique : « Inégalités. En situation de quasi plein emploi, l’Allemagne fait figure de locomotive de l’Europe. Au prix de 7,7 millions de travailleurs précaires enchaînant les “minijobs” et les postes intérimaires, dont une grande proportion de femmes […] Ces emplois atypiques sont devenus la norme pour les femmes, le système fiscal allemand encourageant les hommes à travailler à plein-temps, et leurs compagnes à temps partiel » regrette Kristina Vaillant, auteur de l’ouvrage Les Mères trahies – Comment la politique des retraites pousse les femmes à la pauvreté (non traduit, éd. Knaur TB). »

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Une séquence qui doit s’achever avant la fin de l’année avec le vote d’une loi de ratification par le Parlement et la publication des décrets d’application.

[2Le Monde publiant le même jour un article en reprenant les grandes lignes et renvoyant vers le lien sur lequel il avait été mis en ligne.

[3Ce dernier sujet est projeté à la « une » par les médias suite aux révélations du New York Times le 5 octobre concernant les agissements du producteur américain de cinéma Harvey Weinstein envers de nombreuses femmes, notamment des actrices, sujet qui connaît depuis lors de très nombreux développements tous supports et titres confondus, y compris et fort logiquement dans les magazines féminins, cette avalanche n’étant pas forcément synonyme de qualité.

[4Avec renvoi vers le lien dédié.

[5Signataire de l’appel.

[6Cette mesure ne figure pas dans les ordonnances.

[7Déléguée générale de l’association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT).

[8Ce détail n’est pas mentionné dans l’article.

[9Un encart - « Ce que dit le ministère » - avec cette mention : « “Pas de recul pour les femmes” assure l’entourage du ministère », complète le dispositif. Quant à savoir ce qu’en pensent les syndicats et les formations politiques, il faudra repasser.

[10Extrait de l’encart paru dans l’édition du 22 septembre.

[11Comme nous le rappelions encore dans notre article « Les « Féminins » et les cosmétiques dangereux pour la santé : silence dans les rangs ? », mis en ligne sur notre site le 31 juillet dernier.

Le gouvernement s’attaque à l’audiovisuel public – Le Parisien en redemande

Un projet en forme de réduction drastique du périmètre ainsi que des moyens financiers humains et techniques de France Télévisions et Radio France.

Dupont-Moretti face au procureur Demorand

L’animateur-intervieweur oublie qu’il est journaliste et se mue en commentateur jugeant des qualités morales de son invité.

Défiscalisation et publireportage dans L’Obs ?

L’Obs se préoccupe de l’épargne de ses lecteurs fortunés.