Observatoire des media

ACRIMED

Bidonnages au long cours dans un "quotidien de référence" (suite)

Le "mea culpa" du {New York Times} n’inspire pas {Le Monde}

par Patrick Lemaire,

Le Monde (28/05/04) confie que le New York Times fait son " Mea culpa " " sur sa couverture de l’Irak ". L’article commence ainsi : " Le New York Times, souvent présenté comme l’un des journaux les plus influents de la planète, a reconnu, dans un éditorial publié mercredi 26 mai, des erreurs dans sa couverture des événements ayant conduit à la guerre en Irak, en regrettant parfois son manque de rigueur face à des informations erronées. " (lire aussi dans la même page " Trop pressés de placer des scoops dans le journal ").

Il est évidemment tentant d’appliquer au Monde l’autocritique implacable à laquelle la rédaction du NYT a, elle, l’humilité de se livrer...
Mais, avant même de s’abandonner à une telle extrêmité, le lecteur du Monde est en droit de s’interroger sur la fiabilité des articles du NYT publiés hebdomadairement dans le quotidien du soir : ce " best of " n’a-t-il jamais repris ces articles sur la " couverture des événements ayant conduit à la guerre en Irak " que la rédaction newyorkaise considère aujourd’hui comme fautifs ?

Le Monde va-t-il donc se fendre d’un " rectificatif ", comme il l’avait fait quand le NYT avait, d’une façon exemplaire, détaillé les " bidonnages " perpétrés par l’un de ses reporters, Jayson Blair, dans des dizaines d’articles - dont certains furent malheureusement repris par la " sélection " du Monde (lire Bidonnages au long cours dans un "quotidien de référence") ?

Rectificatif ou pas ? Un suspense difficilement supportable.

 
  • Enregistrer au format PDF

« Post-vérité » et « fake news » : fausses clartés et points aveugles

Les notions discutables qu’agite une profession chahutée.

Sur France 2, « L’Émission politique » sert la soupe à Marine Le Pen

Ou : comment servir la propagande électorale d’une candidate.

En direct sur France Culture : les aboiements de Laurent Joffrin contre Acrimed

Quand un éditocrate tombe sur un os et l’avale de travers.