Observatoire des media

ACRIMED

Le 20h de France 2 en campagne pour « réformer les retraites »

par Éric Giordano,

Lundi 3 avril 2017, le JT de 20h de France 2 propose, dans le cadre de la campagne présidentielle, un sujet sur les retraites. David Pujadas, l’annonce en posant une série de questions portant sur l’âge de départ à la retraite et les régimes spéciaux, puis lance le sujet ainsi : «  Voici l’avis des uns et des autres, chacun se fera son idée  ». Problème : comment se faire « une idée » autre que biaisée et lacunaire lorsque la présentation qui est faite dans le reportage « des avis » des candidats est partielle et partiale ?

Alors que la voix off explique que « les candidats avancent en ordre dispersé », et que l’on s’attend donc à voir une courte présentation des propositions des onze candidats, la surprise est grande de constater que la rédaction de France 2 a choisi de ne rendre compte du programme sur les retraites que de trois d’entre eux, illustrés par de brefs extraits de discours. Et l’on apprend que Jean-Luc Mélenchon souhaite un retour du départ à la retraite à 60 ans, qu’Emmanuel Macron veut en rester au statu quo (62 ans), et enfin, que François Fillon propose de retarder l’âge de la retraite à 65 ans. Sans justifier en rien ce choix pour le moins arbitraire, la chaîne publique a délibérément choisi de taire le programme des huit autres candidats. Comment « se faire une idée » sur des propositions dont l’existence n’est même pas mentionnée ? Mystère…

Le reportage se poursuit par une présentation du système de retraite par répartition. Une série de documents iconographiques explique l’évolution du rapport entre les nombres de salariés en activité et le nombre de retraités. Cette séquence se termine par une note dramatique : le système est en déficit. Qu’il existe plusieurs explications des causes de ce déficit n’importe pas aux auteurs du reportage qui orientent ainsi le point de vue des téléspectateurs dans une direction bien particulière, comme la suite le confirme.

Les journalistes choisissent alors de faire intervenir une « spécialiste des retraites » dont l’identité est révélée par un bandeau qui apparaît à l’écran peu après début de son intervention : Nathalie Badaire, directrice de NB Consulting. Une rapide recherche sur Internet nous apprend que NB Consulting est une entreprise privée qui « réalise des prestations sur mesure d’audit retraite et d’optimisation de gestion de fin de carrière ». Choix pour le moins curieux que de confier à la représentante d’une entreprise privée le privilège d’exposer à des millions de téléspectateurs son point de vue sur un système de répartition public. Sans compter que toute décision politique concernant le système de retraites, quel qu’en soit le sens, affectera nécessairement l’activité, le chiffre d’affaires et donc… les profits de NB Consulting !



Et de fait, le point de vue de NB Consulting s’avère très orienté : sur le site du cabinet, la part belle est faite aux programmes les plus libéraux. Dans un article intitulé « Fillon, Macron... Que valent leurs projets de réforme des retraites », la retraite à 60 ans n’est évoquée que très rapidement à travers les propositions de Marine le Pen. Dès les premières phrases, le ton est donné : « irréaliste », « électorat populaire », « énorme retour en arrière », « catastrophique pour l’économie », « ne peut pas fonctionner », etc. Quant au titre de l’article consacré aux propositions d’Emmanuel Macron (« En Marche ! : pour plus de lisibilité et d’égalité dans notre système des retraites » – avec en prime, le logo officiel de la campagne), il ne laisse guère de doute quant aux préférences de cette honorable maison … On a connu des « experts » plus objectifs !

Le reportage se poursuit avec une recension des arguments « des uns et des autres ». Dans deux extraits très brefs de leurs prestations publiques, Marine Le Pen explique que repousser l’âge de la retraite équivaut à maintenir au chômage des seniors qui ne retrouveront pas de travail, tandis que Jean-Luc Mélenchon argumente quant à lui sur « la qualité de vie ». Deux arguments – quoi que l’on pense d’eux et de leurs auteurs –, auxquels les journalistes de France 2 se sont empressés de trouver un contrepoint.

Ce qui fut chose faite avec l’interview d’une certaine Jennifer Pizzicara, porte-parole de la fondation Concorde, présentée comme un « cercle de réflexion libéral ». Le commentaire en voix off ne fait guère durer le suspense quant aux positions de cette institution sur les retraites : « Rétablir la retraite à 60 ans, financièrement intenable selon eux », tandis que Jennifer Pizzicara assène l’argument fatal : « Ça coûterait 35 milliards d’Euros par an » – affirmation qui s’accompagne d’une petite mise en scène du plus bel effet : le montant s’affiche en rouge à l’écran avec un bruitage qui reproduit un claquement, comme pour frapper de stupeur le téléspectateur.



Une nouvelle recherche sur le site de la fondation Concorde permet d’apprendre que ce « think-tank économique » qui entend « faire de la France le pays le plus prospère d’Europe  », est « tourné vers les TPE/PME et la petite industrie », et qu’il a « pour préoccupation permanente la compétitivité des entreprises, la création d’emplois, tout en exigeant un État allégé ». Autrement dit, ce qui s’exprime là, est un point de vue patronal. Il ne s’agit pas de dire qu’un tel point de vue est illégitime, mais bien de signaler qu’il est situé, sinon biaisé, tout comme pourrait l’être celui de la CGT ou de Philippe Poutou.

Problème : le reportage ne croit pas utile de signaler le parti-pris de la Fondation autrement que par la furtive mention d’un « cercle de réflexion libéral », dans le commentaire du sujet. Les journalistes ayant réalisé le sujet n’ont ainsi pas cru nécessaire de signaler que cette institution qui se prétend pourtant « indépendante », entretient des relations étroites avec les Républicains, organisant par exemple tout au long de l’année 2016 un cycle de « petits déjeuners pour une alternance réussie » dans lesquels se succédaient les candidats, de « grands élus » comme Xavier Bertrand ou Laurent Wauquiez, ou encore, dans une rencontre intitulée « Réussir la primaire de la droite et du centre », Thierry Solère, le président du comité d’organisation de la primaire. On a connu indépendance plus farouche !

De leur côté, les partisans de la retraite à 60 ans auraient sans doute apprécié que leurs propres experts soient interrogés pour démontrer le réalisme de leur proposition.

***


Voilà donc un sujet, ou plutôt une parodie d’information, qui fait l’impasse sur les propositions de sept candidats sur onze, qui s’engage dans une critique unilatérale et sans droit de réponse du programme de deux d’entre eux, convoque des « experts » à l’indépendance plus que douteuse et aux partis-pris flagrants, et présente comme seule politique raisonnable les propositions des deux candidats les plus proches des attentes du patronat.

Il serait bon que la rédaction de France 2 songe à rendre compte de la campagne plutôt qu’à faire campagne elle-même…



Éric Giordano

 
  • Enregistrer au format PDF

Gilles Leclerc, réputé pour ses « ménages », recruté au « Comité d’éthique » de Radio France

Comme dans le cas d’Isabelle Giordano, plus c’est gros, plus ça passe (pour l’instant… ?)

Aidez le Ravi à passer l’hiver !

Une campagne de financement déterminante pour l’avenir du mensuel d’enquête et satire en région PACA.

Actualité des médias n°10 (novembre 2017)

Du côté des programmes, des informations et des entreprises médiatiques.