Observatoire des media

ACRIMED

En bref

Jean-Michel Aphatie s’étonne pour rien. Étonnant, non ?

par Henri Maler,

À quoi reconnaît-on un éditocrate ? Parfois quelques tweets de l’un d’entre eux valent mieux que ses longues tirades.

Une stupéfiante stupéfaction

Mercredi 5 juillet 2017. Deux heures avant que Jean-Jacques Bourdin reçoive Jean-Luc Mélenchon, dans l’émission « Bourdin Direct » sur BFMTV et RMC, Jean-Michel Aphatie fait mine de s’étonner.





Rigoureux comme un expert-comptable, Jean-Michel Aphatie l’a vérifié : Mélenchon intervient « toujours » et exclusivement dans les médias privés. L’information est évidemment fausse, mais qu’importe pour peu qu’on puisse tweeter !

« C’est son choix », susurre le twitto. Comme si Mélenchon et tant d’autres, de « La France insoumise » ou d’ailleurs, qui contestent l’emprise de l’oligarchie médiatique avaient vraiment le choix… même s’ils ont le choix de ne pas intervenir n’importe comment, dans n’importe quelle émission.

Comme s’ils avaient le choix d’appeler les tenanciers de l’oligarchie autrement que des « oligarques ». Faut-il dire les mécènes ? Jean-Michel Aphatie, précis comme un journaliste rigoureux, n’ose quand même pas. Mais, sans doute fier de son stupéfiant sarcasme, il invite de facto Mélenchon et tant d’autres, de « La France insoumise » et d’ailleurs, à renoncer à toute intervention sur une quelconque chaine de télévision ou station de radio privée. Resterait, pour s’adresser au plus grand nombre, l’audiovisuel public. Mais ce dernier est-il, à tous égards, préférable ?


Une stupéfiante obsession

Fin de la stupéfaction stupéfiante ? Le croire, ce serait oublier que lorsqu’une « idée » s’empare de Jean-Michel Aphatie, il ne la lâche plus. Souvenez-vous de ses quelque 80 tweets dubitatifs en quête de preuves, comme nous l’avions relevé, dans « l’affaire » de la fraude fiscale de Jérôme Cahuzac. Cette fois, Jean-Michel Aphatie s’emploie à ressasser une prétendue contradiction dont il décline plusieurs versions [1]. Radotage ?






Qu’importe si féliciter Le Parisien pour l’un de ses articles n’équivaut pas à féliciter son propriétaire. Qu’importe si pour parler de la lutte contre la misère aux misérables, il peut valoir la peine de le faire sur une chaîne que nombre de ces misérables, parmi ceux qui ne le sont pas trop, regardent. Qu’importe si…

Mais inutile de poursuivre, il suffit de traduire :
- « Si tu contestes, peu ou prou, l’industrie nucléaire, éclaire-toi à la bougie ! »
- « Si tu combats le capitalisme ou certains de ses effets, une seule solution : le boycott total ! »

À ces stupéfiantes maximes, à peine imaginaires, on peut se risquer à opposer une autre : « Si tu veux savoir ce qu’est un toutou de garde de l’ordre médiatique et social existant, écoute les jappements Jean-Michel Aphatie ou leur transcription en 140 signes sur Twitter. »


Henri Maler

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Ces tweets compilés et rediffusés par Shunths φ (qu’il soit ici remercié !) ne sont pas classés par ordre chronologique.

Acrimed aux côtés des manifestants contre les ordonnances et autres macronades

Nous étions là le 12 septembre. Nous serons là le 21 et le 23. Quels sont nos motifs ?

La politique au miroir déformant des séries télévisées

Fictions didactiques, ou puissants instruments idéologiques ?

Il y a 100 ans : premier exercice de propagande de masse avec la commission « Creel »

Un succès fondateur pour l’industrie des « relations publiques »