Observatoire des media

ACRIMED

« Incarner le renouveau » : programme politique ou marotte journalistique ?

par Vincent Bollenot,

Du Front national à la France insoumise, en passant par La République en marche, la plupart des forces politiques concourant aux élections législatives mettent en avant le « renouveau » du personnel politique qu’incarneraient leurs candidates et candidats à la députation – si bien que le mot « renouvellement » a été désigné « mot de l’année » par le festival du mot). Certes, chaque campagne électorale se doit rituellement d’annoncer un renouveau de la vie politique, surtout quand la législature précédente et le président de la République associé battent les records d’impopularité.

Mais ce qui frappe ici, c’est l’accompagnement médiatique de ce supposé renouveau. Fascinées par la jeunesse, le parcours et la stratégie politique d’Emmanuel Macron, prédisposées par déformation professionnelle à voir de la nouveauté partout, emboitant le pas des communicants et des responsables politiques qu’ils cornaquent, la plupart des « grandes » rédactions claironnent la bonne nouvelle depuis quelques semaines : la prochaine fournée de députés incarnera « le renouveau » de la vie politique française. Et tant pis si la nouveauté a un petit air de déjà-vu, et si l’information a tout l’air frelatée, la nouvelle est si réjouissante !

La difficulté, dans cet élan d’enthousiasme collectif, est de discerner en quoi consiste ce renouvellement supposé de la vie politique. S’agit-il d’un véritable renouvellement du personnel politique et de ses caractéristiques socioprofessionnelles, d’un renouvellement de l’offre politique, des programmes législatifs et des principes idéologiques qui les sous-tendent, ou encore, d’un renouveau de la conception du mandat parlementaire et de la manière de l’exercer ? Ou bien s’agit-il de simples – et pas vraiment nouveaux – mots d’ordre, slogans ou formules mobilisés pour les besoins de la cause par quelques responsables politiques, et repris en chœur par des médias sous le charme ? La réponse est dans la question comme vont nous permettre de le constater les quelques exemples qui suivent.


Et de droite, et de gauche

Assurément, la composition du nouveau gouvernement comporte une certaine forme d’originalité. Ni François Mitterrand, ni Nicolas Sarkozy, qui eux aussi avaient choisi des gouvernements « d’ouverture », n’avaient été aussi loin qu’Emmanuel Macron et Édouard Philippe dans l’association de personnalités issues du Parti socialiste et des formations de la droite parlementaire. Une habile opération politique qui permet aux médias de vendre du renouveau à tour de bras.

En commençant par la nomination d’Édouard Philippe, issu des rangs des Républicains (LR), au poste de Premier ministre, largement analysée comme un signe du renouvellement de la vie politique. Sud-Ouest, sans conditionnel ni guillemets, affirme par exemple que le nouveau premier ministre est l’«  incarnation du renouveau  ». Tandis que Libération, commente ainsi la belle promotion de son ancien chroniqueur : « Édouard Philippe, la transgression à Matignon ».

Des qualificatifs qui laissent songeur quand ils désignent un homme au parcours si commun parmi les professionnels de la politique : diplômé de l’École nationale d’administration, haut fonctionnaire, puis avocat d’affaires, puis cadre dirigeant d’une multinationale (Areva), parrainé en politique par un vieux baron de la droite dont il a repris la baronnie (la ville du Havre), Édouard Philippe, en libéral bon teint, n’est pas plus original sur le plan des idées.

Dans le même registre, l’annonce de la composition du gouvernement a donné lieu à des perles de titrailles. Ainsi, sur son site, Europe 1, reprend, au risque de la confusion, le slogan de la campagne des primaires de la droite (« le renouveau, c’est Bruno ») du nouveau ministre de l’économie :



Même procédé et même maladresse à Libération :



Des titres contradictoires avec le contenu des deux articles qui décrivent bien le parcours d’un énarque, haut fonctionnaire et cacique de la droite depuis plus de 20 ans !

Pour La Nouvelle République, le renouveau, ce n’est pas Bruno, c’est Hulot, un homme qui n’est certes pas un professionnel de la politique, mais qui multiplie pourtant les incursions avortées et les interventions dans le champ politique depuis plus de dix ans :



Mais le plus beau plaidoyer pour accréditer cette idée de renouveau, c’est à l’ancien patron du directoire de Ouest-France, François Régis Hutin, qu’on le doit, dans un édito qui aurait aussi bien pu être un tract de « la République en Marche » :

Ce gouvernement est quelque chose de nouveau. Cela n’avait jamais été tenté sous la Ve République, a déclaré le Premier ministre Édouard Philippe. Mais il est étonnant de constater que nombre d’observateurs et de commentateurs semblent ne pas encore avoir compris de quoi il s’agissait. Ils continuent à utiliser leurs vieilles grilles d’analyses, conservent leurs vieilles étiquettes de droite et de gauche, centre-droit, centre-gauche. Ils ne paraissent pas encore avoir vu qu’il s’agissait désormais de tout autre chose.

Auparavant, la gauche se refusait à approuver des mesures venant de la droite même si elles étaient positives et favorables au pays. C’était la même attitude de la droite vis-à-vis des mesures positives de la gauche. Résultat : on piétinait. C’est de ce piétinement inutile que le président de la République veut sortir en allant chercher à droite, à gauche, au centre, tous ceux qui veulent avancer et sortir de l’immobilisme et du conservatisme.


« Issus de la société civile »…

Parmi les candidates et candidats incarnant supposément le renouveau, celles et ceux qui sont labellisés « issus de la société civile » ont en commun de n’avoir pas occupé de responsabilités partisanes et électives dans leur parcours, et par extension, de n’être pas des « professionnels » de la politique. « La République en Marche » met particulièrement cela en avant et c’est bien souvent repris tel quel dans les colonnes des journaux.

Cette notion est alors peu, mal, voire pas définie. Il s’agit en quelque sorte d’une auto-identification des candidates et candidats reprise par les médias. L’un des personnage clef de la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron est ainsi qualifié comme tel par RTL : « Emmanuel Macron l’avait promis : son gouvernement serait à la fois composé d’hommes et de femmes d’expérience, mais aussi de membres de la société civile. C’est le cas de Mounir Mahjoubi […] » Paradoxalement, l’article de RTL revient ensuite sur le parcours de ce secrétaire d’État, dont on apprend qu’il avait participé à la campagne présidentielle de Ségolène Royal en 2007, puis à celle de François Hollande en 2012, avant d’être nommé par ce dernier membre du Conseil national du numérique. Jolie carte de visite qui fait de lui un membre de la « société civile » très bien introduit… en politique !


… ou « issus du monde de l’entreprise  » ?

À y regarder de plus près, il s’avère que ces candidates et candidats « issus de la société civile » sont le plus souvent « issus du monde de l’entreprise ». Ce qui serait en soi un gage de renouveau comme l’explique Ouest-France qui reprend sans la moindre distance critique la profession de foi d’une candidate Les Républicains dans la deuxième circonscription du Calvados :

« ‘‘Aminthe Renouf est sincère, elle incarne le renouveau. Pharmacienne, elle connaît le monde de l’entreprise, sait ce que c’est que se lever le matin pour aller gagner sa croûte’’, explique Antoine Aoun [son suppléant], 56 ans.  »

Même cas de figure avec Mounir Mahjoubi cité ci-dessus, et qui en plus d’être « issu de la société civile » – et bien intégré en politique – est aussi « cofondateur de plusieurs start-up » dans le domaine de l’informatique : « Le jeune entrepreneur est également à l’origine du réseau La Ruche Qui Dit Oui, qui met en relation directe producteurs locaux et clients, et qui a vu le jour en 2010. Le studio d’innovation French Bureau, créé en août dernier est également l’une de ses œuvres. Mais ce n’est pas tout. Mounir Mahjoubi a aussi co-fondé Le Bridge, une initiative pour connecter les entrepreneurs et investisseurs européens, entre 2011 et 2012, ainsi que l’agence digitale Mounir & Simon, qu’il a dirigée de 2009 à 2012. […] Il [est] investi par La République En Marche pour les prochaines législatives, dans la 16ème circonscription de Paris. » On en conviendra, c’est une société civile un peu particulière, ici plutôt entrepreneuriale, que tentent de nous vendre les candidats et les médias qui relaient leurs stratégies de communication.


Valoriser la « jeunesse »

Qu’en soi, la jeunesse constitue un facteur de renouveau politique, cela reste à démontrer. Mais nombre de rédactions paraissent fascinées par ce phénomène. Dans les Côtes-d’Armor, en guise de « présentation » du candidat « la République en Marche » aux élections législatives, Ouest-France propose le panégyrique d’un homme jeune au parcours prestigieux d’universitaire – ce qui n’est pas vraiment un gage d’originalité, ni de renouveau, dans un monde politique professionnel colonisé par les professions intellectuelles supérieures – sans évoquer le moindre aspect de son programme :



Inutile de chercher dans le corps de l’article la plus petite proposition politique, il n’en est pas fait mention. Dans un autre article évoquant le même candidat, le même journal remet en avant cet élément de langage, digne de l’agence de communication de « la République en Marche » :



Si cet article relaie également les pensées du candidat à propos de l’« illusion du clivage gauche-droite », il n’est à nouveau pas question de questionner son programme.


***

Focalisés sur les stratégies de conquête du pouvoir, sur les arrangements partisans, sur les alliances entre écuries – et leurs renversements –, sur les talents rhétoriques, sur l’efficacité des « plans comm » et la popularité sondagière des candidats, les journalistes politiques ne pouvaient que se laisser entraîner par la ritournelle du « renouveau » jouée par La République en marche pendant la campagne législative. Certes, quelques journalistes ont spontanément interrogé et remis en cause la pertinence de cette prétention au renouvellement de la vie politique [1], mais il aura fallu attendre l’entre-deux-tours des législatives et la publication d’une étude du Centre d’étude de la vie politique française pour que les grands médias relaient les résultats de son auteur, Luc Rouban, qui parle d’« illusion du renouvellement » et s’attend à « une législature élitiste ».

Tout se passe donc comme si le journalisme politique, incapable d’enquêter par lui-même et pris dans les rets de la communication d’En Marche, devait abandonner à d’autres la responsabilité de rendre compte, si ce n’est de critiquer les vieilles ficelles utilisées par le nouveau pouvoir.

Vincent Bollenot

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Voir par exemple cet article de Libération.

La Coordination permanente des médias libres (CPML) : c’est qui, c’est quoi ?

« Nous sommes une poignée d’irréductibles – des journalistes, des inventeurs de médias – et nous voulons une autre information. »

« Emballement » : des médiacrates argentins s’insurgent contre un hélicoptère en carton

Un « emballement » qui, on s’en doute, n’aurait aucun équivalent en France.

Lire : L’information à tout prix, de Julia Cagé, Nicolas Hervé et Marie-Laure Viaud

Avec internet, la fatale propagation du copié-collé au détriment de l’information originale ?