Observatoire des media

ACRIMED

En Bref

Hommage à Christophe Barbier, « tuteur sur lequel le peuple peut s’élever »

par Blaise Magnin, Frédéric Lemaire,

Un éditorialiste, à quoi ça sert ? C’est la question que pose Le Journal du Dimanche dans son édition du 16 avril 2017. Pour y répondre, le quotidien publie un entretien avec un spécialiste : Christophe Barbier. L’éditorialiste de L’Express, habitué des plateaux de BFM-TV et de « C dans l’air » sur France 5 y livre (malgré lui ?) un portrait-type édifiant de l’éditocratie.

Que s’est-il passé ce jour-là, dans la salle Françoise Giroud de la rédaction de L’Express ? Les deux facétieuses journalistes du JDD n’avaient sans doute pas choisi Christophe Barbier par hasard : sa façon d’exercer son métier, sa faconde débridée alliée à sa suffisance proverbiale pouvaient laisser présager quelques déclarations mémorables… Mais la conception que l’éditocrate livre de son métier va au-delà de toute attente :

- Premier enseignement : l’éditocrate doit assumer le parfait entre-soi dans lequel il évolue. Rester soigneusement déconnecté de la réalité sociale. «  Se confronter au terrain, explique Barbier, pollue l’esprit de l’éditorialiste  ». Il doit tenir son rang : «  Aux reporters de rencontrer les gens, d’aller sur le terrain, aux éditorialistes de proposer une vision de notre époque.  »

- Second enseignement : l’éditocrate a un devoir de fatuité. «  Son rôle est de donner son opinion, d’affirmer ses certitudes, par essence improuvables.  » Mieux, «  afficher avec force ses convictions permet aux lecteurs de s’y frotter pour former les leurs.  »

- Troisième enseignement : l’éditocrate doit faire preuve d’une condescendance de tous les instants. «  L’éditorialiste, explique Barbier, est un tuteur sur lequel le peuple, comme du lierre rampant, peut s’élever.  » Il a un devoir d’édification intellectuelle, mais il doit également être magnanime, et reconnaître que «  penser contre [Christophe Barbier], c’est aussi penser  ».

La franchise et la candeur avec lesquelles Christophe Barbier expose ce qu’il estime être les règles d’or du métier d’éditorialiste laissent sans voix. Puisqu’il ne s’agissait vraisemblablement pas d’un canular, et à moins que l’éditorialiste à l’écharpe rouge ait conçu ses réponses comme une pure provocation destinée à entretenir sa réputation, ses propos sont loin d’être anecdotiques.

Franz-Olivier Giesbert mis à part, on ne voit guère d’autre éditorialiste pour oser formuler et assumer avec un tel cynisme une conception si outrancière de son métier. Non que la pratique effective de l’éditorialiste-type diffère radicalement de celle de Christophe Barbier, mais au moins ont-ils en général la décence et l’habileté d’afficher une plus grande modestie face aux faits et au public.

En ce sens, cet entretien est utile, et témoigne même d’une certaine lucidité chez Christophe Barbier. Il révèle l’état d’esprit qui règne dans certains secteurs de l’éditocratie : entre fatuité, condescendance et entre-soi assumé.

Frédéric Lemaire et Blaise Magnin

 
  • Enregistrer au format PDF

CQFD : « SOS d’un canin en détresse »

Un appel à soutien du mensuel de critique et d’expérimentation sociales.

Le gouvernement s’attaque à l’audiovisuel public – Le Parisien en redemande

Un projet en forme de réduction drastique du périmètre ainsi que des moyens financiers humains et techniques de France Télévisions et Radio France.