Observatoire des media

ACRIMED

EN BREF

Docteur Patrick et Mister Cohen

par Julien Salingue,

Déontologie journalistique à géométrie variable.

Faut-il continuer à offrir des tribunes médiatiques à Éric Zemmour et à ses outrances ? La question, à propos de laquelle nous nous sommes récemment exprimés, a été posée par Libération, dans un article publié le 21 septembre 2016, à plusieurs journalistes, parmi lesquels Patrick Cohen. Le journaliste en charge de la matinale de France inter était en effet présent sur le plateau de « C à vous », le 6 septembre dernier, lors de l’une des plus récentes (et bruyantes) apparitions de Zemmour [1].

On a ainsi pu apprendre, comme l’a également relevé « Arrêt sur images », que Patrick Cohen a été « surpris » par les propos tenus par son invité, reconnaissant qu’il n’avait pas lu « ligne à ligne » le nouvel ouvrage de ce dernier. Et, à la question de savoir s’il conviera prochainement Éric Zemmour sur les antennes de France inter, il répond par la négative, avançant trois arguments :

Un, on n’est pas loin de discours pouvant tomber sous le coup de la loi [2]. Deux, son livre n’est pas une œuvre originale si on met de côté les quelques pages de la préface. Trois, il y a suffisamment d’intellectuels dans le paysage pour ne pas aller chercher quelqu’un qui a été journaliste mais qui est devenu un acteur politique sans en avoir la légitimité électorale.

Patrick Cohen en déduit-il toutefois qu’il faudrait cesser d’inviter Éric Zemmour et de lui offrir des tribunes ? Non. Et il s’en explique :

Cette question me gêne car elle présuppose que les téléspectateurs sont des imbéciles, qu’ils sont incapables de faire la part des choses et que diffuser des propos inacceptables revient à les faire rentrer dans la tête des gens.

Un indéniable respect, de la part de Patrick Cohen, pour l’autonomie intellectuelle des téléspectateurs, qu’il estime capables de « faire la part des choses », y compris parmi les « propos inacceptables » d’Éric Zemmour. Hors de question pour lui, dès lors, de considérer que ce dernier devrait être persona non grata dans les émissions de débat.

Voilà qui tranche avec les propos tenus par un certain Cohen Patrick en mars 2013 lors d’un fameux échange avec Frédéric Taddeï au cours de l’émission… « C à vous ». Pour mémoire, Cohen avait alors reproché à l’animateur de « Ce soir ou jamais » de donner la parole à des « cerveaux malades » [3]. Et d’argumenter :

Quand on anime une émission de débat, de débat public, on a une responsabilité, par exemple de ne pas propager de thèses complotistes, de ne pas donner la parole à des cerveaux malades, parce que dans les gens que j’ai cités, je pense qu’il y a des cerveaux malades.

Quelques jours plus tard, en réponse à une chronique de Daniel Schneidermann au titre explicite (« La liste noire de Patrick Cohen » [4]), le journaliste de France inter enfonçait le clou :

Si le nouveau critère de la déontologie façon Schneidermann, c’est recevons tout le monde même les plus marginaux, les plus délirants, les plus condamnables – y compris du point de vue de la loi, puisque Dieudonné a été plusieurs fois condamné – pour avoir une forme de crédibilité dans le pluralisme des idées et des expressions, alors je pense qu’il faut changer de métier.

Si l’on compare les déclarations de Patrick Cohen en 2013 et en 2016, on en déduira donc que :

- Patrick Cohen pensait, en 2013, que les téléspectateurs étaient des « imbéciles », « incapables de faire la part des choses ».
- Patrick Cohen a changé : il pense désormais qu’établir une liste de personnes « interdites d’antenne » est un manque de respect pour les téléspectateurs, qui peuvent tout à fait être exposés à des « propos inacceptables » sans nécessairement les prendre pour argent comptant.
- Patrick Cohen va reconnaître qu’il s’était égaré en 2013, et présenter ses excuses à toutes celles et tous ceux à qui il avait alors administré des leçons de déontologie journalistique. À moins que, pris de remords, il ne décide de « changer de métier ».


Julien Salingue

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Plus de 700 signalements de téléspectateurs auprès du CSA, en raison notamment de cette fulgurance zemmourienne : « Les soldats du jihad sont considérés par tous les musulmans, qu’ils le disent ou qu’ils ne le disent pas, comme des bons musulmans ».

[2Signalons à Patrick Cohen qu’Éric Zemmour a déjà été condamné. Voir notre article consacré aux « éditorialistes VRP du Front national ».

[3Citant pêle-mêle Tariq Ramadan, Alain Soral, Marc-Édouard Nabe ou encore Dieudonné. Voir l’article que nous avions consacré à cette « affaire ».

[4Une chronique toujours consultable sur le site de Libération.

Pseudo-journalisme politique au Parisien : ça va durer encore longtemps ?

Personnalisation partout, politique nulle part.

Ces médias qui ont besoin de notre soutien : le site d’informations Basta !

« Pour une information indépendante, sans publicités ni algorithmes. »