Observatoire des media

ACRIMED

Diffusion d’une rumeur : La Société des personnels de Libération déplore une « faute » (Communiqué)

Nous reproduisons ci-dessous, sous son titre original, un communiqué de la Société civile des personnels de Libération (SCPL). [1] : un communiqué reproduit le lundi 8 avril, le jour de sa parution sur le site du quotidien. (Acrimed)

La faute

« La SCPL déplore que Libération ait relayé ce matin une rumeur sans fondement sur un prétendu compte en Suisse de Laurent Fabius, avec pour effet de l’accréditer. Notre travail de journaliste ne consiste pas à rendre publique une rumeur, mais à enquêter pour savoir si elle correspond à des faits. Ce travail élémentaire n’a pas été fait.

« Il s’agit là d’une faute déontologique grave.

« Cet épisode dommageable à l’image de Libération, qui engage la responsabilité de Nicolas Demorand, illustre une nouvelle fois la mauvaise gouvernance du journal. Il confirme l’urgence de l’élection d’un directeur de la rédaction de plein droit, en vertu des statuts de l’entreprise, réclamée depuis le 19 mars par 94% de l’équipe. À nouveau, la SCPL l’exige dans les plus brefs délais. » [2]


Nota Bene d’Acrimed [3]

Dans son édition du lundi 8 avril, non seulement Libération relaie la rumeur selon laquelle Médiapart, qui a démenti depuis, allait faire des révélations sur un hypothétique compte à l’étranger détenu par Laurent Fabius, mais la fausse nouvelle est relayée en « Une » du quotidien… sous la forme… d’un démenti de Laurent Fabius.

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1La SCPL représente les salariés au Conseil de surveillance du journal.

[2La SCPL fait plus précisément référence à une demande de séparation des fonctions de président du directoire et de directeur de la rédaction.

[3Nous ne commentons pas les communiqués que nous choisissons de publier : il s’agit là de simples précisions.

La meute des éditocrates

Des professionnels du commentaire.