Observatoire des media

ACRIMED

Après 14 ans, justice pour Jacques-Marie Bourget, journaliste gravement blessé à Ramallah (SNJ)

Nous publions ci-dessous un communiqué du SNJ, en solidarité avec Jacques-Marie Bourget. Nous avions déjà relaté la tentative d’assassinat par l’armée israélienne dont il avait été victime en 2000, ainsi que les péripéties judiciaires qu’il a traversées pour que justice lui soit rendue, jusqu’au classement de l’affaire en 2011. (Acrimed)

Jacques-Marie Bourget, grand reporter à Paris Match, est gravement blessé le 21 octobre 2000 à Ramallah alors qu’il couvre, pour l’hebdomadaire, la situation dans ce territoire palestinien.

Depuis lors et malgré de très nombreuses investigations et maints recours en justice : impossible, pour notre confrère de pouvoir faire identifier le tireur qui l’a visé ; impossible de faire prendre en charge, comme il se doit, cette grave blessure ; impossible d’être reconnu par le fonds d’indemnisation d’aides aux victimes.

Dernière chance pour ce journaliste, marqué à vie par cet épisode dramatique, pour une reconnaissance, au moins financière, le 19 juin prochain.

La Cour d’Appel de Paris doit décider si le Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d’autres infractions (FGTI) a eu tort ou raison de lui refuser toute indemnisation. Le Fonds, dans un courrier du 29 juin 2012, a en effet répondu négativement au journaliste arguant que « Monsieur Bourget se trouvait dans une zone dangereuse comportant des risques élevés puisqu’il se tenait à proximité de militaires armés en action de tir. »

Pour le Syndicat national des journalistes (SNJ), première organisation de la profession, il s’agit là d’une véritable négation de la fonction même de journaliste de terrain.

« L’information suivie contre X du chef de tentative d’homicide volontaire n’a pas permis de retenir de charges contre quiconque d’avoir commis les faits reprochés en raison notamment du refus de l’armée israélienne d’exécuter une commission rogatoire internationale et leur absence de coopération. »

Pour le SNJ, cette décision signifie qu’il suffirait donc de faire obstruction pour que toute victime se voie privée de tous ses droits !

Pour le premier syndicat de la profession, pleinement solidaire de son confrère, ces attendus sont aussi choquants qu’incompréhensibles et totalement contraires au droit international et français.

Les journalistes sont des civils, ils exercent une mission particulière au service de tous les citoyens.

Pourquoi Jacques-Marie Bourget a-t-il vécu 14 ans terribles ?

En raison de la spécificité des relations de la France avec l’État d’Israël qui a refusé toute coopération avec la justice française ? En raison du peu d’intérêt des gouvernements français successifs pour cet acte de guerre à l’encontre d’un journaliste dans l’exercice de sa profession ? En raison de l’absence de « battage médiatique » qui fait qu’il y a des journalistes moins égaux que d’autres ?

Après près de 14 ans de lutte, Jacques-Marie Bourget doit être reconnu comme victime par la justice et indemnisé au juste niveau par le fonds prévu à cet effet.

Le SNJ appelle les journalistes à la vigilance car c’est bien toute la profession qui est concernée et, d’une manière ou d’une autre, à assurer leur confrère de leur solidarité.

Paris, lundi 16 juin 2014

 
  • Enregistrer au format PDF

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.

Mardi Cinéma d’Acrimed : « À l’intérieur des rédactions » (cycle de projections-débats)

Au cinéma La Clef (Paris 5e) avec quatre documentaires réalisés à l’intérieur de la rédaction de quotidiens de presse.

Zemmour superstar

Il dit n’importe quoi... et tout le monde en parle !