Observatoire des media

ACRIMED

EN BREF

Alexis Tsipras : idiot, aux abois ou fainéant ?

par Denis Souchon,

Un seul objectif pour la presse française : décrédibiliser Alexis Tsipras par la titraille.

Les titres de la presse française consacrés à Alexis Tsipras depuis son arrivée au poste de Premier ministre de la Grèce le 26 janvier 2015 contribuent – en décrédibilisant son action – à construire un « monstre anthropologique » [1] :

- Le 28 janvier 2015, Le Figaro : « Alexis Tsipras déclenche un krach bancaire à Athènes »

- Le 28 janvier 2015, L’Opinion : « Tsipras déstabilise l’économie grecque »

- Le 2 février 2015, TF1 : « Tsipras, "cauchemar de l’Europe" et "pilote fantôme" pour le Spiegel »

- Le 9 février 2015, L’Opinion : « Sur les indemnités de guerre, Tsipras crie seulement plus fort que les autres »

- Le 1er mars 2015, Le Figaro : « Alexis Tsipras déclenche la colère de l’Espagne et du Portugal »

- Le 2 mars 2015, Les Echos : « Plan de sauvetage : Tsipras contraint de céder »

- Le 2 mars 2015, Le Monde : « Alexis Tsipras se met à dos l’Espagne et le Portugal »

- Le 18 mars 2015, Le Monde : « Alexis Tsipras fait l’unanimité contre lui à Bruxelles »

- Le 19 mars 2015, Le Figaro : « Grèce : la fuite des capitaux s’accélère, Alexis Tsipras aux abois à Bruxelles »

- Le 20 mars 2015, Les Echos : « Réformes en Grèce : Merkel et Hollande recadrent Alexis Tsipras »

- Le 20 mars 2015, Le Figaro : « Grèce : Tsipras promet de se mettre au travail »

- Le 23 mars 2015, Le Figaro : « Merkel tend la main à Tsipras, en détresse financière »

- Le 30 mars 2015, Le Monde : « Grèce : le discours d’Alexis Tsipras vire à la foire d’empoigne »

- Le 30 mars 2015, Valeurs actuelles : « Tsipras rentre dans le rang »

- Le 4 avril 2015, Le JDD : « Tsipras otage consentant de Poutine ? »

- Le 8 avril 2015, L’Obs : « Alexis Tsipras, l’"idiot utile" de Poutine ? »

- Le 8 avril 2015, Jean-Marc Sylvestre sur son blog titre : « Et Tsipras commit l’irréparable : la Grèce part chercher de l’argent à Moscou »

Tout laisse à penser que les préposés à la titraille semblaient vouloir faire passer Alexis Tsipras pour le « mauvais élève » de l’Union Européenne. On aurait du mal à s’imaginer une telle accumulation de titres (ayant le même ton que ceux recensés ci-dessus) consacrés, par exemple, à Angela Merkel.

Denis Souchon

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Ce terme renvoi à un concept développé par Pierre Bourdieu : « L’homo œconomicus tel que le conçoit (de manière tacite ou explicite) l’orthodoxie économique est une sorte de monstre anthropologique : ce praticien à tête de théoricien incarne la forme par excellence de la scholastic fallacy, erreur intellectualiste ou intellectualo-centrique, très commune dans les sciences sociales (notamment en linguistique et en ethnologie), par laquelle le savant place dans la tête des agents qu’il étudie, ménagères ou ménages, entreprises ou entrepreneurs, etc., les considérations et les constructions théoriques qu’il a dû élaborer pour rendre compte de leurs pratiques. » (Les Structures sociales de l’économie, Seuil, 2000, p. 256)

La meute des éditocrates

Des professionnels du commentaire.