Acrimed | Action Critique Médias
Vous êtes ici =>L’information > International > 2003 : L’Irak et la guerre américaine > L’invasion de l’Irak > TF1, 24 mars : un journaliste à l’affût des insectes irakiens
Imprimer

Guerre contre l’Irak

TF1, 24 mars : un journaliste à l’affût des insectes irakiens

par David Noël

le 26 mars 2003

Un correspondant d’Acrimed a relevé une comparaison qui se passe de commentaires : où l’on apprend que les jardiniers américains combattent les moustiques irakiens avec des jets d’aérosol … (chapo d’Acrimed)

L’envoyé spécial de TF1 à Koweït-City aura sans doute beaucoup éclairé les spectateurs qui regardaient le journal de 13 heures présenté par Jean-Pierre Pernaut ce lundi 24 mars 2003.

Notons tout d’abord la pertinence des questions de Jean-Pierre Pernaut qui, au cinquième jour du conflit en Irak, et au quatrième jour de l’offensive terrestre, s’impatiente déjà : ce sera l’occasion d’interroger l’envoyé spécial de TF1 à Koweït-City, Jean-Pierre Ferey, afin qu’il nous explique les raisons de l’enlisement américano-britannique dans le sud de l’Irak.

Bien sûr, le téléspectateur sceptique pourrait raisonnablement objecter que la résistance irakienne est un non-événement, dans un pays martyrisé par les bombes américaines.

L’hypothèse ne semble pas effleurer le moins du monde Jean-Pierre Pernaut, frustré de ne pas pouvoir montrer d’images de foules en liesse. Dans ces conditions, les combats de rue sont évidemment un événement inattendu et méritent une analyse approfondie.

Il revient à Jean-Pierre Ferey, qui n’a vraisemblablement aucune compétence militaire, et pas le moindre renseignement à nous fournir, de nous délivrer cette analyse essentielle par le biais d’une métaphore d’une confondante partialité :

« Imaginez, Jean-Pierre, vous êtes dans votre jardin, piqué par des moustiques, mais ça ne vous empêche pas de bêcher ; si les moustiques deviennent trop nombreux, alors, vous allez lancer un jet d’aérosol... »

La comparaison est audacieuse : elle oppose les valeureux soldats américains, transposés pour les besoins de la parabole en laborieux jardiniers bêchant paisiblement leur jardin, aux soldats irakiens, assimilés pour l’occasion à des moustiques nuisibles qui assaillent les gentils jardiniers.

L’image est évidemment très négative pour les soldats irakiens à qui Jean-Pierre Ferey dénie l’humanité qu’il accorde bien volontiers aux Américains. De plus, il s’agit bien pour le journaliste de TF1 de transformer les Irakiens en assaillants, contre qui les "bons" Américains se défendent avec retenue : notons bien que le jardinier-GI n’utilise son aérosol qu’en dernier recours...

De toute évidence, certains journalistes feraient bien mieux, tel Candide, de cultiver leur jardin au lieu de nous infliger pareils commentaires !

David Noël
adhérent d’ATTAC

P.-S.

Le visionnage après-coup de certains reportages de Jean-Pierre Ferey laisse une bien meilleure impression que celle que l’on pourrait retenir du commentaire "épinglé" ici. Une occasion de dire que c’est parfois le culte du "direct" qui rend vulnérables les reporters eux-mêmes (Précision d’Acrimed, 29 mars 2003)

Tourne avec Spip       Nous écrire, nous contacter | Mentions légales | Administration | Plan du site       Flux RSS   Haut de page
Site sous « Spip » - Webmaster Yanic Gornet - Optimisé pour Mozilla FireFox
Hébergeur associatif Globenet, hébergeur associatif - Notre éditeur : Editions Syllepse