Observatoire des media

ACRIMED

Zuccarelli : " c’est Le Monde qui m’a viré du ministère "

par Patrick Lemaire,

Interrogé par VSD (23/10/03), Emile Zuccarelli, ancien ministre de la Fonction publique dans le gouvernement Jospin, et élu corse opposé au projet Jospin pour l’île (les " Accords de Matignon "), s’en prend au Monde [1].

" Pourquoi Emile Zuccarelli n’est-il jamais interviewé dans le journal Le Monde ?
- Je suis en profond désaccord avec la direction de ce quotidien et notamment avec Jean-Marie Colombani, qui est lui-même corse.
Que lui reprochez-vous ?
- De s’être comporté en militant plus qu’en journaliste pour défendre les accords de Matignon. Il y a aussi le fait que Le Monde ouvre très largement ses colonnes aux nationalistes, au mépris de toute déontologie. Mais il y a pire.
Que voulez-vous dire ?
- Quand j’étais ministre, c’est Le Monde qui m’a viré ! Et ce n’est pas une formule : les dirigeants du Monde ont réclamé ma tête de ministre à Jospin... et ils l’ont eue. J’ai été remercié en mars 2000 après trois années passées au ministère de la Fonction publique.
C’est vrai que Lionel Jospin vous a "démissionné" en deux minutes ?
- Oui, par téléphone. Viré comme un malpropre. Le Monde venait d’écrire qu’un remaniement s’imposait si tous les membres du gouvernement ne soutenaient pas les accords de Matignon. "

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Information signalée dans L’actualité des médias n°12 (note d’Acrimed).

Michel Onfray critique la presse à la serpe

Pour le philosophe médiatique, la liberté de la presse n’existe pas. Ce qui ne l’empêche pas de l’inonder de ses tribunes !

Un « Conseil de la Presse » ? À quelles conditions et comment

Note d’Acrimed à l’intention de Madame Sirinelli, chargée de mission

Gilles Leclerc, réputé pour ses « ménages », recruté au « Comité d’éthique » de Radio France

Comme dans le cas d’Isabelle Giordano, plus c’est gros, plus ça passe (pour l’instant… ?)