Observatoire des media

ACRIMED

Vendée Globe : prendre la mer ou être mère, il faut choisir, par Paris-Match

par Julien Salingue,

Le départ de la course autour du monde à la voile en solitaire, le Vendée Globe, a été donné le 10 novembre dernier. Quelques jours plus tard, Paris-Match publiait dans sa version papier et sur son site une interview de la navigatrice Samantha Davies (contrainte à l’abandon depuis). Et le moins que l’on puisse dire est qu’elle a bénéficié d’un traitement de faveur, typique du sexisme qui règne dans le petit monde des grands médias.

Samantha Davies est la seule femme à avoir pris le départ du Vendée Globe. Ce que Paris-Match n’a pas manqué de lui rappeler en posant des questions qui en disent long sur la conception que certain-e-s se font de la répartition des rôles au sein de nos sociétés. En témoignent les questions qui ont été posées à la navigatrice, que nous reproduisons dans leur intégralité, et qui se passent de commentaires :

- « Comment s’est passé le départ ? »
- « Vous reprenez part à la course la plus dangereuse du monde. Être mère ne vous a pas calmée ? »
- « Êtes-vous prête à prendre autant de risques qu’avant ? »
- « Et votre compagnon, le navigateur Romain Attanasio, il ne grimace pas de vous voir quitter le foyer ? »
- « On a un sentiment de surprotection quand on vient de donner la vie. Vous ne culpabilisez pas de laisser votre bébé durant trois mois ? »
- « Quand même, trois mois sans sa mère, c’est beaucoup… »
- « Pour un sponsor, n’est-ce pas un handicap de soutenir une jeune maman ? »
- « Comment allez-vous rester en contact avec Ruben [son fils] ? »
- « Avez-vous trouvé le temps de vous entraîner après la naissance de Ruben ? »
- « Isabelle Autissier, Florence Arthaud, Ellen MacArthur… Ces navigatrices n’avaient pas de bébé à la maison lorsqu’elles ont pris la mer. Vous êtes un cas à part. »

Épouse et mère, voilà le rôle assigné aux femmes par Paris-Match. Qui n’est malheureusement pas, dans ce domaine, « un cas à part ».

Julien Salingue

PDF - 435.2 ko
 
  • Enregistrer au format PDF

Servitude volontaire de la presse (et de l’État) face aux géants du numérique

Comment Google, Facebook, SFR (et quelques autres) dévorent l’information.

« C à vous » : cuisine entre amis sur le service public

Quand un « talk-show » de la télévision publique permet à son producteur de promouvoir ses autres émissions.

Regards croisés sur la situation des médias en Algérie et en Égypte (vidéos d’un Jeudi d’Acrimed)

Avec Hacen Ouali (El Watan) et Julien Salingue (Acrimed).