Observatoire des media

ACRIMED

EN BREF

Un joyeux anniversaire en présence de DSK

par Henri Maler,

« Pour Manuel Valls et le PS, DSK n’est plus persona non grata », titre Le Monde du 13 octobre 2014. Si tel est bien le cas, semble-t-il, il faut ajouter aussitôt : pour certaines sommités des médias, non plus.

Que nous apprend en effet l’article d’Ariane Chemin ? Ceci : « Anne Hommel, spécialiste de la communication de crise […], recevait près de la Bastille à Paris, pour fêter ses 47 ans, son ami et "client" DSK – annoncé, cette fois – au milieu d’éminents socialistes [...] ». Et de citer quelques noms, présents à cette soirée, dont celui de Manuel Valls. Des présences significatives, donc. Mais pas plus que celles qui concernent plus directement la critique des médias.

« S’agit-il de la première étape d’une opération de communication avant le procès ? », s’interroge la journaliste, qui évoque celui qui doit se tenir en février 2015 au cours duquel DSK doit répondre du chef d’accusation de « proxénétisme aggravé en réunion ». Et de constater : « Que de relais d’opinion en tout cas dans cette fête privée ! » Parmi eux, Ariane Chemin mentionne : « […] des spécialistes des sondages (tel Brice Teinturier d’Ipsos) et d’innombrables personnalités des médias – Jean-Pierre Elkabbach ou Michel Field, le président du directoire du Monde, Louis Dreyfus, des "rubricards" politiques, des investigateurs de télévision… »

Ce serait une exagération d’affirmer : « Ils sont venus, ils sont tous là, dès qu’ils ont entendu ce cri : DSK sera là ! » Mais il n’est pas excessif de dire que le petit monde politico-médiatique est décidément petit !

Henri Maler

P.S. L’article d’Ariane Chemin a fort déplu au premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis. Selon le site « Arrêt sur images » qui rapporte ses propos, « reçu mercredi par LCP, Cambadélis a cité nommément la journaliste, expliquant qu’il trouvait "odieux" son article sur la soirée d’anniversaire de la conseillère en communication de crise Anne Hommel (…) » Et @si de citer l’indigné : « Le problème ce n’est pas le retour de DSK, vous politisez la question. Le papier c’est de dire qu’un certain nombre de personnalités et d’élites fraient en commun. Il dit : "regardez, ces journalistes, ces sondeurs, ces élites, ces politiques qui sont ensemble, surtout quand certains font des conférences pour dire qu’il ne faut pas mélanger les genres". » Etait-ce l’objectif de l’article ? Nous l’ignorons. Est-ce le sens que l’on peut partiellement lui donner ? Evidemment ! Ce « mélange » ou ce rassemblement n’est pas « odieux », mais symptomatique…

- Merci à la correspondante d’Acrimed qui nous a mis sur la piste.

 
  • Enregistrer au format PDF

Sortie de Médiacritique(s) n°25 (octobre-décembre 2017)

... avec un dossier sur les professionnels du commentaire. À commander dès maintenant.

Poursuite de la lente asphyxie de France Télévisions

De moins en moins de moyens, des projets de plus en plus redoutables.

Double peine publicitaire pour les lecteurs des Inrockuptibles

Coïncidence fâcheuse ou noces (lucratives) de la publicité et du « rédactionnel » ?