Observatoire des media

ACRIMED

Un documentaire sur Bernard Arnault ? Circulez...

Nous publions ci-dessous, avec l’accord du quotidien qui l’a publié et de son auteure, un article de Laurence Mauriaucourt paru le 23 mai 2013 dans L’Humanité. (Acrimed)

Gilles Balbastre, le co-réalisateur des Nouveaux Chiens de garde, travaillait depuis plusieurs mois à un projet de film sur le patron de LVMH, Bernard Arnault, intitulé Créateur de richesses. À la fin de la semaine dernière, nous apprenions que le Centre national du cinéma (invoquant des problèmes de forme et non pas de fond) ne subventionnera pas ce film.

Fallait-il s’y attendre ? En consultant le site du CNC, l’on repère en effet que certains des sept membres de la commission intitulée « documentaire : fonds d’aide à l’innovation audiovisuelle (aide à l’écriture) », sollicitée pour une aide de 7 500 euros, sont en liaison pas forcément très indirecte avec le milliardaire, première fortune de France.

La commission en question est composée d’un président et de six personnalités du cinéma et de la télévision. Pour l’année 2013, la présidence est assurée par Frédéric Pajak, écrivain, dessinateur et éditeur. Mais qui touche aussi au cinéma et à la photographie. À ce titre il a exposé à l’Espace Louis Vuitton des Champs-Élysées en mai 2012. Louis Vuitton ayant Bernard Arnault pour principal actionnaire, faut-il le rappeler.

Outre son président, la commission en question est composée de six membres, dont Danièle Hibon, programmatrice de cinéma pour le musée du Jeu de paume. Un musée qui est, entre autres, sponsorisé par… LVMH. Le Jeu de paume n’hésitant pas à indiquer sur son site que « la démarche de mécénat de LVMH pour la culture, le patrimoine artistique et la création contemporaine vise à promouvoir et à partager les valeurs d’excellence et de créativité qui assurent, partout dans le monde, le succès économique de ses maisons ». Difficile d’être plus transparent. Tout cela, c’est le jeu du mécénat privé, nous direz-vous. Reste que, quand on parle du CNC, il s’agit bien d’un organisme public. Poursuivons.

Le réalisateur François Lévy-Kuentz est également membre de la commission du CNC qui fut chargée d’examiner le dossier du documentaire sur Bernard Arnault en question. François Lévy-Kuentz est lui-même un brillant réalisateur de documentaires sur l’art. Il a notamment réalisé un film sur l’artiste Alexander Calder pour le Centre Pompidou, à l’occasion d’une exposition présentée en 2009. Le Centre Pompidou étant, lui aussi, l’un des musées du monde épaulé solidement par Bernard Arnault.

Enfin, l’on dégote Frank Eskenazy dans la liste des membres. Un producteur qui, entre autres, est une vieille connaissance d’Annick Cojean, journaliste du Monde. Avec elle, il a notamment écrit la Folle Histoire des radios libres en 1986. Mais Annick Cojean, par ailleurs directrice de l’émission Empreintes, dédiée au documentaire sur France 5, pourra toujours arguer qu’elle a programmé un film de Guillaume Durand, justement sur Bernard Arnault ! Hélas, à plusieurs reprises dans le dossier présenté au CNC, Gilles Balbastre fait référence négativement à ce film de Durand et à la trop gentille présentation qui en fut faite par Annick Cojean. À noter que Frank Eskenazy a lui-même réalisé en 2009 pour l’émission Empreintes un documentaire sur Jean-François Kahn…

Qui a vu les Nouveaux Chiens de garde (non aidé par le CNC et pourtant nominé aux césars 2013) et la manière dont Yannick Kergoat et Gilles Balbastre y mettent au jour les connivences qui existent entre la sphère médiatique, le monde politique et les empires économiques, ne s’étonnera guère que ces coïncidences puissent mettre le réalisateur en rogne. Que le magnat du luxe Bernard Arnault choisisse d’irradier le monde de la culture et de la communication, pour mieux entretenir le flou artistique qui règne sur la manière dont il a pu décupler sa fortune, c’était justement une bonne partie du sujet ! Y aurait-il un autre mécène que LVMH et le CNC dans la salle ?

Après les Nouveaux Chiens de garde, Gilles Balbastre travaille sur un documentaire autour du patron de LVMH. Vous 
ne verrez peut-être jamais ce film. Une commission du CNC a refusé de l’aider. Mais pas n’importe quelle commission.

Laurence Mauriaucourt

 
  • Enregistrer au format PDF

Jeudi d’Acrimed : mobilisations contre la Loi Travail, le retour des chiens de garde

Le 29 septembre 2016 à Paris, avec Sophie Binet (CGT) et Frédéric Lemaire (Acrimed).

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.