Observatoire des media

ACRIMED

Ukraine : grosse bourde, correction partiale et propagande insidieuse de l’AFP

par Olivier Berruyer,

Nous publions ci-dessous, avec l’autorisation de son auteur, Olivier Berruyer, et en tribune [1], un article paru le 9 juin sur son blog, Les-Crises.fr, et intitulé « (Le dur métier de propagandiste...) Quand l’AFP fait une grosse bourde, contamine les esprits, puis refuse d’employer les bons mots… ».

1. La grosse bourde

Vidéo AFP trouvée ce matin :

et sur le site de l’AFP :

Bon, je passe rapidement sur le fait :

- que la plupart des combattants ne sont pas « séparatistes » au sens de la Crimée, mais plus « Autonomistes » à la rigueur. Comme le séparatisme, « c’est le Mal », on comprend le sens manipulatoire des mots (et encore, le mot “terroristes” lancé par Kiev n’a pas bien pris dans les médias ce coup-ci) ;

- que ces gens ne sont pas des « pro-russes » mais des « ukrainiens russophones ». Je ne vois pas qui pourrait qualifier des québécois de « pro-Français » ? Et on comprend bien que s’il y a des pro-Russes, il y a donc des pro-Ukraine, et comme on est en Ukraine, et qu’en plus les Russes, « c’est le Mal », il y a de nouveau le choix de mots péjoratifs envers ces personnes.

Non, le souci, c’est que cela n’a guère de sens : Slaviansk est aux mains des autonomistes, ils ne se tirent pas dessus ! L’AFP a sans doute confondu avec l’attaque de l’aéroport de Lougansk par les autonomistes le même jour.

Donc, si le rédacteur de l’AFP avait 2 grammes de connaissance du dossier ukrainien, il aurait dû comprendre qu’il y avait un problème : car ce sont bel et bien les forces militaires du gouvernement qui pilonnent la ville !

Et pas qu’un peu :

Comme cela a été bien expliqué par l’agence russe ITARR/TASS (d’où l’intérêt de ne pas être hémiplégique sur les sources…) :

Donc erreur grossière de l’AFP…

2. Les conséquences

Eh bien comme d’habitude, les propos de l’AFP contaminent toute la presse française :

Etc.

C’est bien simple : 11 000 pages reprennent ces bêtises (ou des liens vers elles) en une matinée :

Une seule source pour des sites qui la reprennent en copier-coller (comme nous l’avons déjà vu à propos des 100 000 soldats russes bidons) – il faudrait que le législateur s’empare de ce sujet démocratique rapidement

3. La correction manipulatoire

Bon, finalement, ça se voit, et l’AFP modifie sa vidéo.

Et c’est là qu’on passe de l’erreur (très peu acceptable au vu du contexte) à la manipulation (je n’aime pas trop brandir ce mot, mais ici, on voit très clairement le double langage).

Car non seulement, l’AFP ne communique pas clairement sur son erreur sur son site de vidéo.

MAIS SURTOUT, elle n’emploie plus les mêmes mots, et ne désigne pas le coupable :

Eh oui :

1/ la ville n’est plus « pilonnée » (brrrr, c’est Stalingrad quoi…) mais « touchée par des tirs de mortiers » (hmmmm, 3 coups dans un terrain vague ?) ;

2/ et surtout « par les séparatistes » devient : rien ! Eh oui, l’AFP ne va pas écrire « par les troupes du gouvernement », cela serait très très impoli ! Car les barbares, ce sont les Russes, évidemment !
C’est comme pour les morts d’Odessa en fait…

CQFD !

Olivier Berruyer

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Les articles publiés sous forme de « tribune » n’engagent pas collectivement l’association Acrimed, mais seulement leurs auteurs.

Pseudo-journalisme politique au Parisien : ça va durer encore longtemps ?

Personnalisation partout, politique nulle part.

Ces médias qui ont besoin de notre soutien : le site d’informations Basta !

« Pour une information indépendante, sans publicités ni algorithmes. »

Le « cas Macron » : un feuilleton médiatique à suspense

Chronique d’une hypermédiatisation annoncée.