Observatoire des media

ACRIMED

Traitement médiatique des manifestations du 1er mai : des titres évocateurs

par Clément Labrune,

Le traitement des manifestations du 1er mai aurait mérité une analyse détaillée de son contenu, tous médias confondus. Mais pour nombre d’entre eux, il suffit de comparer les titres, selon qu’ils concernent le Front National ou les syndicats.

Depuis 1988, le Front National fait son défilé le 1er mai. Cette année, le défilé d’extrême droite a rassemblé 5 300 personnes selon la police, 20 000 selon le FN. Il n’y a qu’un seul rassemblement FN pour toute la France, des bus (une centaine selon le parti) partent de plusieurs fédérations pour se rendre à Paris, ces chiffres valent donc pour l’ensemble du pays.

Les syndicats, dans l’ensemble de la France ont réunis 210 000 manifestants, 99 000 selon la police. Rien qu’à Paris ils étaient 65 000. Comparé à 2013, le FN annonce 5 000 personnes de plus cette année, les syndicats enregistrent 50 000 participants supplémentaires.

-  Le Monde, s’agissant de la manifestation du Front National, titre en une de la rubrique « Politique » sur le site internet : « Devant la statue de Jeanne d’Arc, Marine Le Pen mobilise pour les Européennes »

… À comparer avec ce titre du Blog du Monde « Question(s) sociale(s) : « Un 1er-Mai syndical maussade ».

L’article sur le Front National parle de « démonstration de force » et le dernier paragraphe commence cette phrase : « Marine Le Pen aborde ce 1er-Mai en position de force ». En revanche, dans l’article sur la mobilisation des syndicats, on insiste sur « Un 1er-Mai syndical en demi-teinte qui montre la difficulté persistante des syndicats à mobiliser ». Le vocabulaire utilisé est à l’image de ce que l’on veut faire dire : « n’a pas impulsé de vraie dynamique », « on était très loin des grands 1er-Mai », « une certaine déception »... Et de rappeler qu’en 2009 il y avait bien plus de participants.

On pourrait penser que cette différence de traitement vient donc du fait que les chiffres du FN étaient « exceptionnels » cette année ou jamais atteints jusqu’ici. Et que c’est pour ça que 20 000 personnes, c’est une victoire du FN, et 210 000 une défaite pour le syndicalisme. Mais ce n’est même pas le cas puisque ne serait-ce qu’à sa toute première manifestations du 1er mai, en 1988, comme le rappelait Politis en 2012, le FN avait rassemblé 10 000 personnes de plus que cette année.

- Du côté du Figaro on est plus explicite :

- « 1er mai : Marine Le Pen déclare la guerre à "cette Europe" »

- « Le 1er Mai 2014 fait un gros flop »

Le premier paragraphe du premier article commence par cette phrase : « La présidente du Front National a prononcé un discours de combat sous la pluie et les applaudissements de milliers de militants et sympathisants ». En revanche, l’article consacré aux syndicats souligne ironiquement : « Banderoles, tracts, musique : rien ne manquait à cette mobilisation… sauf l’affluence ».

- Pour Les Échos  :

- « Européennes : le FN appelle "le peuple à exprimer sa colère dans les urnes" »

- « Un 1er Mai sans relief marqué par la désunion syndicale »

- Sur le site de Libération si les titres sont plutôt factuels s’agissant des syndicats, ceux qui concernent le Front National soulignent l’effort de mobilisation :

- Ainsi, aux alentours de 8h, avant les défilés et à six minutes d’écart Libération publie d’abord deux articles : « Le FN en “démonstration de force” pour le 1er mai », puis « Désunion syndicale pour le défilé du 1er mai ». Et une fois connus les chiffres des deux manifestations : « Défilés anti-austérité dans toute la France pour le 1er mai » ; « À un mois des européennes, Marine Le Pen galvanise ses troupes ».

- En ce qui concerne La Croix les titres sont un peu moins évocateurs :

- « Marine Le Pen mobilise son électorat pour les Européennes »

- « 1er mai : 100.000 manifestants en colère contre "l’austérité" »

Mais le second article se conclut ainsi : « Mais les syndicats peinent à convaincre. À peine un tiers des Français (32 %) accordent leur confiance aux organisations syndicales, selon un sondage Ifop publié jeudi. »



***




Ainsi, sur cinq grands titres de la presse quotidienne, le FN comptabilise six titres à consonance positive dans le sens où ils insistent sur une « mobilisation » ou un appel (« exprimer sa colère » ou « déclarer la guerre à l’Europe »). Du côté des syndicats, on peut compter deux titres plutôt positifs (« 100 000 manifestants », « dans toute la France »), et quatre franchement négatifs : « sans relief », « désunion », « gros flop », « maussade ». Le tout alors que les deux défilés, comparé à l’an dernier, ont augmenté dans une même proportion et que les syndiqués étaient dix fois plus nombreux que les militants d’extrême droite.

Clément Labrune

 
  • Enregistrer au format PDF

La meute des éditocrates

Des professionnels du commentaire.