Observatoire des media

ACRIMED

Témoignages de 77 auditeurs (5)

(Premier semestre 2002)

Témoignages de 77 auditeurs répondant à une enquête effectuée par le Rassemblement des Auditeurs Contre la Casse de France Culture (RACCFC), durant le premier semestre 2002 (notamment au festival d’Avignon).

Réponses à la question : " Etes vous content de la nouvelle formule introduite à France Culture depuis 1997 avec l’arrivée à la direction de la chaîne de Patrice Gélinet, puis de Laure Adler ? "

Ces réponses, publiées avec l’autorisation du RACCF, ne sont peut-être pas repésentatives, mais elle sont significatives.

Les craintes de changement de grille, au moment de leur apparition sont redondantes par rapport à cela. En effet, il y a eu des pertes graves, comme Panorama cité par beaucoup d’auditeurs, comme Les Chemins de la Connaissance, dont je crois que nous connaissons tous le destin. Le titre suffit à l’entreprise. Et puis, il y a eu des émissions avec pas trop de changement d’intérêt, mais un changement de nom et un changement de moment. Ca aboutit à rompre les liens. Ma pratique psychanalytique y voit là, un véritable refoulement plus subtil que celui présenté en premier lieu ; l’amnésie qui en diffusion s’appelle censure. Pourquoi cela ? Même si à l’écoute, il reste encore quelque chose de cette radio originale qui était vraiment compagne, quel dommage qui montre bien sûr, que le travail de refoulement n’a pas complètement triomphé.

P.G. (12)


Les émissions de France Culture étaient accessibles à tout le monde parce que gratuites. Notamment les lectures qui sont devenues payantes. Pourquoi ? Pourquoi s’éloigner de l’esprit qui a fondé le Festival d’Avignon ? Il faut revenir à l’essentiel. Une démarche accessible à tous. Et Lucien Attoun qui était si près du public, où est-il ?

P.VH. (84)


Fidèle à l’écoute de France Culture, j’ai de plus en plus de difficulté à capter France Culture, j’ai du mal à capter France Culture, je suis à 40 km à l’est d’Avignon.

D.R.(84)


Manque de densité et de cohérence. Emissions trop généralisées, souvent bavardes qui manquent de profondeur. Alors qu’avant, nous avions la possibilité d’écouter et de se cultiver à la maison.(cours de philosophie, entretiens avec les auteurs, etc...)

A.B.(59)


J’ai l’impression que France Culture s’engage dans une " fausse neutralité "... un manque d’engagement, de recul par rapport à l’actualité. Je n’arrive plus à trouver une seule radio (hors radio locale indépendante) qui puisse m’apporter un autre regard sur ma société occidentale autre que celui de la pensée dominante : une sorte de pensée unique. Aujourd’hui, même France Culture commence à être rongée par cette pensée unique. J’attends de France Culture qu’elle démocratise la culture et qu’elle sorte de cette pensée unique dominante. J’attends aussi qu’elle s’engage pour développer la radio indépendante (mais aussi les journaux, la télévision locale) au niveau local. Je veux illustrer cette " fausse neutralité " par un débat qui a eu lieu (il y a 3 ou 4 mois) sur Mr Berlusconi où étaient invités des gens (par souci de neutralité) pro-berlusconiens. Je trouve que c’est absurdité... la culture, si on veut la défendre, doit forcément être engagée pour résister et s’inscrire dans un idéal = liberté, émancipation, égalité (au niveau matériel et culturel).

Y.B.


J’écoute environ 2 heures par jour France Culture depuis 20 ans. Plusieurs émissions me manquent surtout Le Bon Plaisir qui était chaque samedi trois heures, Le Panorama. Des voix familières me manquent : A.Spire etc...

B.B.(93)


Je déplore notamment la disparition de Panorama qui présentait un bon aperçu des sorties littéraires.

S.L.(13)


Pour une radio plus créative, une participation plus active et citoyenne des auditeurs serait vraiment nécessaire ! Surtout en région ! Aucune manifestation initiée par France Culture, à ma connaissance n’a eu lieu à Nice impliquant les auditeurs en chair et en os depuis dix ans !

O.G.(06)


Disparition de Panorama. Disparition de l’émission d’Antoine Spire. Couverture incomplète de la France.

D.H.(91)


Je regrette infiniment la dégradation des émissions d’une radio que j’ai toujours écouté avec plaisir et que je suis obligée aujourd’hui d’abandonner étant donné le manque d’intérêt suscité. Plus de textes, plus de pièces, plus de grands auteurs. Navrant.

L.C.(13)


Je n’aime pas les poncifs et les délires intellectuels.


Supprimer une radio style FIP pouvant être la porte d’entrée à une culture du " Bon Peuple ".

G.R.


Pourquoi l’originalité des thèmes des émissions a-t-elle diminué ? Pourquoi est-ce que ce dont France Culture parle ressemble de plus en plus à ce dont tous les médias " sérieux " parlent ? Pourquoi est-ce que le rythme des émissions s’accélère, notamment avant 8h30, de plus en plus tronçonné ? Il faut que FC demeure la radio de l’éveil au monde et de la pensée pétillante.

Je l’écoute depuis l’adolescence, mais la déception pointe. Rien n’est pourtant inéluctable ?

A.S.D.(75)


Attention, un des derniers remparts contre les extrêmismes disparaît ... Si ça continue, on aura un jour des présidentielles avec Chirac contre Le Pen au 2è tour ... Et dans 15 ans un équivalent Le Pen /Mégret. Vous n’avez pas le droit de permettre cela, pas pour moi mais pour mes enfants. Merci.

A.D.(11)


J’étais auditeur de France Culture, le combat contre la médiocrité lié au taux d’écoute, est le même que celui que je mène en tant qu’enseignant, pour une réelle qualité des enseignements et des savoirs.

H.B.


Je suis une jeune auditrice de France Culture, affligée par la dégradation des programmes radiophoniques et audiovisuels. J’aimerais qu’on cesse de nous considérer comme des moutons, des " sans culture ", merci.

S.G.(75)


Au niveau de l’information politique, si FC présente encore un avantage par rapport aux radios commerciales, la diversité des points de vue a tendance à se restreindre.

Alexa


Au niveau de l’information politique, si FC présente encore un avantage par rapport aux radios commerciales, la diversité des points de vue a tendance à se restreindre. Alexandre Adler occupe trop l’antenne, avec jugement omniscient.

A.G.(34)


Le saucissonnage des émissions, la disparition de Panorama, des Nuits Magnétiques, l’absence ou presque d’émissions approfondies sur l’histoire et la philosophie ; l’absence de débats d’idées sont extrêmement inquiétants.Echapper à la barbarie élitiste.

C.M.


Confusion entre culture et " vie parisienne ". Pierre Assouline insupportable le matin au réveil. Abandon des émissions sur des thématiques de " vie sociale ". Programmation musicale qui est modifiée par le projet de fusion France Culture/France Musique.

P.B.


Comme le titrait le journal Le Monde supplément économie du 02/07/02 " Au secours Adam Smith, ils sont devenus fous ! " Quand les grands argentiers de la planète comprendront que la valeur humaine, et donc de l’esprit, est supérieure à celle de la monnaie, la culture redeviendra une valeur prédominante et non plus centrale.

S.T.(84)


J’ai des centaines de cassettes enregistrées au cours des années passées. Depuis 1998, je n’enregistre presque plus !

M.L.B (53)


Comme tout le reste, la radio fout l’camp ! Rendez-nous la radio que nous aimions et ’regardions’ le soir en famille, il y a déjà longtemps.

M.G. (87)


Antoine Spire a été dégagé ? Pourquoi Monsieur Assouline nous inflige-t-il en permanence Emmanuel Todd dont les opinions politiques nous sont indifférentes ? Les feuilletons sont nuls. Radio trop politisée.


Je ne retrouve plus la radio que j’aimais. Nous désirons la qualité, l’indépendance. S.V.P.

D.R.(22)


Tous les témoignages : (1), (2), (3), (4), (5).

 
  • Enregistrer au format PDF

Aidez le Ravi à passer l’hiver !

Une campagne de financement déterminante pour l’avenir du mensuel d’enquête et satire en région PACA.

Actualité des médias n°10 (novembre 2017)

Du côté des programmes, des informations et des entreprises médiatiques.