Observatoire des media

ACRIMED

Sur France Inter, Michel Polacco veille sur le « management »

par Mat Colloghan,

Ce matin 28 septembre 2011, Pierre-Henri Gourgeon, patron de choc d’Air France-KLM, vient prendre son petit-déjeuner sur France Inter. Gestion catastrophique, « plantages » techniques, privatisations larvées : les sujets de conversations ne manquent pas... Autour du gentil animateur, Patrick Cohen, on retrouve l’équipe habituelle, agrémentée de Michel Polacco, présenté comme le spécialiste « maison » de l’aéronautique. Expert en « management »…

Après une ou deux questions des auditeurs (las ! C’est la formule d’Interactiv’, de subir ces auditeurs incapables de poser les bonnes questions), Michel Polacco peut enfin poser une vraie question :

« Oui, Air France traverse une crise économique qui n’est pas comparable à celle de ses concurrentes, comme Lufthansa ou British Airways qui dégagent des marges et des bénéfices et, en même temps, Air France est victime d’un certain nombre d’incidents en plus des accidents dont on a entendu parler. Tout ça relève peut-être d’une organisation de la compagnie qui est peut-être trop raide. Alors, comment faites-vous pour diriger cette compagnie entre les corporatismes puissants qu’il y a dans la maison et puis les interventions de votre “petit actionnaire” mais qui n’hésite pas à essayer de vous placer ses fonctionnaires qui n’ont pas obligatoirement une très grande connaissance du transport aérien et de la sécurité du transport aérien ? »

Saluons cette belle performance : s’interroger (s’apitoyer ?) sur les difficultés du « management » face à des corporatismes envahissants et des fonctionnaires incompétents, responsables, croit-on comprendre, des incidents et accidents dont Air France a été victime.

Patrick Cohen synthétise et relance, soucieux de ne pas paraître le plus à gauche du studio, en insistant sur les difficiles réformes et les grèves qui menacent. Pierre-Henri Gourgeon, sans doute inquiet de ne pas se retrouver avec les pneus crevés sur le parking de l’entreprise, calme le jeu (tout le monde au sein d’Air France est attaché à faire progresser l’entreprise, et patati et patata).

Mais Michel Polacco, tel un pitbull tenant le mollet du facteur, ne va pas lâcher aussi facilement le personnel d’Air France et souligne sa nécessaire reprise en main : « Sur la sécurité, c’est plus difficile de convaincre que vous reprenez le pouvoir sur votre personnel ».

P.-H. Gougeon ne serait donc pas un patron comme les rêve Michel Polacco… Seulement voilà : un auditeur (encore un !) évoque une émission de France 5 datée de dimanche, sur la sécurité aérienne : un reportage tourné lors d’un briefing d’Air France sur la sécurité à bord au cours duquel un pilote de la compagnie aurait tenu, selon l’auditeur, un discours de chef de vente qui motive ses commerciaux. P.-H. Gourgeon ne veut pas commenter l’émission. Patrick Cohen, demande à Michel Polacco s’il a vu l’émission. Michel Polacco bondit : « Moi je l’ai vue et j’ai trouvé que ce briefing n’avait rien à voir avec ce qui se passait dans la réalité. On sentait que la télévision était là ». P.-H. Gourgeon ne s’y trompe pas, répondant au spécialiste de l’aéronautique : « Merci Michel ».

Michel Polacco n’est pas un chroniqueur du Figaro en RTT qui, voyant de la lumière dans les locaux de Radio France, se serait glissé discrètement jusqu’au studio. Non. La dernière fois que nous avions pris Michel Polacco en flagrant délit de courtoisie, c’était en 2006 : alors directeur de France Info, il « dialoguait avec les auditeurs ». Depuis 2008, Michel Polacco est le secrétaire général de l’information du groupe Radio France. Sa fonction fait de lui la vigie qui « veille au respect du pluralisme sur les antennes en relation avec le CSA ».

Michel Polacco « veille » sur le pluralisme… et sur le « management » d’Air France. Il s’agit sans doute du même métier…

Mat Colloghan

- Voir la vidéo sur Dailymotion

 
  • Enregistrer au format PDF

Pseudo-journalisme politique au Parisien : ça va durer encore longtemps ?

Personnalisation partout, politique nulle part.

Ces médias qui ont besoin de notre soutien : le site d’informations Basta !

« Pour une information indépendante, sans publicités ni algorithmes. »