Observatoire des media

ACRIMED

« Sondage » sur les sondages ? Le Figaro « sonde » sa propre vacuité

par Henri Maler, Sam Florent,

Le Figaro est un quotidien moderne et rigoureux. Et, comme nombre de médias modernes, il pose aux internautes des questions d’actualité. Mais, en quotidien rigoureux, il ne les présente pas comme des sondages… bien qu’il les traite comme des sondages.

Et que croyez-vous qu’il fit, à destination de ses lecteurs qui, si l’on en croit les « vrais »sondages, ont quelques raisons de s’inquiéter pour leur favori, Nicolas Sarkozy… et de ne pas faire confiance aux sondages ? Astucieux, Le Figaro leur demanda s’ils faisaient confiance aux sondages…

Le résultat, qui n’est représentatif de rien du tout, sinon de la mobilisation quelques milliers d’internautes qui surfent sur le site du Figaro, s’afficha triomphalement le 13 avril 2012.

Les réponses étant encore moins représentatives que celles que l’on obtient par un vrai sondage, on en déduira que (la précision du pourcentage a une belle allure scientifique…) 75,97 % des « votants » ne font pas confiance aux sondages… mais font confiance aux sondages – pardon : aux questionnaires – du Figaro !

Voilà qui est fort rassurant… du moins pour les responsables du quotidien, fiers d’avoir donné la parole au peuple… des internautes de passage sur le site du Figaro. Ce qui permet d’exhiber triomphalement cette réjouissante désinformation, en la reliant à une autre question qui en livre l’intention : les hésitants placeront-ils Nicolas Sarkozy en tête ?

Soyons assurés pourtant que les responsables du Figaro ne tiendront aucun compte du résultat de leur « sondage » sur les sondages : ils publieront aussi souvent que nécessaire des sondages auxquels, nous dit-on, 75,97 % des « votants » du Figaro, n’accordent aucune confiance.

Du journalisme, ça ?

Sam Florent et Henri Maler

 
  • Enregistrer au format PDF

Lire : Faire sensation. De l’enlèvement du bébé Lindbergh au barnum médiatique, de Roy Pinker

Une analyse détaillée de la médiatisation d’un fait-divers.

Acrimed aux côtés des manifestants contre les ordonnances et autres macronades

Nous étions là le 12 septembre. Nous serons là le 21 et le 23. Quels sont nos motifs ?

La politique au miroir déformant des séries télévisées

Fictions didactiques, ou puissants instruments idéologiques ?