Observatoire des media

ACRIMED

EN BREF

Sondage : faut-il interdire Le Point ?

par Julien Salingue,

Invitée du « Grand rendez-vous » (Europe 1, i>Télé, Le Monde) dimanche 29 juin au matin, Marine Le Pen entonne sa traditionnelle rengaine au sujet de la double nationalité. Prenant prétexte des « incidents » survenus dans quelques villes françaises le soir de la qualification de l’équipe nationale d’Algérie pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde de football, la présidente du Front National déclare ainsi qu’il faut, « pour que l’État retrouve son autorité », « mettre fin à la double nationalité ».

Une « petite phrase » qui, à la rédaction du Point, n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Quelques heures plus tard, on découvre en effet sur le site de l’hebdomadaire un « sondage » visiblement inspiré des propos tenus par Marine Le Pen :

On notera que Le Point va encore plus loin que la présidente du FN. En effet, si Marine Le Pen prend prétexte des « incidents » survenus avec certains supporters de l’Algérie pour poser la question de la double nationalité, elle pose cette question pour l’ensemble des nationalités. Au Point, on ne fait pas dans le détail et on cible les seuls Algériens. Il ne s’agit donc pas seulement d’une fois de plus « coller » à l’agenda du FN en transformant l’une de ses déclarations en question légitime à poser à l’ensemble des visiteurs du site de l’hebdomadaire, mais bel et bien d’aller un peu plus loin en posant, l’air de rien, une « question » stigmatisante, discriminatoire et, disons-le, odieuse.

Les réactions suscitées sur Internet par ce « sondage » ont-elles conduit certains journalistes de l’hebdomadaire à prendre conscience de l’énormité de la chose ? Nous ne sommes pas en mesure de le dire. Toujours est-il que le « sondage » n’est resté en ligne que quelques heures avant d’être retiré sans un mot d’explication, sans même parler d’excuses. Lundi matin, le directeur du Point, Étienne Gernelle, déclarait finalement sur son compte Twitter que le sondage était « lamentable et consternant » et qu’il avait donc « évidemment été retiré ».

Le sondage a été retiré ? Tant mieux. Mais souvenons-nous que Le Point n’en est pas à son coup d’essai. Le 23 juillet dernier, suite à des déclarations abominables de Gilles Bourdouleix, député-maire de Cholet, à propos des gens du voyage (« Hitler n’en a peut-être pas tué assez »), le site du Point nous proposait ainsi le « sondage » suivant :

Il s’agissait alors, ni plus ni moins, de banaliser l’opinion selon laquelle « Hitler n’a pas tué assez de gens du voyages », devenue au moyen d’un sondage un avis parmi d’autres. Le Point récidive donc en nous offrant le pire de ce que la quête du « clic » et du « buzz » peut entraîner, a fortiori lorsqu’elle se double d’un opportunisme, voire même d’un suivisme à l’égard des idées les plus réactionnaires. On est ici loin, très loin du journalisme.

Les pseudo-sondages du Point ne sont pas des questions, mais des incitations. Imaginons, l’espace d’un instant, que nous l’imitions : Notre sondage Acrimed : Faut-il interdire Le Point ? [1]

Julien Salingue

PS : notons ce commentaire avisé de Didier Porte :

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Evidemment, non...

La meute des éditocrates

Des professionnels du commentaire.

Jeudi d’Acrimed : la « vie au poste » de Samuel Gontier, journaliste de canapé (15 décembre)

Retour sur huit années de gardes à vue télévisuelles.