Observatoire des media

ACRIMED

Sarkoshow, deuxième : un débat-fiction scénarisé par TF1

par Henri Maler,

Pour la plupart de ceux qui ont regardé l’émission « Paroles de Français », diffusée en direct sur TF1 le 10 février 2011 (et pour une grande partie de ceux qui ne l’ont pas regardé…), la cause est politiquement entendue. Selon que l’on est plus ou moins favorable ou hostile à la politique de Nicolas Sarkozy, sa prestation lors de l’émission, aura plus ou moins satisfait ou exaspéré.

Mais médiatiquement ? Selon l’intérêt que l’on porte à ce type d’émission, celle-ci aura plus ou moins ravi ou ennuyé, séduit ou révolté. Il suffit que TF1 produise (et que Jean-Pierre Pernaut anime…) pour que nombre des téléspectateurs, du moins quand ils sont devant le petit écran, changent de chaîne ou, quand on leur propose un tel « concept », soient par avance convaincus que la télévision de Bouygues les livre à une opération de propagande.

Pourtant, il n’est peut-être pas sans intérêt d’analyser le dispositif et le scénario du Sarkoshow pour comprendre selon quelles modalités TF1, pour tenter d’obtenir une audience qui ne se limite pas aux partisans du président de la République (et donc ne révolte pas trop ses adversaires) a réussi à apporter son concours à une opération de communication présidentielle : comment une tentative (plutôt réussie) de conquête de l’audience a servi une tentative (très aléatoire) de conquête de l’opinion…

… En parfaite connaissance de cause

Le bandeau d’accompagnement de l’émission Médiasphère qui, diffusée par LCI, recevait le 11 février la directrice de l’information de TF1 Catherine Nayl, résonne comme un aveu : une opération séduction.

Deux opérations séduction en vérité : celle de TF1 et celle de Nicolas Sarkozy. Comment la première (qui seule nous intéresse ici) s’est-elle prêtée à la seconde ?

D’abord en parfaite connaissance de cause, comme le soulignait le titre donné par LCI, à un entretien avec François Bachy, diffusé quelques heures avant le début de l’émission : « Nicolas Sarkozy à la reconquête de l’opinion ».

Et TF1 a contribué à rendre les cerveaux disponibles à la communication élyséenne : c’est ce que reconnaît implicitement François Bachy, quand il évoque les objectifs de Nicolas Sarkozy, avec si peu de distance qu’il laisse penser qu’il les soutient.

Nicolas Sarkozy à la rencontre de la France profonde ? « C’est ce qu’il fait toute l’année. Il fait deux déplacements par semaine qui sont un peu moins médiatisés que ce soir. Mais qui sont aussi beaucoup plus thématisés. » Merci TF1 ! Encore : « Le travail de la proximité c’est sans doute le plus difficile à faire effectivement pour un chef d’État en exercice. » Merci TF1 ! Et enfin : « Je crois qu’il faut effectivement, répondre aux questions montrer qu’on est à l’écoute, qu’on est capable d’écouter, qu’on est capable de répondre, mais aussi fixer un cap politique. Et c’est sans doute cet exercice qui est le plus délicat. »

C’est à ce simulacre de proximité et à l’exécution de cet exercice que TF1 a apporté son concours. Les motifs de cette sollicitude ne sont pas strictement ou exclusivement politiques ; ils sont également médiatiques, puisqu’il s’agit de se donner les moyens d’une large audience.

Mais d’abord écoutons, avant de la transcrire plus loin, la jubilation de Jean-Pierre Pernaut en direct sur LCI, peu de temps après la fin de l’émission, le 10 février 2010 (vidéo titrée : « Jean-Pierre Pernaut : "on a fait ça en toute indépendance" »).

I. Vous avez dit « indépendance » ? Les illusionnistes sont satisfaits

Déjà expérimentée lors de la campagne présidentielle de 2007 sous forme d’une série d’émissions intitulée « J’ai une question à vous poser » (voir notre article), la « confrontation » entre un responsable politique et un « panel » de citoyens avait défrisé les éminences du journalisme politique. Mais elle n’avait pas alors donné la pleine mesure de ce que peut la démagogie mercantile quand elle se marie ou se pacse avec la déférence institutionnelle.

Cette alliance fut scellée lors du premier Sarkoshow de 2010. Nous écrivions alors (sous le titre « La défaite du journalisme ») : « TF1, chaîne de la proximité, avait dépêché Jean-Pierre Pernaut, journaliste de proximité, pour faire la promotion de la chaîne et de la proximité. Et mettre en scène un Nicolas Sarkozy, venu à la rencontre des Français, à la façon dont chaque jour les reporters de TF1 vont à la rencontre des Français. Le président de la proximité et la chaîne de la proximité étaient faits pour se rencontrer… »

On ne change pas un « concept » qui gagne : hormis le décor (comme on peut le voir en « Annexe »), l’identité des invités et quelques détails, de 2010 à 2011 l’essentiel fut conservé.

« Format », « thèmes », « personnalités » (pour reprendre les mots des responsables de l’émission) : tout était soigneusement prévu. Et choisi avec l’Élysée ? Pas du tout, prétend l’indépendant de TF1 :
- Jean-Pierre Pernaut : « Mais ce qui est marquant dans cette deuxième émission, comme pour la première, moi j’ai découvert ça l’an dernier c’était la première fois que je participais à une émission avec un président de la République, c’est qu’on a fait ça en toute in-dé-pen-dance, un travail de rédaction, un travail de journaliste, avec des gens qui viennent poser des questions, et on ne sait pas lesquelles, on imagine les thèmes bien évidemment et c’est cette liberté, cette indépendance là que je voudrais souligner, elle est formidable et je crois qu’elle est unique. »
- Question : « Est-ce que vous n’avez pas quand même, il n’y a pas eu de coup de fil avant de l’Élysée pour dire “il faut absolument que je dise ça, ça et ça durant l’émission”, vous n’avez pas été un peu briefé au minimum... »
- Jean-Pierre Pernaut : « Aucun ! Alors ça paraît […] ça paraît insensé peut-être à certains [...] Je n’ai pas reçu de coup de téléphone de l’Élysée l’année dernière, je n’ai pas reçu de coup de téléphone de l’Élysée cette année. [...] On a choisi nous-mêmes des gens qui nous paraissaient être... pouvoir s’exprimer facilement et qui avaient déjà témoigné de leur colère, de leur détresse dans les reportages. On a choisi, on a transmis à l’Élysée la liste des thèmes que nous avions choisis : il n’y a pas eu une remarque. »

Catherine Nayl, dans l’émission « Médiasphère », concède une « discussion »
- Julien Arnaud : «  […] Comment ça se passe dans ces cas-là Catherine Nayl, c’est peut-être l’occasion que vous nous le disiez, si c’est l’Élysée qui décide de faire une émission, ce sont eux qui décident, qui négocient avec les chaînes, vous leur proposez des gens, c’est une négociation en fait ? »
- Catherine Nayl : « C’est une discussion entre la présidence et les chaînes effectivement. »

Tractations, négociations, concertations, discussions ? Acrimed n’ayant pas placé la rédaction de TF1 sur écoutes téléphoniques, ne peut rien attester avec précision. Mais ce n’est peut-être pas le plus important, puisque c’est en toute indépendance que TF1 a ajusté son émission aux intentions du président de la République !

D’une émission à l’autre, la « méthode » de « tri » des invités ne semble pas avoir varié puisqu’ils ont été sélectionnés par TF1 dans ses reportages pour illustrer les thèmes de l’émission.

François Bachy « explique » qu’une fois les « thèmes » choisis, « c’est un long travail pour retrouver les gens qui, dans les reportages, ont été des personnalités intéressantes sur ces thèmes-là ». Et peu après : « C’est d’abord les thèmes qui ont été choisis et ensuite les personnes pour les illustrer. » On ne saurait mieux dire qu’il s’agissait d’un « casting » destiné à attribuer des rôles. Or TF1, de l’aveu même de Jean Michel Aphatie, admiratif mais déçu du résultat, « possède un immense savoir-faire en terme de casting [1] ».

Neuf invités au lieu de onze, mais mieux sélectionnés ? Pourquoi ? Pour que l’émission dure moins longtemps, répond en substance Jean-Pierre Pernaut, dans un entretien publié par France soir le 10 février 2011, précise :
- Question : « Qui sont ces Français qui vont interroger Nicolas Sarkozy ? »
- Réponse de Jean-Pierre Pernaut : « Des gens rencontrés par nos journalistes au fil de leurs reportages. On ne recherche pas des militants politiques ou syndicaux mais des Français qui ont des choses à dire. »

De là à penser que les militant syndicaux et politiques n’ont pas « des choses à dire », il n’y qu’un pas que Catherine Nayl, interrogée dans l’émission de LCI mentionnée plus haut, ose à peine franchir.

- Julien Arnaud : « Pourquoi il n’y avait pas de syndicaliste comme l’année dernière […] ? »
- Catherine Nayl : « Alors il y avait en l’occurrence le professeur et l’agriculteur qui étaient syndiqués, après syndicaliste il n’y a pas forcément une vocation à appeler des syndicalistes sur ce type d’émission, mais en l’occurrence il y avait des personnes qui étaient syndiquées. »
- Julien Arnaud : « Mais on avait l’impression qu’il y avait moins de pugnacité que l’année dernière, ce sont les commentaires généraux dans la presse de vendredi matin, moins de relief. »
- Catherine Nayl : « Oui, oui, je pense que l’année dernière une personne était effectivement très pugnace et avait un petit peu monopolisé l’attention, c’était l’ouvrier. Effectivement, pour le coup, représentant syndical CGT. Là je pense que c’était un petit peu plus réparti. Il y avait des personnalités hein, sur le plateau, que ce soit l’agriculteur, que ce soit le professeur des écoles, que ce soit le chef d’entreprise, il y avait des personnalités. C’était sans doute un peu plus réparti et peut-être un peu moins dans le combat, je dirais entre un président et un ouvrier en face à face. »

Qu’est-ce qui a été « réparti » ? La « « pugnacité », pour qu’il n’en reste pratiquement rien. Qui était sur le plateau ? Des « personnalité ». En vérité, les personnages d’un débat-fiction scénarisé par TF1.

II. Vous avez dit « démocratie » ? Le simulacre était presque parfait

La contribution de TF1 à la démocratie – une « belle démocratie » - n’a eu d’égale que la contribution de Nicolas Sarkozy, déclarait Jean-Pierre Pernaut peu après l’émission (dans la vidéo dont le son est reproduit ci-dessus) : « Nous avons établi le conducteur, l’ordre de l’émission telle que nous l’avons souhaitée et puis chacun était libre de poser sa question. Et je l’ai dit tout à l’heure dans le journal de 20h de Laurence, juste avant l’émission, en coulisse le chef de l’État est venu saluer les invités, juste leur dire bonjour et il leur a dit “surtout allez-y posez-moi toutes les questions que vous voulez”, c’est ça qui s’est passé ce soir, et ça je trouve ça extraordinaire dans une... dans un pays, comme la France, c’est une belle démocratie, qu’un chef d’État dise à des gens qu’il ne connaît pas “allez-y posez-moi toutes les questions je suis là pour y répondre, si je ne sais pas j’y répondrai pas”. »

Dans une autre vidéo diffusée sur le site de TF1 [2] et opportunément titrée « Les invités n’étaient pas “moins mordants” que l’an dernier, selon Jean-Pierre Pernaut », notre gentil animateur s’épanche et reconnaît que Nicolas Sarkozy savait presque tout d’avance.
- Question : « Le président connaissait-il les questions à l’avance ? »
- Jean-Pierre Pernaut : « Je pense qu’il savait qui allait venir parce que on avait transmis les thèmes à l’Élysée, et je pense qu’il pouvait connaître les invités ne serait-ce que pour des raisons de sécurité, je pense que hier ou quelques heures avant les noms des gens qui devaient rentrer sur le plateau ont été transmis. Mais il les a salués avant [...] "vous êtes là pour poser des questions librement, toutes les questions qui vous intéressent”. Et ça je trouve que c’est formidable de pouvoir avoir un président de la République en direct, comme ça, sans filet, nous aussi sans filet, et on ne sait pas bon, jamais on a demandé à un invité quelle question il voulait poser et donc le président ne pouvait pas les connaître non plus. […]  »

Quand on connaît les « thèmes » et que l’on peut broder à l’infini à partir des questions, sans toujours leur répondre, est-il vraiment indispensable de les connaître, puisqu’elles sont prévisibles ? Et, en outre, de quelle liberté disposent des invités quand leurs paroles sont, littéralement, policées et leur temps de parole limité ?

1. « Paroles de Français » ? Des intervenants sous contrôle

JPP poursuit : « […] c’est vrai qu’il y a un vrai dialogue qui s’est établi juste avant, pendant et après. Ils sont en train de discuter là, pas loin de moi. » « Avant », il les a salués. « Après », il a discuté hors caméras. Mais pendant, de « vrais dialogues », si l’on excepte quelques rares échanges et particulièrement l’ébauche de discussion entre Mickaël Poillion, agriculteur, et Nicolas Sarkozy, il n’y en a pas eu. Pour cause de mise en scène des prises de parole et de mise en forme de leur contenu [3].

- Les conditions d’expression des panélisés étaient soigneusement encadrées : choix et ordre des thèmes, scénario déterminé à l’avance, scandé par les infographies sélectionnées par la rédaction, bordé par les questions des internautes.
- Le contenu des interventions était discrètement filtré : rappel au thème prévu, reformulation des questions, recadrages et relances qui exproprient, au moins partiellement, les panélisés de leur propos.

Le scénario est rappelé avec insistance, mais sa présentation laisse croire à une relative improvisation. Un seul exemple :
- Jean-Pierre Pernaut (lors de la présentation des panélisés) : « […] Fatiha Djegaoud à ses côtés, pharmacien, elle nous parlera elle sans doute et surtout de sécurité […] »
- Jean-Pierre Pernaut (en ouverture du dialogue) « […] je vous propose de commencer peut-être à évoquer des problèmes de sécurité avec Fatiha Djegaoud. »
- Jean-Pierre Pernaut (donnant la parole à la première interlocutrice) : « Madame Djegaoud, cambriolée quatre fois, parfois violemment, et je pense que c’est de sécurité dont vous voulez d’abord parler au président. »

Chaque panélisé est assigné à son thème. Très peu parviendront à en sortir et à donner leur avis sur d’autres sujets. Non seulement les invités ne « dialoguent » pratiquement pas avec Nicolas Sarkozy, mais ils ne dialoguent pas entre eux : ce n’est pas un forum, quand même !

Chaque thème est soigneusement filtré, par des relances et des recentrages qui soufflent les réponses. Nouvel exemple :

- Jean-Pierre Pernaut : « … c’est cette violence qui vous inquiète, cette augmentation de la violence ? »
- Fatiha Djegaoud : « ça m’inquiète énormément, cette augmentation de la violence, et ce qui m’inquiète d’autant plus, c’est que cette violence démarre aujourd’hui très jeune, très jeune, nous avons, ça commence pratiquement à 8 ans. »

Et comme par magie, une incrustation s’affiche immédiatement sur l’un des écrans du plateau :

DELINQUANCE -2,1% EN 2010, VIOLENCE AUX PERSONNES +2,5%

Il ne reste plus qu’à servir toute chaude la question… de Jean-Pierre Pernaut, à laquelle Nicolas Sarkozy ne s’attendait pas :
- Jean-Pierre Pernaut : « Alors qu’est-ce qu’on peut faire Monsieur Le Président ? »

Autre exemple : Stéphanie Bullier présente son entreprise après que Jean-Pierre Pernaut lui a donné la parole (« Racontez-nous et dites-nous ce que vous avez envie de demander au Président. »), mais très vite ce dernier la coupe pour orienter son propos : « Et alors dans un domaine comme celui-là comment vous faites pour résister en France alors qu’il y a une telle concurrence ? » Stéphanie Bullier évoque ses difficultés ; JPP la remet vite sur les rails : « À cause de quoi ? Du coût du travail ? » Ce qui permet à la régie de présenter, comme par enchantement, l’infographie (plus que discutable) sur le coût du travail qui, préparée d’avance, prétend mettre en évidence que le travail coûte plus cher qu’ailleurs. La question des charges qui pèsent sur les entreprises est servie à Nicolas Sarkozy sur un plateau ciselé par TF1. Il s’en emparera quelques temps après.

2. « Paroles de français ? » Un monologue illustré

Les panélisés sont des bavards puisque, déclare Jean Pierre Pernaut, ils « avaient tous envie de parler longuement » La preuve ? « J’avais fait leur connaissance cet après-midi, on avait fait un petit tour de table pour qu’ils fassent connaissance et rien qu’en faisant connaissance ils ont passé une heure et demie, et donc on s’est dit [indistinct] qu’on va essayer d’être concis. »

« Concis », ils le furent quand on mesure le temps de parole dont ils ont pu disposer. Mais selon Jean-Pierre Pernaut, si l’émission a duré « beaucoup plus longtemps que prévu », c’est « parce que chacun a voulu exprimer tout ce qu’il voulait et parce que le président a voulu répondre en détail à chacun, sur des thèmes importants ». Comme si les (longs) monologues du président avaient répondu exactement aux questions qui lui était posées (alors qu’elles lui servaient surtout de prétexte) ; et comme si les questions intercalaires posées par l’animateur n’avaient pas existé. Et pour que la confusion soit complète, Jean-Pierre Pernaut confond les « thèmes » que TF1 a voulu personnaliser avec les questions que les intervenants auraient voulu poser : « Je pense que tous sont un peu frustrés, chacun aimerait poser dix questions sur le thème qu’il avait choisi de poser. »

Bavards, les invités ? Voici les pourcentages de temps de parole (dont trouvera un minutage plus détaillé en « Annexe ») :

- Pourcentage des temps de parole pendant la première partie de l’émission (55’ environ) : Nicolas Sarkozy : 72% environ – Deux invités : 15,30% environ – JPP et divers : 12,70 % environ.
- Pourcentage des temps de parole pendant la deuxième partie de l’émission (63’ environ) : Nicolas Sarkozy : 61,5 % environ – Quatre invités : 22,5% environ – Reportages : 4,6% - JPP et divers : 11,4%.
- Pourcentage des temps de parole pendant la dernière partie de l’émission (30’ environ) : Nicolas Sarkozy : 58% environ – Trois invités : 31% environ – JPP et divers : 11 % environ.

Soit moins d’un quart du temps de parole pour les neuf recrues du « casting »...

* * *

Invités pour personnaliser des thèmes et pour interroger Nicolas Sarkozy (et non pour « dialoguer » avec lui ou l’interpeller), les panélisés » étaient les protagonistes d’un scénario qui leur assignait les seconds rôles en affectant de leur accorder les premiers : pour couvrir d’une apparence de proximité le quasi-monologue présidentiel. À la différence des journalistes professionnels qui prêtent, en conférence de presse ou lors d’entretiens télévisées leur expertise au… quasi-monologue présidentiel.

« Paroles de français »… ? Paroles confisquées, en vérité, et mises à la disposition de Nicolas Sarkozy.

Henri Maler (grâce à Gilles Labrousse, Didier Duterrier et Philo)


Annexes

I. Changement de décor

En 2010, comme nous le relevions alors, « pour afficher la proximité, jusqu’à la caricature, le décor simule la salle ou la terrasse d’un café avec des petites tables rondes ».

En 2011, la quête de l’abolition fictive des distances entre le président est ses hôtes ne rechigne pas devant la modernité de ce qui nous fut vendu comme un « quinconce ».

- François Bachy « explique » dans l’entretien mentionné plus haut : « C’est plus les petites tables de bistrots comme l’an dernier c’est une grande table […] Un autre décor, qui hélas n’est pas à TF1, mais qui permettra je pense beaucoup plus d’échanges sur les thèmes qu’ils ont en commun ». Comme s’il suffisait de changer les tables pour que s’instaurent des échanges !

II Prises de paroles

Le décompte qui suit, établi avec la plus grande rigueur possible, n’en souffre pas moins d’approximations. Mais celles-ci n’affectent pas les résultats d’ensemble de façon significative.

- Temps de paroles pendant la première partie de l’émission (59’08’’ au compteur. Total compte-tenu des approximations : 55’30’’.
- Nicolas Sarkozy pendant la première heure de l’émission : 40’.
- Jean-Pierre Pernaut (présentation de l’émission, relances et questions, incises diverses) : 6’30’’.
- Micro-reportage sur une conductrice d’autocar, question d’internautes : 30’’.
- Les deux premiers invités (dont leur présentation) et l’intervention imprévue de Mickaël Poillion : 8’30’’ [4].

Soit en pourcentages : Nicolas Sarkozy : 72% environ – Invités : 15, 30% environ – JPP et divers : 12,70 % environ.

- Temps de parole pendant la deuxième partie de l’émission (63’26’’ au compteur. Total compte-tenu des approximations : 63’ environ. [Résultats détaillés : à venir.]

Soit en pourcentages : Nicolas Sarkozy : 61,5 % environ – Invités : 22,5% environ – Reportages : 4,6% - JPP et divers : 11,4%.

- Temps de parole pendant la dernière partie de l’émission (30’07’’ au compteur). Total compte-tenu des approximations : 29’25’’.
- Nicolas Sarkozy : 17’20’’ environ.
- Jean-Pierre Pernaut (relances et questions, incises diverses, conclusion) : 3’15’’ environ.
- Les trois derniers invités (dont leur présentation) : 8’50’’. environ [5].

Soit en pourcentages : Nicolas Sarkozy : 58% environ – Invités ; 31% environ – JPP et divers : 11,00 % environ.

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Jean-Michel Aphatie sur son blog, sous le titre « TF1 hier soir, charentaises et camomille ».

[2Dont nous n’avons pas pu déterminer si elle avait été diffusée dans une émission et laquelle.

[3« Police des énonciations » et « police des énoncés », aurait peut-être dit Michel Foucault (L’Ordre du discours, Éditions Gallimard, février 1971 - Leçon inaugurale au Collège de France, prononcée le 2 décembre 1970.

[4Fatiha Djegaoud (pharmacienne) sur la partie réservée à son intervention a disposé (présentation incluse) de 3’34’’, auxquelles il faut ajouter 1’23’’ pour poser une question (à laquelle Nicolas Sarkozy ne répond pas). Total : 4’57’’ - Lionel Dauguet (soudeur) sur la partie réservée à son intervention a disposé (présentation incluse) de 1’32’’ pour témoigner de fins de mois si difficile qu’il « vit avec le découvert ». Les autres interventions sont des incises d’une trentaine de secondes, notamment sur l’emploi et les commandes dans les chantiers navals : Total : 2’27’’ – Michaël Poillion (agriculteur) est intervenu en dehors du scénario prévu pour demander (sans qu’il lui soit répondu) si la compétitivité des entreprise était le seul objectif à poursuivre. Total : 1’06’’ - À quoi, on peut ajouter une incise de Claudine Lefaix de 2’’.

[5Stéphanie Bullier (chef d’entreprise) : 3’10’’ - Lina Brudey (professeur des écoles) : 3’40’’ environ - Édouard Raynaud : : 2’ environ, et une intervention de Fathia Djegaoud : 1’’.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.

Mardi Cinéma d’Acrimed : « À l’intérieur des rédactions » (cycle de projections-débats)

Au cinéma La Clef (Paris 5e) avec quatre documentaires réalisés à l’intérieur de la rédaction de quotidiens de presse.

La mairie de Lille intente un procès à La Brique

« Votre feuille de chou n’aurait pas sa place sur un marché ! »

Zemmour superstar

Il dit n’importe quoi... et tout le monde en parle !