Observatoire des media

ACRIMED

Recomposition du PAF : France Télévisions hors jeu ! (CGT)

Nous publions, sous son titre original, un communiqué de la CGT France Télévisions (SNRT-CGT–SNJ-CGT–UCSA-CGT).

Le rachat par Canal Plus de Direct 8, Direct Star, Direct Digital, la régie publicitaire Intermédia et Direct production dessine une stratégie industrielle de grande envergure. Pour le groupe Canal il s’agit d’un changement de culture après des années de gestion « en silo » des différentes activités. L’arrivée de la TV connectée constitue en effet une incertitude voire une menace pour la chaîne cryptée, tant pour le nombre d‘abonnés, déjà en diminution, que pour la hauteur des recettes publicitaires.

Les contraintes pour la partie cryptée de Canal Plus sont évidentes et l’acquisition de chaînes de la TNT devenait une priorité. La stratégie offensive ne fait aucun doute. Canal dispose d’un bouquet de chaînes et d’une régie publicitaire qui compterait après la cession environ 160 personnes.

Cette OPA augure bien de la création d’un groupe audiovisuel intégré, composé de chaînes de stock et de flux, propriétaire de nombreux droits sur différents genres (fictions, séries, magazines, sports …) adossé à un groupe riche et puissant, visant notamment les publics CSP+ de plusieurs chaînes de la télévision publique.

Ce dont France Télévisions (FTV) a rêvé Canal Plus le fait ! Vivendi reconstitue un pôle privé qui s’appelait autrefois l’ORTF… L’affaire est inquiétante pour FTV. Car son modèle économique, lié au Contrat d’Objectifs et de Moyens, est celui de recettes financières plafonnées. Pour preuve, la déclaration récente de G.Carrez (rapporteur du budget, UMP) qui propose d’amputer de plusieurs dizaines de millions de recettes la dotation publique au motif que la publicité dépasse les prévisions.

Canal Plus va disposer d‘un bouquet de trois ou quatre chaînes et de droits. Plusieurs autres acteurs pourraient disposer d’ici un an de trois à quatre chaînes leur permettant de gonfler leur offre éditoriale. Et le puzzle prend forme : TF1 a annoncé qu’il allait réinvestir dans la production en propre… Certains studios Américains commencent à distribuer directement via Internet sans passer par les chaînes de télévision.

Autant de signes qui montrent que la propriété des droits devient essentielle pour les chaines, publiques commes privées, à la fois pour bénéficier des recettes dérivées et des recettes publicitaires du multi-support mais aussi pour investir dans de grandes séries sur le long terme.

Production, droits, publicité et canaux de diffusion sont étroitement liés. Les responsables publics n’ont visiblement pas compris ce qui est en train de se jouer.

Pour parfaire la recomposition du PAF, le CSA va attribuer sous peu 6 nouveaux canaux HD supplémentaires. Aucun n’est prévu pour la TV publique, ce qui est un pur scandale. Comment pourra-t-elle résister à la concurrence en étant absente de la diffusion en HD ? Alors qu’une seule
chaine publique, France 2, est actuellement diffusée en HD sur la TNT, que demande la direction de France Télévisions ? Rien…

La télévision publique doit connaître un véritable aggiornamento car le cadre dans lequel on lui demande d’évoluer est complétement dépassé et l’entreprise n’a plus les ressorts nécessaires pour lutter, sur la production, les droits et la publicité à armes égales pour assurer ses missions.

Paris, le 17 octobre 2011

 
  • Enregistrer au format PDF

Le Magazine électronique d’Acrimed (numéro 163-septembre 2016)

Édito, agenda, sélections d’articles et de livres...

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.