Observatoire des media

ACRIMED

EN BREF

Quand L’Obs change un titre d’article mettant en cause Israël

par Frédéric Lemaire,

Mercredi 5 novembre au matin, le site nouvelobs.com publie l’adaptation d’une dépêche AFP sur la sortie d’un rapport d’Amnesty International [1] concernant plusieurs attaques de l’armée israéliennes contre des habitations civiles palestiniennes, en juillet et août à Gaza.

L’article reprend le titre original de la dépêche de l’AFP (« Amnesty accuse Israël de mépris envers les civils à Gaza ») ainsi que son contenu : un bref résumé du rapport et de la réaction des autorités israéliennes.

Deux heures plus tard, l’article est toujours accessible mais le titre a changé : « Gaza : Israël accuse Amnesty d’être un "outil de propagande" du Hamas ». Le titre initial est pourtant toujours lisible dans l’URL de l’article et sur le compte Twitter du Nouvel Observateur (devenu L’Obs) :

Que justifie ce changement de titre a posteriori ? À moins qu’il ne s’agisse de souligner le caractère grossier des accusations du gouvernement israélien, on comprend mal ce choix éditorial de dernière minute, qui revient à mettre en avant la réaction d’Israël plutôt que le contenu du rapport. Quoi que l’on pense de ce rapport et de la dépêche de l’AFP, ce genre de bidouillage est pour le moins… malvenu.

Frédéric Lemaire

P-S (7 novembre) : Suite à la parution de notre article, Arrêts sur Images a contacté la rédaction de L’Obs : « Contacté par @si, le rédacteur en chef du site de L’Obs, François Sionneau, nie tout parti pris pro-israélien : il n’y a "pas de volonté de parti pris, ce n’est pas un édito", assure-t-il. Alors pourquoi ce changement ? "En relisant la news, on s’est dit que la réelle nouveauté était moins le contenu du rapport - les accusations d’Amnesty ne sont pas nouvelles - que l’argument d’Israël, car dire qu’Amnesty fait le jeu du Hamas est une réponse violente". »
Il s’agit donc bien d’un bidouillage.

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Rapport en ligne sur le site d’Amnesty.

Mathieu Gallet condamné à un an de prison avec sursis : mais que fait le « comité d’éthique » de Radio France ?

Un « comité d’éthique » discrédité peut-il défendre un président discrédité ? Et réciproquement ?

Violences faites aux femmes : le festival des éditocrates réactionnaires

« On ne peut plus rien dire » mais on le dit quand même, et on le dit partout.

La presse vidéoludique, entre pôle commercial et pôle alternatif (vidéo d’un Jeudi d’Acrimed)

Avec Ivan Gaudé, co-fondateur du journal Canard PC et Thomas Cusseau, rédacteur en chef du journal en ligne Gamekult.