Observatoire des media

ACRIMED

Prochain « Jeudi d’Acrimed » : « Le traitement médiatique de l’ "insécurité", avec Laurent Bonelli (24 mai)

par Acrimed,

Les médias font volontiers leurs choux gras de l’« insécurité ». Le thème se prête aux raccourcis et aux amalgames ; il alimente régulièrement les pratiques journalistiques les plus douteuses et les commentaires les plus démagogiques. De manchettes racoleuses jusqu’aux dossiers en apparence sérieusement documentés, la décennie écoulée n’a pas été avare en accroches saisissantes déclarant ou prédisant l’explosion de l’ « insécurité », vantant la réussite ou (plus souvent) dénonçant l’échec des « politiques de sécurité », annonçant la publication des prétendus « vrais chiffres de l’insécurité »... Mais de quelle « insécurité » parle-t-on ? Quels sont les impensés véhiculés par l’usage générique, souvent simpliste et irréfléchi, de ce terme fortement équivoque ? Comment l’imaginaire sécuritaire imprègne-t-il les représentations communes ? Comment tâcher de se défaire de son emprise ?

« Jeudi d’Acrimed »
Jeudi 24 mai 2012 à 19 heures
à la Bourse du travail de Paris
3, rue du Château-d’Eau, Paris 10e


Avec Laurent Bonelli, maître de conférences en science politique à l’université de Paris Ouest Nanterre-La Défense et membre de la rédaction du Monde diplomatique. Il est notamment l’auteur de La France a peur. Une histoire sociale de l’ « insécurité », Paris, La Découverte, 2010 [2008].

En guise de présentation du débat

L’ « insécurité » – ou plutôt son exploitation médiatique – fait vendre. Et ce, particulièrement en période de « crise ». La chose n’est pas nouvelle et les historiens ont bien décrit la façon dont des périodes de mutation sociales et politiques s’accompagnent d’une inflation des discours publics autour du « crime », de la « délinquance », de la « violence » ou de l’ « insécurité » ; autant de termes qui méritent des guillemets, tant ils renvoient à des phénomènes très divers tant par leurs formes que par leurs causes et leurs conséquences sociales et individuelles. Ces mêmes historiens ont en même temps montré combien les discours publics sur les diverses formes de déviance qui se manifestent dans la vie sociale ne sont pas neutres : ils reflètent, et souvent contribuent à reproduire, un état momentané des rapports de force sociaux. Ainsi, si les transgressions des nantis gagnent parfois à être placées sous les projecteurs, ce sont bien plus souvent les déviances populaires qui sont thématisées et dramatisées. De ce point de vue, le début du XXIe siècle n’est pas sans faire écho à des périodes passées, notamment la fin du XIXe siècle.

Or, pris dans l’urgence de l’actualité, le commentaire journalistique manque souvent du recul nécessaire à un traitement équilibré et raisonné de ces questions. En faisant l’économie d’une mise en perspective de la situation présente, il nourrit une certaine amnésie sociale. Montant en épingle des faits divers tragiques, ou se gargarisant de statistiques sans en préciser les précautions d’emploi, le discours médiatique le plus courant ne permet pas d’avoir une vue globale, informée et distanciée de phénomènes hétéroclites hâtivement regroupés sous le terme d’ « insécurité ». Cette insécurité dont il est abondamment question se réduit généralement aux atteintes directes et visibles aux biens personnels et aux personnes privées. Ce faisant, des formes plus diffuses ou subreptices, mais bien réelles, d’insécurité, sont passées sous silence ou du moins minorées, ou ne sont simplement pensées à travers cette grille de lecture. Quelle place celle-ci accorde-t-elle à l’insécurité sociale, face au logement, à la santé, au salaire ? Le traitement médiatique ne se focalise-t-il pas outre mesure sur les quartiers populaires, auxquels il semble imputer exclusivement des comportements condamnables qui sont aussi le fait de classes plus aisées ? Quid de la délinquance « en col blanc », dont le coût social est parfois colossal ? Bref, peut-on dissoudre, comme les médias le font trop souvent, la question sociale dans des problèmes de délinquance qui tendent à lui faire écran ?

 
  • Enregistrer au format PDF

Pseudo-journalisme politique au Parisien : ça va durer encore longtemps ?

Personnalisation partout, politique nulle part.

Ces médias qui ont besoin de notre soutien : le site d’informations Basta !

« Pour une information indépendante, sans publicités ni algorithmes. »

Le « cas Macron » : un feuilleton médiatique à suspense

Chronique d’une hypermédiatisation annoncée.