Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Elections de 2012

Nicolas Sarkozy se déshabille pour la presse people

par Augustin Fontanier,

« Moins médiatique, plus présidentiel : la nouvelle communication de Sarkozy », titrait Le Monde.fr le 11 juillet, citant l’intéressé : « La meilleure communication, c’est de ne pas en faire ». Apparemment, les effets ont été de longue durée : quelques jours plus tard le couple Sarkozy fait la Une de l’actualité people. Tandis que France-Soir (16/07) annonce « Les amoureux de Brégançon », Paris-Match (13/07) promet « Les photos d’une délicieuse attente »... « L’opération Brégançon » ou la démonstration qu’une certaine presse est toujours disposée à servir la communication people des politiques, quand bien même ceux-ci se défendent d’y avoir recours.

Le bref séjour de Nicolas Sarkozy et de son épouse au fort de Brégançon aura fait parler de lui. Au total, plus d’une vingtaine de clichés se retrouvent étalés dans la presse, avec France-Soir, Paris-Match et Closer (11/07) en tête du palmarès des diffuseurs. Des regards tendres, une complicité amoureuse, le geste protecteur, le torse bombé et le ventre rentré, c’est un couple heureux, main dans la main, qui s’affiche en double-page. Sans oublier les accessoires : un portable et un dossier gardés ostensiblement en main, histoire de montrer que notre président reste constamment sur le qui-vive, prêt à défendre la nation dans la seconde, y compris sur le sable chaud de sa plage privée. Puis une frite-bouée pour Carla. Au cas où les photos ne seraient pas assez parlantes, des petits commentaires se chargent d’emporter les suffrages (« Sarkozy couve Carla du regard » s’émeut ainsi Paris-Match). Quant à Carla, c’est une épouse aimante, qui respecte le bon partage des tâches (« son dossier et son téléphone » pour le monsieur, « son paréo et son chapeau de paille » pour la madame, toujours selon Paris-Match) et qui affirme n’avoir pour seul but que le bonheur de son mari...

Si le bonheur conjugal du président de la République irradie les Unes, il n’en a pas toujours été ainsi. Car le moins qu’on puisse dire est que relations de Nicolas Sarkozy avec la presse, et notamment la presse people, ont connu des hauts et des bas. Les turbulences rencontrées par le couple Nicolas-Cécilia en mars 2005, puis à nouveau en 2007 après la prise de fonction du président Sarkozy avaient défrayé la presse, et pas à l’avantage de l’intéressé, qui se retrouvait décrit comme le cocu de service, incapable de « garder sa femme ». Celui-ci avait d’ailleurs tapé du poing sur sa table ministérielle et attaqué le quotidien suisse Le Matin en justice pour atteinte à la vie privée. N’avait-il pas juré, main sur le cœur, mais un peu tard, qu’on ne l’y reprendrait plus ? Seulement voilà, la tentation était trop belle, et Sarkozy n’a pas ménagé ses efforts pour tourner les médias à son avantage. Depuis la prise d’otage à la Mairie de Neuilly, il s’est toujours surexposé, y compris avec sa femme en 2007. L’intrusion des médias dans sa vie privée, pour Sarkozy, ça va bien quand ça l’arrange. Et certains médias, complaisants, sont toujours prêts à lui rendre service.

Il faut dire que Sarkozy s’inscrit dans une longue tradition présidentielle, comme ne manque pas de le souligner opportunément France-Soir (en justifiant de la sorte, au passage, sa propre attitude). De Gaulle mis à part, les présidents de la Ve République ont souvent cherché dans les médias un soutien politique, à commencer par Valéry Giscard d’Estaing qui avait fait le pari de remonter les marches de sa villa en maillot de bain sous l’objectif des photographes. S’efforçant de soustraire aux regards indiscrets les aspects compromettants de leur vie privée, ils n’en cherchaient pas moins un œil complaisant, en conviant journalistes et caméras dans les rendez-vous en famille ou les week-ends entre amis. La mise en scène par le personnel politique de la sphère privée est ainsi devenue une tendance lourde ces quarante dernières années : pour une personnalité politique, ouvrir sa cuisine ou les portes de la maternité aux photographes permet d’offrir un autre visage au peuple, plus sympathique et débonnaire, celui de la proximité et de la similitude. Tout en s’inscrivant dans cette tendance, Nicolas Sarkozy a cependant franchi un cap, souligné dans la presse, notamment pendant la campagne de 2007.

Dans le cas présent, c’est la vie la plus intime de l’individu qui s’offre aux regards publics. Le statut des photos est bien sûr délibérément maintenu dans le flou. On cherchera en vain les formules de circonstance du type « Le couple Sarkozy nous a ouvert les portes de sa villégiature ». Ce qui n’empêche pas le site internet de Madame Figaro, qui publie une photo du couple sous le titre délicat « Sons of the beach : En images et à la plage : les people en mode bronzage » [1], de s’amuser : « Une photo "volée’" à la place d’un communiqué, il fallait y penser ! » [2] En effet. Mais vingt photos volées, ça fait quand même beaucoup, surtout quand France-Soir nous rappelle que le Fort est surveillé en permanence par deux escadrons de police et une vedette de la Marine nationale... Ou alors il faut s’interroger sérieusement sur l’efficacité des fonds publics alloués à la protection du chef de l’Etat. Trêve de plaisanteries : nul besoin d’être un spécialiste de photographie pour comprendre que la porte a été grand ouverte pour les photographes, qui se sont bien évidemment précipités sur l’occasion.

Toute l’ironie de l’affaire est que l’opération com’ de Sarkozy viendra peut-être détruire la nouvelle image qu’il tentait vaille que vaille de se construire ces derniers jours à en croire la presse : celle d’un président plus discret, plus austère, plus « présidentiel » pour reprendre l’expression du Monde.fr. Le choix d’une résidence traditionnelle des présidents de la Ve République au lieu du yacht de son ami Bolloré ou de la villa de luxe de sa femme annonçait une démarche de réinscription dans les cadres classiques de la vie politique française. L’avenir nous apprendra si la presse people est une alliée pertinente pour reconstruire une image présidentielle…

Car cette presse donne tout de même dans une rare obséquiosité : pour France-Soir, Nicolas Sarkozy est le président de l’équilibre budgétaire qui rend de lui-même deux des résidences présidentielles officielles. A mari modèle, président modèle… Sans aller aussi loin que Paris-Match qui voit dans le couple Sarkozy des nouveaux « Paul et Virginie », le quotidien poursuit le panégyrique expliquant comment Nicolas Sarkozy a « renonc[é] aux vacances bling-bling » et ajoute sans rire : « A l’ombre des murailles du fort, il a fini par adopter la maxime de ces prédécesseurs en vacances : pour vivre heureux, vivons cachés. » Mais comme on ne change pas une formule qui perd, le journal dément cette idée de lui-même, sans s’en apercevoir, en soulignant ailleurs que « à ceux qui voient là un changement de style du président de la République, [le conseiller en communication du Président] rétorque qu’il s’agit simplement d’une question d’organisation », en précisant qu’au mois d’août « Nicolas Sarkozy et son épouse séjourneront au cap Nègre, comme d’habitude. » Dans l’articlé déjà cité, Le Monde.fr insistait sur le tournant présidentiel : « Il n’a pas non plus réagi directement lors de la polémique interne dans la majorité sur les radars, fin mai, ni mis en scène la grossesse de son épouse, probablement soucieux de ne pas se voir reprocher une dérive "people" comme au début de son mandat. » Une analyse visionnaire…

***

Des clichés en maillot de bain mouillé remonté au nombril, une bouée-frite à la main, la dernière opération communication de Sarkozy prendra-t-elle l’eau de mer ? La reconstruction d’une image présidentielle est-elle en marche ? En tout cas, la grande perdante sera la vie politique du pays. Car si la presse traditionnelle s’est ici gardée de faire front commun avec Paris-Match et Closer, il n’en a pas été ainsi pour la grossesse de la première Dame de France, et le pire est à craindre lorsque la date de l’accouchement approchera, aggravant toujours davantage la dépolitisation et la peoplisation des campagnes présidentielles.

Post-scriptum : Martine Aubry se met au diapason…

Comme en témoignent ces deux « Unes » de Paris-Match (13 juillet et 20 juillet), la campagne présidentielle est (bien) lancée…

 
  • Enregistrer au format PDF

Souscription 2018Souscription 2018

Notes

[1Sous-titrant : « Les Cruise, les Sarkozy, David Beckham et Kate Middleton en images à la plage » On appréciera le regroupement

A la une

Les petits forçats du journalisme

Panorama inquiétant des offres d’emplois dans le milieu journalistique.

Souscription 2018 : appel à la mobilisation générale !

Plaidoyer (inquiet) pour que les dons affluent…

Aquarius : Bernard Guetta vole au secours du gouvernement italien

Demi-vérités et omissions orientées sur le service public.

Misère du documentaire politique

À propos de deux films consacrés au « Penelopegate » qui consacrent l’inanité et l’inutilité du journalisme politique.