Observatoire des media

ACRIMED

Merci !

... Mais pourquoi ?

Vous avez été plusieurs centaines à répondre à notre appel « Acrimed a besoin de vous, Acrimed a besoin de sous. Merci donc à toutes celles et tous ceux qui nous ont fait confiance en optant pour une adhésion à notre association ou un soutien financier, agrémentée ou non de l’achat de nos (superbes...) cartes postales.

Mais quitte à paraître geignards, nous devons vous le dire : ce n’est pas assez ! Acrimed change de devise. Désormais, c’est : « Toujours plus ! »

Merci d’avance, par conséquent, à celles et ceux qui prendront le temps de lire cette élégie qui n’est plus en « gros titre » de notre « une » : « Acrimed a besoin de vous, Acrimed a besoin de sous ».

En bref, pour celles et ceux qui n’ont pas « cliqué » sur le lien ci-dessus :

- Adhérer, même sous forme d’une simple adhésion de soutien, c’est nous permettre de mieux tisser notre toile et notre réseau d’observation des médias. Rien de plus simple->C’est par là

- Financer, en nous envoyant un petit (ou gros) chèque pour commander (ou pas...) les cartes postales « pédagogiques » réalisées par Sébastien Marchal.

- Pour nous soutenir financièrement, envoyer un chèque, du montant de votre choix à l’ordre d’Action-critique-Médias à adresser à Action-Critique-Médias 39 rue du Faubourg-Saint-Martin 75010 Paris, avec : Nom, prénom, adresse postale, et adresse électronique.

- Pour découvrir les cartes et les commander->C’est par là

- Et enfin, pour compléter cette page de pub, lire les articles de critique de la publicité que nous publierons prochainement.

 
  • Enregistrer au format PDF

Voir aussi...

Michel Onfray critique la presse à la serpe

Pour le philosophe médiatique, la liberté de la presse n’existe pas. Ce qui ne l’empêche pas de l’inonder de ses tribunes !

Un « Conseil de la Presse » ? À quelles conditions et comment

Note d’Acrimed à l’intention de Madame Sirinelli, chargée de mission

Gilles Leclerc, réputé pour ses « ménages », recruté au « Comité d’éthique » de Radio France

Comme dans le cas d’Isabelle Giordano, plus c’est gros, plus ça passe (pour l’instant… ?)