Observatoire des media

ACRIMED

Menaces sur « Arrêt sur images »

Une nouvelle décision arbitraire en perspective ? En guise de clôture du cycle électoral ?

Dès le 6 juin, sur Bigbangblog, Daniel Schneidermann, s’inquiétait des menaces pesant sur l’émission qu’il anime : « Ne croyez pas non plus que je m’imagine je ne sais quelles manigances politiques contre Arrêt sur images. [...] Je crois, malheureusement, que la vérité est plus simple et plus cruelle. Douze ans après la création de l’émission, le système médiatique (prenons le globalement, pour ne fâcher personne) n’a pas encore accepté d’être, chaque semaine, critiqué de l’intérieur. Il nous tolère, dans notre petite niche de la mi-journée dominicale, dont nous ne devons surtout pas sortir. Il nous tolère, parce qu’il n’a pas le choix, parce qu’il sait que les télespectateurs sont attachés à l’existence de cette petite niche. »

Le 13 juin, Daniel Schneidermann informait que « l’arbitrage » serait rendu le lendemain de la dernière émission de la saison et s’interrogeait : « Et le 17, c’est quoi ? Allez, réfléchissez un peu. Mais oui pardi : le-second-tour-des-élections-législatives. Et même moi, qui suis la confiance incarnée, suis bien obligé maintenant de rapprocher les deux faits. Par hasard, la direction de France Télévisions attendrait-elle le lendemain des législatives, et la nomination du gouvernement Fillon 2, pour décider de prolonger, ou non, les émissions de la chaîne traitant (même indirectement) de politique intérieure ? » [1]

Faisant état des dernières réactions suscitées par la menace et des dernières nouvelles (à lire), Daniel Schneidermann concluait le lendemain : «  [...] je viens de voir que Patrick de Carolis les convie tous le 20 juin prochain à 18 heures, 11 Boulevard de Verdun, à Dijon. C’est un "forum FranceTélévisions". "Vous posez vos questions, vous obtenez vos réponses" promet le programme. Elle est pas belle, la vie ? Je me demande si on ne ferait pas une petite virée à Dijon, le 20 juin prochain, avec toute l’équipe. [2] »

Le 16 juin 2007, pour Le point.fr sous le titre « France 5 : Schneidermann et Moati en ballottage », Emmanuel Berrreta confirme « Daniel Schneidermann et Serge Moati ne sont pas certains de figurer à la rentrée sur la grille des programmes. Il y a deux semaines, Philippe Villamijtana, le patron des programmes de France 5, a demandé à la direction de France Télévisions de pouvoir se séparer de l’un et de l’autre pour des raisons que nous ignorons. La décision est attendue lundi 18 juin, au lendemain de la dernière d’Arrêt sur images. »

Les dernières informations, au moment où nous écrivons, sont à lire sur Bigbangblog sous le titre « Selon Le Point, France 5 veut arrêter ASI et Ripostes ».

Si la suppression d’ « Arrêt sur images » devait être confirmée, elle serait totalement inacceptable.

Quoi que l’on pense de cette émission qu’il nous est arrivé de critiquer, parfois sans ménagement (mais sur laquelle il nous est arrivé aussi de nous appuyer quand elle fournissait des éléments qui nous semblaient indispensables), quels que soient les différences et les différends entre Acrimed et l’animateur d’ « Arrêt sur images », nous ne saurions accepter une « suppression [qui] serait d’autant moins tolérable qu’elle serait le fait du Prince (qui exerce un pouvoir discrétionnaire et arbitraire) et qu’elle recourt à des arguments (de façade) d’une totale désinvolture. »

C’est ce que nous avions dit ici même, l’an dernier, après la suppression de l’émission « Le premier pouvoir » animée par Elisabeth Lévy sur France Culture [3]. C’est ce que nous répétons un an après à propos d’ « Arrêt sur images » : « Plutôt le conflit que le silence ! »

Henri Maler

 
  • Enregistrer au format PDF

Les jeux de l’été d’Acrimed : champions en titres (2017)

Vrais ou faux, ces titres ? Celui-ci par exemple : « Un bébé de trois mois interrogé pour terrorisme ».

Jean-Michel Aphatie s’étonne pour rien. Étonnant, non ?

Et il suggère à ceux qui contestent le capitalisme (ou certains de ses effets) de le boycotter.

Les sondologues, piliers de l’éditocratie

Brève tentative de portrait de groupe.