Observatoire des media

ACRIMED

« Médias, casse-toi ! » : les étudiants grévistes face aux médias (1)

par Arnaud Rindel,

La photo est surprenante, pour ne pas dire effrayante. Assemblée dans la rue, une foule de jeunes gens, le sourire aux lèvres et la joie sur le visage, brandit une forêt de journaux de la presse quotidienne, Ouest France, Les Echos comme Le Figaro. Quel mystérieux envoûtement peut donc les contraindre à s’amouracher ainsi des éditoriaux frelatés de Jean-Marie Colombani et Serge July ? S’agirait-il d’une farce ? En quelque sorte, puisque ces jeunes dévots ne sont en réalité que les figurants d’une publicité pour les initiatives de « Graines de citoyens », association qui organise chaque année « Les assises de la presse écrite et de la jeunesse ». Cette image gentiment naïve paraît d’autant plus amusante que la campagne publicitaire est intervenue au mois de mars 2006, c’est-à-dire en plein cœur des mobilisations contre la Loi sur l’Egalité des Chances et le Contrat Nouvel Embauche...

Enthousiasmés !

Quiconque a participé à ces mobilisations, aura constaté qu’il était plutôt rare de voir un étudiant agiter avec allégresse Le Monde ou Libération, et assez improbable de surprendre un lycéen en train de recouvrir ses vêtements d’autocollants « TF1, avec nous ! ». En revanche, il n’était pas impossible d’assister à l’interpellation de journalistes sur leur travail, et plutôt monnaie courante d’entendre parmi les contestataires des propos très critiques sur la manière dont les médias rendaient compte du mouvement [1]. Une réalité que les grands médias, dans leur immense majorité, ont cependant choisi d’ignorer...

« Paranos », dites-vous ?

A l’exception de quelques bribes d’informations disséminées dans divers recoins, les médias dominants ont (très) rarement fait état des discussions et des critiques dont ils pouvaient être l’objet dans le cadre de la couverture des mouvements anti-précarité. Fil-Fax Normandie indique par exemple dans son édition du mardi 4 avril 2006 que les étudiants grévistes de Rouen, réunis la veille en assemblée, ont « retenu le principe de ne plus communiquer désormais avec la presse autrement que par des communiqués ou par la voix des porte-parole ». L’un d’eux, brièvement cité dans l’article, indique que cette décision vise à permettre au groupe « de garder le contrôle sur l’information qui couvre le mouvement anti-CPE ». Pourquoi cette volonté de « contrôler l’information » ? Le lecteur n’en saura rien.

Pas enthousiasmés !

Une semaine plus tard, Libération évoque la réunion à huis clos à Lyon de la coordination nationale étudiante (10.04.06). Un paragraphe, titré sobrement « parano », attire l’œil. « C’est devenu une tradition, écrit le correspondant du quotidien, le samedi commence par “le sujet litigieux”. Les médias peuvent-ils assister aux débats ? La question est expédiée en quelques minutes : dehors ». Présentées de cette manière, il est vrai que les choses peuvent avoir l’air un tantinet brutales. L’article précise toutefois qu’« à l’extérieur de l’amphi, quelques étudiants viendront discuter, justifier le refus ou expliquer comment le mouvement devient “parano” ». De ces échanges entre le journaliste et les étudiants, le lecteur ne sera pas informé. Il devra se contenter d’une phrase provocatrice prononcée par un intervenant : « Ils sont contrôlés par de grands groupes. Quand le gouvernement nous pisse dessus, ils disent qu’il pleut ». Le Monde est encore moins disert sur ce sujet. Le quotidien vespéral signale seulement que les délégués se sont retrouvés « à l’écart des médias jugés trop liés au "grand capital" et pour lesquelles ils éprouvent une profonde méfiance » (11.04.06).

Mais pourquoi cette « profonde méfiance » ? Les étudiants seraient-ils simplement « paranos » ? Les journalistes préfèrent ne pas s’attarder sur la consistance de cette humeur critique. Ils jugeront plus pertinent de se pencher sur des thèmes moins convenus : la violence des casseurs qui menacent la démocratie ou les actions « qui dépassent les bornes » menées par les étudiants « privilégiés » qui bloquent égoïstement les facs. Pas comme la gentille Laurie, 20 ans à peine, « qui bosse tous les étés pour pouvoir passer ses études, qui sait ce que le mot “précarité” veut dire », mais qui pourtant « refuse qu’une minorité active prenne en otage la majorité silencieuse des étudiants » [2]. Un témoignage qui ne pouvait que séduire des journalistes friands de pensées « complexes » et « anticonformistes », à rebours de la « pensée unique »...

En réalité, la question des rapports aux médias a tenu une place non négligeable dans les mobilisations contre le CPE. Et il faut être sourd pour réduire leurs récriminations à des sautes d’humeur d’adolescents excentriques ou à une volonté malveillante d’attenter à la sacro-sainte liberté d’une presse prétendument rejetée en bloc.

Ce sont des pratiques journalistiques précises qui ont été mises en question.

Des étudiants confrontés aux « formats » journalistiques

Deux émissions d’« Arrêt sur Images », exceptions notables à la discrétion médiatique sur le sujet, permettent de mieux s’en rendre compte. Une faculté où des grévistes taguent sur les murs « Médias, casse-toi ! » ne méritait-elle pas que l’on y dépêche une envoyée spéciale ? Le 26 mars, l’émission diffusait ainsi un reportage tourné à l’Université de Montpellier, « dans laquelle, précisa Daniel Schneidermann, il y [avait] eu quelques moments de tension » entre les étudiants et les journalistes. Deux semaines plus tard, il recevait en plateau deux acteurs du mouvement étudiant, Pierre Vouhé - un des organisateurs des mobilisations sur le campus de Poitiers -, et Bruno Julliard - le visage médiatique de l’Unef -, ainsi que Guillaume Dubois, rédacteur en chef de BFM TV [3].

Le reportage tournée dans cette faculté de l’Hérault s’ouvre sur quelques scènes d’un dialogue assez courtois et, semble-t-il, improvisé, entre un journaliste de France 3, plutôt bienveillant - au moins devant les caméras -, et deux étudiants, plutôt remontés, qui s’interrogent et l’interrogent sur les contraintes de son travail.

- Étudiant 1 : - Vous venez juste en AG [Assemblée générale], vous sortez la caméra, vous prenez un peu les gens qui parlent, et vous repartez ! Vous ne restez pas sur le long terme ! C’est ça aussi qu’on vous reproche ....
- Le journaliste : Ah ben oui, mais...
- Étudiant 1 : - ... C’est un travail où vous arrivez, en superflu, vous prenez un peu une image de ce que ça donne, mais vous ne restez pas pour analyser vraiment ce qui se passe, vous ne restez pas pour savoir...
- Journaliste : - Non mais ça... il y a des formats de travail des journalistes et des médias en général qui correspondent peut-être pas à vos souhaits à vous, peut-être, ça c’est certain...
[...]
- Étudiant 2 : - On a un message à faire passer. Vous vous arrivez avec un cadre, qu’en plus, la plupart du temps, vous posez comme non négociable. Ça c’est quelque chose qu’on retrouve la plupart du temps. La preuve c’est qu’en plus...
- Reporter : - Qu’est-ce que ça veut dire “non négociable” ?
- Étudiant 2 : “Non négociable”, c’est qu’ils arrivent et ils nous disent ‘‘voilà on vous pose telle, telle, ou telle question, vous répondez à telle question’’ Bah oui mais si ces questions sont mauvaises ? Si on pense qu’on a autre chose à dire que ces questions là ? Parce que accepter une question, c’est accepter un cadre...
[...]
- Étudiant 2 : - Vous nous dites pas combien de temps le sujet va durer ; donc nous on va parler pendant une heure, voilà, on va discuter, on sait pas que ça va durer 50 secondes. Si on sait au départ que ça dure 50 secondes, on va peut-être se poser des questions sur la façon dont on va le dire !
- Journaliste : - Mais vous entendez les sujets ! Que ça soit sur... vous savez comment c’est fait ! ...
- Étudiant 2 : - Oui non mais d’accord, mais y a des sujets qui durent 5 minutes !
- Journaliste : - C’est la télé ! .... Vous savez très bien que quand on est dans le cadre d’un journal télé, c’est pas des sujets qui durent 5 minutes !...
- Étudiant 2 : - Et ben faut venir, il faut dire...
- Journaliste : - Vous savez très bien ! ....
- Étudiant 2 : - ... Mais oui mais vous le dites pas !
- Journaliste  : - ...Vous avez une éducation visuelle depuis votre enfance !

Le journaliste de France 3 n’a sans doute pas tort de répondre que les usagers des médias n’ignorent pas complètement les manières de faire des journalistes. Mais cela n’implique nullement qu’ils en reconnaissent le bien fondé. A moins d’être particulièrement cynique, ou exceptionnellement servile (rien dans le reportage ne permet de penser que le journaliste de France 3 le soit...), constater que les choses sont comme elles sont ne devrait pas condamner à déduire qu’elles sont comme elles devraient être, ni à les ériger automatiquement en réalités immuables. C’est ce que les étudiants mettent en évidence quand ils mettent en question le « cadre non négociable » imposé par le reporter ou le format trop court pour permettre autre chose qu’une analyse superficielle et en coup de vent.

Ce petit échange rend manifeste combien est toujours problématique - et par conséquent révélateur d’un conflit toujours latent - la conciliation de deux droits pourtant indissociables : le droit d’informer des journalistes et le droit d’informer des acteurs de la vie sociale, en l’occurrence celui des étudiants en lutte [4].

Pourtant ces derniers ont quelques bonnes raisons de se montrer méfiants à l’égard du traitement médiatique des mouvements sociaux [5] et, par conséquent, précautionneux à l’égard des journalistes. N’est-il pas légitime de se demander à quoi peu bien correspondre réellement la “liberté d’expression” quand la parole militante subit les filtres déformants d’un Journal de 20 heures ? De quel droit à la parole dispose concrètement un contestataire lorsque son argumentation se voit réduite finalement à trois bribes de phrases, et le plus souvent des clichés qui confortent seulement les préjugés des journalistes ? Si pointilleux avec leur propre liberté d’agir à leur guise, les journalistes sont en général moins scrupuleux avec le droit à la parole de leurs interlocuteurs, dans le cas présents celui de jeunes grévistes qui ne passaient pas - ou pas seulement - leur journée à danser la samba et à fumer des produits illégaux, au lieu de se contenter d’aller gentiment en cours.

Résultat : « On ne se reconnaît que partiellement dans ce que les médias retranscrivent », explique sur le plateau d’ »Arrêt sur images » l’étudiant mobilisé à Poitiers, avant d’ajouter : « quand on nous questionnait sur le CPE, on répondait : éducation. Mais dans ce cas là il n’y a rien qui passe, rien ne ressort. Ils enregistrent un quart d’heure pour en sortir 30 secondes. Donc c’est vrai qu’ils peuvent manipuler l’image comme ils veulent. »

Les contraintes imposées par des « formats » tenus pour intangibles permettent d’abriter des interprétations simplificatrices (ou intentionnellement orientées, voire malveillantes). Ainsi, il est significatif que les contestations étudiantes et lycéennes aient été systématiquement présentées comme strictement « anti-CPE » alors même que les revendications incluaient le retrait du CNE et de l’ensemble de la loi sur l’Égalité des chances, ou bien encore l’augmentation du nombre de poste de Capes. Mais cela, les grands médias n’ont pas voulu l’entendre, ni le faire entendre. Alors, quand le CPE fut retiré, ils entonnèrent joyeusement, le refrain selon lequel les étudiants avaient obtenu entière satisfaction [6]. Ouf ! Les responsables de l’information poussaient un énorme soupir de soulagement : tout ce désordre allait enfin cesser, et les petites anecdotes autour des possibles candidatures à la présidentielles redevenir les seuls sujets politiques « qui intéressent les français ».

Des étudiants confrontés à la personnalisation des luttes

Autre élément au moins aussi problématique : la personnalisation des luttes collectives. En effet, accepter de se plier sans condition aux contraintes médiatiques revient généralement à admettre que l’image publique d’une action à la fois collective et anonyme se réduise à la parole - et souvent à l’opinion - individuelle de quelques personnalités emblématiques. En concentrant sur elles l’essentiel de leur attention, les médias dominants les font apparaître comme les seules voix légitimes de la contestation. Ce faisant, ils leur octroient finalement le privilège d’exprimer seules le sens public d’un ensemble d’actions diverses, voire éparses, conduites par des milliers - voire des centaines de milliers - de personnes, comme si la question de la légitimité des porte-parole devait échapper aux acteurs eux-mêmes.

Ce phénomène s’explique en partie par la tendance des médias à rendre compte des mouvements sociaux de la même manière qu’ils traitent de la politique, en la réduisant à l’action des professionnels de la politique, c’est-à-dire en se focalisant quasi exclusivement sur l’activité de quelques personnes auxquels ils attribuent la fonction et l’étiquette de « leaders », et dont il s’agirait de déchiffrer les stratégies, les coups et les enjeux. Dans cette optique, l’essentiel de l’information est ainsi consacrée à l’exploration des « coulisses d’une crise » [7] ou au fait de savoir si Bruno Julliard sera « Le nouveau Cohn-Bendit ? » [8]. Conséquence inévitable de ce mode de traitement de la politique : le fond du débat se trouve systématiquement relégué au second plan, quand il ne passe pas carrément à la trappe.

Le rédacteur en chef à BFM TV confirme la volonté des médias « d’avoir quelques têtes connues », naturellement pour le plus grand bien du public. Ainsi, explique-t-il, « on s’identifie, on connaît les personnages. C’est aussi une pièce de théâtre d’une certaine manière. Donc c’est vrai que si on changeait de personnages tous les jours, pour les médias se serait compliqué, pour les téléspectateurs aussi. » Face à cette vision largement fantasmée d’un public incapable de suivre une « pièce de théâtre » comportant plus de deux ou trois personnages, Bruno Julliard souligne avec lucidité certains des effets pervers de la focalisation médiatique sur sa petite personne : « là où ça pose quand même un problème, c’est que la mobilisation - et loin s’en faut d’ailleurs - ne se limite pas à l’Unef. Ce ne sont pas que les militants de l’Unef qui se mobilisent. [...] Contrairement aux syndicats de salariés, le syndicalisme est quand même beaucoup plus faible chez les étudiants que chez les salariés... il en faudrait deux ou trois autres qui ne soient pas des leaders syndicaux, qui ne soient pas de l’Unef. [...] On y a intérêt pour la mobilisation. Pour pas qu’il y ait une fracture entre l’apparition médiatique - et notamment de moi essentiellement - et puis la base. Les étudiants, il faut qu’ils se sentent représentés. »

Si l’on excepte les sympathisants de l’Unef, les étudiants avaient donc de quoi être agacés de voir avec quel empressement et quelle constance les grands médias ont institué Bruno Julliard en porte-parole du mouvement tout en entier - et même l’Unef comme avant-garde de mobilisations dont elle ne représentait pourtant qu’une composante. En particulier, la coordination nationale des mobilisations étudiantes disposait d’une légitimité représentative différente, voire concurrente. Mais se refusant à laisser la médiatisation d’un « leader » se substituer à l’expression d’une volonté collective, elle a fait le choix de soumettre la diffusion de cette parole au strict principe du communiqué de presse. Il ne faut donc pas trop s’étonner que les médias dominants n’aient jamais accordé à cette coordination - et à son entêtement irritant à « ne [laisser] dépasser aucune tête » -, le centième de l’intérêt qu’ils conféraient à Bruno Julliard, dont l’attitude fut au contraire jugée « impeccable » (Libération, 21.04.06).

Cette personnalisation des mouvements collectifs relève en réalité d’une double mutilation : à la confiscation d’une expression collective par des porte-parole choisis par les médias, s’ajoute en effet la sélection sociale opérée par ce choix.

Quand Daniel Schneidermann demande à Bruno Julliard pourquoi les journalistes viennent vers lui, ce dernier vend partiellement la mèche : « Je pense que c’est par facilité d’abord. [...] J’ai participé aux premières intersyndicales avec les syndicats de salariés. Donc il y avait des caméras, du coup j’ai existé et puis après on ne cherche pas à aller beaucoup plus loin. [...] Et puis à mon avis... parce que probablement... je dois remplir les critères. C’est-à-dire, l’aspect... c’est pas gentil pour moi ce que je vais dire, mais l’aspect un peu lisse et puis en même temps le verbe un peu offensif et ça plait quoi, voilà. »

Sous surveillance

Bruno Julliard oublie seulement d’ajouter que, généralement, les journalistes choisissent les porte-parole qui sont les plus prompts à se soumettre à leurs exigences et à se précipiter sans condition aucune devant n’importe quel micro tendu. Et ces mêmes journalistes seront d’autant plus séduits que leurs interlocuteurs se montreront prompts à condamner les dérives de certaines portions « extrémistes » du mouvement et à s’affirmer ouverts au « dialogue », bref qu’ils sauront se montrer « raisonnable » - « responsables » comme disent les journalistes dominants qui confondent volontiers sagesse et modération.

Enfin cette personnalisation repose sur un véritable déni des exigences démocratiques propres à l’action collective. Ainsi, le 6 mars, sur France 5, Yves Calvy sermonnait en ces termes Jean-Christophe Le Duigou (CGT) et Sophie Binet (Unef) sur les suites du mouvement, après la manifestation : « Qu’est-ce qui se passe demain ? Quelles sont les propositions de la CGT concernant la mobilisation, et que souhaite l’Unef dans les jours à venir ? [...] s’il vous plait ne me faites pas la sempiternelle réponse de : “il va falloir qu’on se réunisse pour...” »

Valoriser la prise de parole individuelle au détriment des prises de position issues d’une délibération collective, traquer les différences ou les oppositions internes non pour les exposer mais pour les opposer aux positions adoptées en commun : ces pratiques journalistiques (pétries de préjugés individualistes) constituent des formes d’ingérence arbitraires. Or celles-ci peuvent avoir pour effet de miner - intentionnellement ou non - la démocratie interne d’une organisation ou d’une mobilisation, comme si la scène médiatique devait remplacer tous les autres espaces de discussion et de décision.

D’autant qu’une autre tendance lourde des médias consiste à traiter des mouvements sociaux sur un mode dépolitisant, qui tend à effacer la conflictualité sociale. L’utilisation abusive de l’anecdote et du témoignage individuel, notamment, a pour conséquence fâcheuse - mais inévitable - de gommer la dimension collective et contestataire des luttes. Combien de fois n’a-t-on pas lu dans la presse ou vu à la télévision ces pseudo portraits exempts de toute parole collective ? Combien d’heures n’ont-elles pas été consacrées à rendre compte des « ambiances » des facultés, sous l’angle des jeunes fêtards gentiment naïfs ou, au contraire, des affrontements rituels autour des blocages ? Ce témoignage d’une étudiante gréviste (à l’occasion d’un débat public auquel participait Acrimed) résume les pratiques journalistiques : « pendant l’occupation de la fac, [les journalistes] venaient nous filmer le matin au réveil, parce que c’est rigolo, ou nous interrogeaient sur la musique qu’on aimait... mais dès qu’on commençait à argumenter nos idées, là ils nous répondaient que c’était ennuyeux. »

Arnaud Rindel

- Lire la suite : La liberté en danger ? - Des étudiants partagés - La médiatisation en question.

- En guise d’intermède, cette vidéo de Zalea TV, où un caméraman de France 2, pris à parti devant la faculté de Jussieu par des grévistes, les traite de « connards » et de « fachos », tandis que les manifestants scandent « médias partout, info nulle part »...

Voir : « La bavure de France 2 » (Zalea TV, avril 2006)

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Comble de l’ironie, c’est d’ailleurs ce qui s’est produit au cours du débat sur le CPE qui a eu lieu lors de la séance de clôture de ces fameuses « assises » le 18 mars 2006, comme le montre la synthèse des débats mis en ligne sur le site de « Graines de citoyens » (lien périmé). Sur les huit questions posées, cinq critiquaient la couverture de la crise du CPE par les journalistes ! On est assez loin de l’attitude d’adulation béate représentée sur les affiches de la manifestation...

[2« 7 à 8 », TF1, 19.03.2006.

[3Lorsque la source n’est pas indiquée, les citations proviennent de ces deux émissions (26 mars et 9 avril 2006). Nous avons travaillé à partir des enregistrements vidéo disponibles sur le site d’Arrêt sur images, qui met à disposition l’émission intégrale avant montage (qui dure généralement approximativement 1h15 contre 52 minutes pour la version diffusée sur France 5).

[4Lire Henri Maler, « Droit à l’information et droit d’informer », publié sur le site d’Acrimed le 18 janvier 2005.

[5Pour s’en convaincre, il suffit de se reporter à la rubrique « Les médias et les mouvements sociaux en France ».

[6Une opinion que ne partage pas, et pour cause, la coordination nationale étudiante qui indique dans son communiqué du 16 avril 2006 : « Quoi qu’en disent les médias et les directions syndicales, nous n’avons pas gagné sur l’ensemble de nos revendications ». Et ajoute : « Seul le mouvement en lutte est légitime pour signifier la victoire ou la défaite de la lutte » (Communiqué du 16 avril 2006).

[7Titre du reportage d’Envoyé spécial diffusé sur France 2 le 30 mars 2006.

[8Sous-titre de son interview lors de l’émission « On ne peut pas plaire à tout le monde » présentée par Marc-Olivier Fogiel et diffusée sur France 3 le 16 avril 2006.

Michel Onfray critique la presse à la serpe

Pour le philosophe médiatique, la liberté de la presse n’existe pas. Ce qui ne l’empêche pas de l’inonder de ses tribunes !

Un « Conseil de la Presse » ? À quelles conditions et comment

Note d’Acrimed à l’intention de Madame Sirinelli, chargée de mission

Gilles Leclerc, réputé pour ses « ménages », recruté au « Comité d’éthique » de Radio France

Comme dans le cas d’Isabelle Giordano, plus c’est gros, plus ça passe (pour l’instant… ?)