Observatoire des media

ACRIMED

Liberté et pluralisme de l’information en Europe (communiqué intersyndical)

Nous publions ci-dessous un manifeste du SNJ, du SNJ-CGT et de la CFDT-Journalistes, membres de la Fédération européenne des journalistes (FEJ) et de la Fédération internationale des journalistes (FIJ). (Acrimed)

Pas de démocratie en Europe sans indépendance des journalistes ; pas de liberté d’information sans pluralisme




Le pluralisme de la presse doit constituer un des piliers essentiels de la démocratie en Europe. Car c’est la liberté de chacun qui est en jeu.

Mais aujourd’hui en France, l’indépendance des journalistes est menacée par les pressions financières sur le système médiatique de plus en plus dépendant des grands groupes multimédias, des géants transnationaux de l’internet, des télécommunications et des banques. Les concentrations se multiplient, les titres disparaissent. Le pluralisme est en danger.

On constate que les droits des journalistes sont remis en cause, la précarisation gagne notamment parmi les pigistes, globalement les conditions de travail se dégradent. Les salaires stagnent. Les plans de licenciements sont légion. Le dogme de la rapidité et la course au buzz - contraire aux principes déontologiques de la profession - sont incompatibles avec une information complète, vérifiée, hiérarchisée et mise en perspective. Il s’ensuit une baisse qualitative des contenus avec pour conséquence une perte de confiance des citoyens dans l’information. Les journalistes sont de plus en plus assimilés pour le grand public aux lignes éditoriales de leurs médias. Les pressions politiques et économiques accentuent les risques de censure ou d’autocensure des journalistes eux-mêmes, dans toute l’Europe, notamment là où les journalistes sont précarisés.

Face à cette situation, les syndicats français membres de la Fédération européenne des journalistes, la première organisation en Europe des journalistes, forte de 320.000 membres dans 39 pays, lancent, à l’occasion des élections européennes, cet appel à tous les candidats pour un retour à la liberté et au pluralisme des médias en France et plus largement en Europe.

1. PAS DE DÉMOCRATIE SANS INDÉPENDANCE DES JOURNALISTES.
Les législations, que ce soit au plan national ou européen, en particulier dans les domaines de la sécurité, de l’anti-terrorisme, de la protection des données ainsi que celle des personnes, doivent être conformes à l’article 11 de la Charte européenne, qui protège les droits fondamentaux des journalistes à la liberté d’expression et d’information, y compris la protection des sources journalistiques.

2. PAS DE LIBERTÉ DE LA PRESSE SANS PLURALISME DE L’INFORMATION.
Des mesures législatives doivent être prises pour assurer l’indépendance des médias en Europe et garantir le pluralisme, en régulant les concentrations auxquelles se livrent les dirigeants des groupes de presse.

3. PAS DE LIBERTÉ DES JOURNALISTES SANS RESPECT DES DROITS D’AUTEUR.
La législation européenne doit veiller à mieux garantir le respect des droits d’auteur des journalistes, y compris pour les pigistes et les reporters-photographes. C’est également un important composant de la confiance des citoyens avec la traçabilité des informations publiées. La protection des droits moraux et patrimoniaux des auteurs salariés que sont les journalistes doit être garantie par l’établissement de contrats de travail ad hoc.

4. PAS DE JOURNALISME DE QUALITÉ SANS RESPECT DES CONDITIONS DE TRAVAIL.
La législation européenne doit renforcer les droits sociaux des journalistes et faire barrage à la précarité croissante dans cette profession afin d’assurer des conditions de travail décentes et garantir la qualité de l’information.

5. RENFORCEMENT DU SERVICE PUBLIC.
L’Europe doit veiller à la préservation d’un service public de radio et telévision fort avec des moyens budgétaires conséquents pour assurer son indépendance de toutes pressions politiques et économiques. Un service public de qualité dans tous les États membres est un élément clé pour garantir le pluralisme de l’information.

6. PAS DE LIBERTÉ DE LA PRESSE SANS TRANSPARENCE.
L’Union européenne doit garantir l’exercice du journalisme d’investigation en donnant libre accès à tous les documents dans l’UE et renforcer la législation en la matière pour assurer la transparence des décisions dans l’Europe des 28 États membres. Les médias doivent en outre être obligés de publier leurs comptes annuels et de porter à la connaissance du public la liste de leurs actionnaires.

7. DÉFENDRE L’AVENIR DU JOURNALISME.
Pour assurer la qualité et la diversité du journalisme, il faut des financements qui garantissent la formation professionnelle des journalistes.

8. PAS DE PRESSE LIBRE SANS SÉCURITÉ DES JOURNALISTES.
Les journalistes doivent pouvoir travailler librement en Europe sans craindre d’être victimes de violences physiques ni d’être privés de leur liberté.

9. LE JOURNALISME GARANT D’UNE INFORMATION CRÉDIBLE.
Les citoyens en Europe doivent pouvoir disposer d’une information sûre et vérifiée fournie par des journalistes en responsabilité, en leur assurant de pouvoir exercer leur rôle social sans entrave. Cela suppose la reconnaissance juridique des équipes rédactionnelles et des garanties légales d’indépendance vis-à-vis des actionnaires.

Paris, le 5 mai 2014

 
  • Enregistrer au format PDF

Le Magazine électronique d’Acrimed (numéro 163-septembre 2016)

Édito, agenda, sélections d’articles et de livres...

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.