Observatoire des media

ACRIMED

Les bons conseils (sexistes) de Ouest-France et Okapi aux adolescentes

par Julien Joly,

Nous publions ci-dessous, sous forme de tribune et avec l’accord de son auteur, un article paru le 16 novembre 2011 sur le site du journaliste Julien Joly.

Des conseils à une jeune fille mal dans sa peau qui se transforment en étalage de clichés sexistes : c’est ce qu’on pouvait lire mercredi dans la rubrique « Ados » de Ouest-France. Le quotidien régional y reproduit le courrier de « Margot, 12 ans », une adolescente qui « ressemble à un garçon », suivi de la réponse d’Okapi (qui s’offre du même coup deux colonnes de pub déguisée).

Margot, donc, a un souci : « Au collège, on se moque de moi, car je ressemble à un garçon ! J’ai essayé […] de changer de look, mais rien n’y fait et je veux rester moi-même. » Notez cette phrase, elle est importante pour bien saisir la suite. L’extrait de la lettre se conclut par : « Même le garçon que j’aime ne veut pas sortir avec moi, de peur qu’on le prenne pour un homo ! » Ambiance.

Devant une telle injustice, le sang d’Okapi ne pouvait faire qu’un tour : « Mépriser quelqu’un à cause de son physique, c’est minable, et encore, je suis polie. » Oui, aux armes ! « Debout les grosses, les binocleuses, les boutonneuses, les “appareildentées” ! Révoltez-vous comme Margot » ! Il faut faire « évoluer les choses », clame Okapi, car « les insultes à caractère sexuel sont particulièrement infamantes. »

Je vous l’avoue sans honte : je me suis surpris à rêver d’Okapi lançant un mouvement genre « Occupy Wall Street », version cour de récré, distribuant des copies d’Indignez-vous ! préfacées par Virginie Despentes. Et ça continue :

« Margot, ne te laisse pas
“traiter” ni intimider par ce garçon qui ne t’arrive pas à la cheville. Tout dans l’apparence et la peur du jugement, rien dans les sentiments […] »

Prends ça ! Fébrile, je saute une ligne pour découvrir les conseils révolutionnaires de ce magazine chrétien soudain transformé en bastion féministe.

Et là, c’est la grosse déception


« Avec quelques efforts
, rassure Okapi, et un peu de patience, tu deviendras vite une belle jeune fille. »

Pardon ? Ai-je bien lu ? Okapi ne vient-il pas de dire qu’il fallait mépriser « l’apparence et la peur du jugement » ? Remarquez, au passage, le raccourci insidieux : une fille qui « ressemble à un garçon » ne peut pas être « une belle jeune fille ». (Par contre, un garçon qui ressemble à une fille sera généralement considéré comme beau.)

Mais rassurez-vous, chers lecteurs, avec des « efforts » et de la « patience », Margot pourra enfin faire honneur à son genre et devenir fréquentable par les petits machos qu’on lui conseillait d’éviter trois lignes plus haut.

Se rebeller, d’accord, à condition de rentrer dans le rang juste après.

S’ensuit un paragraphe d’une vingtaine de lignes, consistant en une suite de « trucs pour se féminiser » plus réducteurs les uns que les autres. Florilège.

1 - « Porte de la couleur. À bas les couleurs unisexe […] comme le noir ou le gris ! Ose des touches de rose vif ou de bleu pétard. »
Il y aurait des couleurs « unisexe » ? Première nouvelle. Ça veut dire que les autres couleurs sont réservées à un sexe plutôt qu’à un autre ? J’aimerais bien savoir lesquelles.

2 - « Adopte les bijoux. Il y en a plein qui sont bon marché, jolis et rigolos. »
Donc, on commence par habiller notre ado en « rose vif », puis on l’emmène dévaliser Claire’s. Ce qu’Okapi appelle « une belle jeune fille », je l’appelle une faute de goût. Passons.

3 - « Dans le moule (sic)  : n’hésite pas à porter des vêtements plus ajustés qui mettront en valeur tes formes. »
Pardon ? Vous êtes sûrs qu’on parle toujours d’une fillette de 12 ans ? Si on part comme ça, je suggère à Okapi d’offrir avec son numéro d’été ces fameux maillots de bain rembourrés à la poitrine dès 7 ans.


Crédit photo : Le Point

4 - « Bouge en rythme. […] Inscris-toi à un cours de danse pour apprendre à te mouvoir en souplesse. »
Après les couleurs printanières, les bijoux clinquants et les vêtements moulants, il ne manquait plus que les cours de danse. Et pourquoi pas de maintien et de chant, tant qu’on y est ?

On ne naît pas « belle jeune fille », on le devient

Remarquez qu’à aucun moment, Okapi ne propose à Margot une activité intellectuelle (comme lire un livre d’Elena Gianini Belotti qui nous apprend comment l’école transforme les enfants en parfaits petits misogynes). En matière de « trucs pour se féminiser », Okapi préfère cantonner ses lectrices dans les canons de leur genre et de leur âge. Liberté de se démarquer, de s’affirmer, de réfléchir par soi-même ? Connaît pas.

À présent, je ne suis pas sûr que Margot, qui déclarait dans sa lettre vouloir « rester [elle-même] », se sente beaucoup mieux dans ses baskets (si elle ne les a pas déjà troquées contre des talons-aiguilles).

Pour finir, imaginons un instant que, demain, Kevin, 12 ans, écrive à Okapi pour se plaindre qu’avec son visage efféminé, les filles le rejettent « de peur qu’on les prenne pour des lesbiennes ». Son journal préféré lui conseillera-t-il de porter des vêtements informes et noirs, de jeter sa gourmette et de s’inscrire à un club de muscu ?

Heureusement qu’il demeure, aujourd’hui en France, des journaux courageux qui, comme Okapi et Ouest-France, se battent pour, comme le claironnait la rédactrice au début de son article, « faire évoluer les choses ».

En bonus, la couverture du dernier numéro d’Okapi : « Mixité au collège, c’est bien ou pas ? » Bien sûr ! Tant que chacun reste dans son rôle.

 
  • Enregistrer au format PDF

Voir aussi...

Sortie de Médiacritique(s) n°25 (octobre-décembre 2017)

... avec un dossier sur les professionnels du commentaire. À commander dès maintenant.

Poursuite de la lente asphyxie de France Télévisions

De moins en moins de moyens, des projets de plus en plus redoutables.

Double peine publicitaire pour les lecteurs des Inrockuptibles

Coïncidence fâcheuse ou noces (lucratives) de la publicité et du « rédactionnel » ?