Observatoire des media

ACRIMED

Légions d’honneur pour journalistes et dirigeants de médias (avril 2005)

par Jean Teulière,

L’Union syndicale des magistrats (USM) a proposé fin mars 2005 d’interdire la décoration des magistrats en exercice, ceci afin d’" améliorer l’indépendance de la justice face au pouvoir exécutif " (Le Monde, 25 mars 2005). Dominique Barella, le président de l’organisation, note que " des magistrats sont élevés dans les différents ordres non seulement par le ministère de la Justice mais également sur le contingent du Premier ministre ou de la présidence de la République. A quel titre ? On aimerait le savoir. Le magistrat a un devoir de neutralité " (Le Point, 24 mars 2005) [1].

Cette réflexion de bon sens (quelles que soient par ailleurs les orientations de cette organisation...) ne mériterait-elle pas d’être appliquée aux responsables des médias, et en particulier aux journalistes ? Leur " indépendance à l’égard du pouvoir exécutif " et leur " neutralité " ne nécessiteraient-elles pas semblable clarification ? A l’heure où nous mettons en ligne, aucune organisation représentative de ce secteur n’avait repris à son compte l’initiative de l’USM, et proposé d’interdire la décoration des professionnels des médias et des journalistes...

Quelques jours plus tard, on relevait, parmi les personnalités décorées de la Légion d’honneur, promotion de Pâques 2005, les noms de quelques majestés du journalisme et des médias [2].

- Commandeur

Jacqueline Baudrier, président du comité d’orientation des programmes de France 5, ancien membre de la Commission nationale de la communication et des libertés (CNCL), ancien ambassadeur, ancien PDG de Radio France, ancien directeur de la 1e chaîne de l’ORTF, ancien directeur de l’information de la 2e chaîne de l’ORTF

- Officiers

Charles Villeneuve, directeur général de Tout Audiovisuel Productions (filiale de TF1), directeur des sports de TF1, producteur présentateur de l’émission “Le Droit de savoir”, ancien directeur de la rédaction d’Europe 1

- Chevaliers

Dominique Bernard, directeur général et membre du directoire de Média Publications (Groupe Marie Claire), ancien directeur général adjoint du Groupe Expansion

Philippe Bouvard, producteur présentateur de l’émission “Les Grosses Têtes” sur RTL, chroniqueur à France Soir, Nice Matin, Paris-Match et Le Figaro Magazine

Christian Kissien, vice-président de la Caisse de retraite des entreprises de presse (Groupe Audiens), ancien conseiller du PDG du groupe Sud-Ouest, ancien administrateur général de la Société anonyme de presse et d’édition du Sud-Ouest (Sapeso, éditrice de Sud-Ouest) et directeur financier de la Société du groupe Sud-Ouest (SGSO), ancien directeur général adjoint de la SGSO

Ivan Levaï, cogérant de TJ Presse, directeur gérant de Tribune juive, présentateur de la revue de presse sur France Musique, président de l’Association Presse-Liberté, ancien PDG de La Chaîne parlementaire-Assemblée nationale, ancien directeur délégué de La Tribune,ancien directeur de l’information de Radio France, ancien directeur et responsable des rédactions du provençal et du Soir, ancien directeur de la rédaction d’Europe 1

Alain Metternich, PDG de D.I. Group (groupe LVMH), PDG de Tribune-Desfossés SA et directeur de la publication de La Tribune, PDG d’Investir Publications, PDG de Radio Classique

Philippe-Olivier Rousseau, directeur exécutif à BNP Paribas Média Télécom Finance, ancien directeur associé à la Banexi, ancien membre du CSA, ancien directeur de la radio et de la télévision à Eutelsat

Alain Trampoglieri, fondateur et directeur de la publication Elysée reporter et White House Reporter, fondateur et secrétaire général du Concours national des “Marianne d’Or”, fondateur et animateur de “Mairie Expo”, ancien responsable de la communication du Parti républicain

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Dominique Barella estime (dans Le Monde) que la pratique actuelle " renvoie l’image d’une élite complètement déconnectée ", et s’interroge sur les critères : " Qu’est-ce qu’on récompense ? ". L’USM déplore notamment que certains magistrats cumulent des décorations dans " quatre ou cinq ordres différents sans aucun rapport avec leurs fonctions ".

[2Source : La Correspondance de la Presse.

La meute des éditocrates

Des professionnels du commentaire.