Observatoire des media

ACRIMED

Le recul de la diffusion du Monde en deux versions

On peut être profondément en désaccord - c’est notre cas - avec les choix éditoriaux et les choix économiques effectués par la direction du Monde et s’inquiéter, dans l’intérêt même de la presse écrite, du recul de sa diffusion et, plus généralement, de l’érosion du lectorat des quotidiens généralistes nationaux. Mais les lecteurs ont le droit d’être informés, sans fard, de la situation quand elle devient, à bien des égards, alarmante. La direction du Monde en a décidé autrement.

Un article non signé paru dans Le Monde du 7 mai 2004 nous propose deux présentations quelque peu différentes de la diffusion du Monde en 2003.

- La première version est celle que présente le corps de l’article :

« Diffusion contrôle a fait connaître les résultats de ses contrôles OJD des publications du Monde pour l’année 2003. Sa diffusion payée totale a été de 389 249 exemplaires, soit une baisse de 4,38 % par rapport à 2002. Ce total regroupe sa diffusion payée France (345 231, soit - 4,44 %) et sa diffusion payée à l’étranger (44 018, soit - 3,96 %). La diffusion totale par numéro du Monde, incluant la diffusion gratuite, est de 398 939 exemplaires, en recul de 4,28 %. L’année 2003 est une mauvaise année pour la presse dans son ensemble, tant en diffusion qu’en recettes publicitaires. Malgré le recul de sa diffusion, Le Monde reste cependant en tête de la presse quotidienne nationale en 2003. [...] »

Résumons le sens de ce passage de l’article : la diffusion du Monde recule (c’est le plus important), mais il reste le premier (c’est une consolation).

- La deuxième version inverse et corrige l’impression que pourrait laisser la première. Or c’est celle du titre de l’article : «  En 2003, "Le Monde" est resté en tête de la presse quotidienne nationale  ».

Comme s’il s’agissait de l’information la plus significative...

... Que vient seulement relativiser le sous-titre (qui ne figure même pas sur le site du Monde) : « Sa diffusion payée totale a cependant baissé de 4,38%. Pour la première fois, sa diffusion payante on-line a été mesurée par Diffusion Contrôle ».

Ce n’est plus de l’information, mais du marketing...

Or peu nous importe que Le Monde reste « le premier », quand la diffusion de la quasi-totalité des quotidiens généralistes nationaux recule, et que celle du Monde (ainsi que l’article l’indique, mais sans le souligner) recule plus que celle de tous les autres !

Détails ? Oui détails... Mais de ceux qui permettent de s’interroger sur le souci de « transparence » dont Le Monde ne cesse de se prévaloir

 
  • Enregistrer au format PDF

Les jeux de l’été d’Acrimed : les vrais-faux débats

Entre débats faussement vrais et débats vraiment faux.

Loi Travail : retour sur la symbiose entre un journaliste de BFM-TV et un syndicaliste policier

Le maintien de l’ordre, un travail d’équipe.