Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > (...) > Le Magazine électronique

Le magazine électronique n°179

par Acrimed,




SOMMAIRE

1. Édito. Souscription 2018 : Soutenez Acrimed !
2. Médiacritique(s) : sortie du n° 27
3. Sur le site d’Acrimed
4. Sur d’autres sites
5. Actualité des médias
6. Livres, revues, journaux sur les médias


Depuis plus de vingt ans, Acrimed porte une critique des médias indépendante, radicale et intransigeante. Une critique des médias que nous essayons de faire vivre en faisant paraître depuis 2011 une revue trimestrielle, Médiacritique(s),en publiant sur notre site plusieurs articles chaque semaine, tous en accès libre, et en organisant des événements – les Jeudis d’Acrimed, les Journées de la critique des médias – qui eux aussi sont gratuits.

Acrimed est une association indépendante : nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions (sans être hostiles toutefois à des subsides qui respecteraient cette indépendance) ; ce sont ses adhérentes et ses adhérents qui définissent l’orientation de l’association, élisent le collectif d’animation, etc.

Cette indépendance et la pérennité de nos activités ont un coût : loin devant les abonnements et les ventes de notre magazine ou celles de la boutique, plus des trois-quarts de nos ressources proviennent des adhésions et de vos dons.


C’est pourquoi, cette année encore, nous faisons appel à vous et à votre générosité !


Vous pouvez faire des dons, cela ouvre droit à déduction fiscale.

Vous pouvez adhérer à l’association, si vous partagez notre critique des médias, et cela ouvre aussi droit à déduction fiscale.

Vous pouvez vous abonner à la revue Médiacritique(s).

Vous pouvez faire tout ça à la fois !



Le n°27 de Médiacritique(s), notre magazine trimestriel, est sorti de l’imprimerie, avec un dossier critiquant l’accompagnement des « réformes » de ces derniers mois, en particulier celle de la SNCF, par nombre des médias dominants. Vous retrouverez aussi le meilleur des productions d’Acrimed de ces derniers mois !

Ce numéro ne sera pas plus diffusé en kiosques que les précédents. Vous pourrez cependant le trouver dans quelques rares – mais d’autant plus précieuses – librairies listées sur notre site, ainsi que sur notre boutique en ligne.




3.1. Magazine, Acrimed Hebdo, Flux RSS

Nous vous proposons ci-dessous une sélection… sélective (puisque vous consultez le site régulièrement...) et un peu organisée.

De surcroît, Acrimed vous offre une liste qui complète celle-ci : Acrimed Hebdo. En vous inscrivant, vous recevrez la liste hebdomadaire des articles parus sur notre site. Pour s’inscrire, merci de contacter le secrétariat en écrivant ici, ou  !


3.2. Sélection d’articles publiés sur le site (avril 2018)

I. MOBILISATIONS SOCIALES

** Mobilisations étudiantes : les éditocrates face au péril jeune
Morgue, mépris et stupeurs des tauliers médiatiques face aux mobilisations des universités.

** Réforme de la SNCF (7) : les gardiens du consensus sont de retour
La crème de l’éditocratie en attente de « pédagogie ».

** Grève SNCF : la « galère des usagers » monopolise le 20h de France 2
Les grèves évoquées au seul prisme des perturbations qu’elles occasionnent.

** « Commémoration » et dépolitisation de mai 68 sur France Info
À propos de « Sous les pavés 2018 ».

** Lexique pour temps de grèves et de manifestations
La langue automatique du journalisme officiel est une langue de bois officielle.


II. INTERVIEW PRÉSIDENTIELLE

** Retour sur les entretiens présidentiels : qui invite qui ?
Pernaut, Bourdin et Plenel face à Macron : un laquais et deux bretteurs pour une opération de communication.

** Interview présidentielle : les éditocrates réclament la soupe !
Concert d’éditocrates pour un journalisme d’apparat.


III. SECTEUR PUBLIC DE L’INFORMATION

** Fabrice Fries, un spécimen de la noblesse d’État « élu » à la présidence de l’AFP
Une « vie » d’héritier, une « œuvre » de dégraisseur et un « projet » de marchandisation de l’information.

** Présidence de Radio France : six projets pour une même obsession managériale
Six machines de guerre plus ou moins subtiles contre le service public.

** Les candidatures à la présidence de Radio France : casting tragique au CSA
Six CV ronflants et six parcours prestigieux dont on peine à voir en quoi ils sauraient incarner (...)


IV. DIVERS

** Massacre à Gaza : contorsions cyniques dans les médias français
Ou comment renvoyer dos-à-dos des manifestants palestiniens désarmés et les snipers israéliens qui les ont criblés de balles.

** « Affaire Johnny » : des journalistes le mors aux dents
Retour sur « l’affaire de la décennie ».



Transidentités dans les médias : il est temps de sortir de la sidération (Slate.fr, 09/04) - « L’interview est intéressante. Et parce que Trystan Reese et son compagnon sont de bons clients, ils offrent un beau moment de visibilité aux personnes transgenres à la télévision française. Seulement, le tout est brouillé par le show Ardisson et notamment par ce bandeau que ses équipes ont cru bon d’ajouter en bas de l’écran pendant toute l’interview : "La maman est à gauche de l’écran". »

Laurent Delahousse très gêné en essayant d’aborder la sexualité d’Eddy de Pretto (20Minutes.fr, 09/04) - « Pendant l’interview, Laurent Delahousse n’a pas semblé toujours très à l’aise pour aborder la sexualité de son invité et sa relation avec la masculinité. Si Eddy de Pretto n’a jamais caché son homosexualité, le journaliste a eu de grosses difficultés à choisir ses mots. »

L’étrange ironie du « Canard Enchaîné » sur l’enseignement de la charia en Algérie (BuzzFeed, 10/04) - « L’hebdomadaire joue sur les peurs en sous-entendant que la charia est enseignée dans les collèges et lycées algériens. La réalité est plus nuancée que ça. »

Est-ce vrai, comme le signale Bernard-Henri Lévy que la Perse a été renommée Iran en référence aux théories raciales de l’Allemagne nazie ? (CheckNews.fr, 10/04) - « CheckNews a contacté plusieurs historiens français spécialistes de l’histoire de l’Iran. Aucun ne confirme la thèse énoncée par BHL selon laquelle, la Perse serait devenue l’Iran à cause de l’Allemagne nazie. »

Entre amateurisme, opacité et copinage, la dictature d’Apple News sur la presse en ligne (Marianne.net, 12/04) - « En promouvant tel ou tel article, ce titre-ci plus que cette marque-là, Apple – qui ne demande aucune rétribution pour ce service – a donc le pouvoir d’assurer la fortune et la renommée de certains et, au contraire, d’en écraser d’autres. Ce qui ne poserait pas de problème si l’accès à ce formidable espace publicitaire était réparti entre les titres selon des critères transparents et objectifs. Le hic, c’est que la firme à la pomme agit justement en toute opacité. »

Stéphane Simon, de Thierry Ardisson à la « réinformation » (Slate.fr, 20/04) - « Il faut dire que la page d’accueil de La France Libre laisse songeur. On y trouve par exemple, dans un champ lexical qui n’a rien à envier aux Fdesouche et autres Égalité et réconciliation, un édito sur le racisme anti-blanc. Ou cette promotion des Bobards d’or, cérémonie qui récompense tous les ans "les ’meilleurs des journalistes’, ceux qui n’hésitent pas à mentir délibérément pour servir le politiquement correct", organisée par la fondation Polemia, elle-même présidée par un certain Jean-Yves Le Gallou, ancien frontiste, théoricien de la préférence nationale. »

Yves Calvi et Pascal Praud en lutte contre la “zadisation” des esprits (Télérama.fr, 20/04) - « "On a deux journalistes du Figaro magazine qui se sont infiltrés pendant quelques jours à Tolbiac, révèle Carl Meeus. On est très loin des revendications contre ParcourSup. Il y a des cours proposés, c’est ’l’histoire coloniale du maintien de l’ordre’, ’les défis de la lutte queer’, je ne sais même pas ce que ça veut dire." Sans doute un truc sexuel, il paraît que c’est aussi l’orgie dans les amphis. »


Vous pourrez retrouver sur notre site le 15e épisode de notre série « Actualité des médias ». Au sommaire ce mois-ci, en avant-première :

I. Du côté des journalistes, des médiacrates et de leurs œuvres
- Fermeture de la chaîne NoLife et du magazine Têtu
- RSF veut lutter contre la “désinformation”
- Les Echos refusent une interview trop réécrite d’une ministre
- Grève à la SNCF : les journalistes télé interdits d’accès aux gares
- Manifestation à Paris : un photographe blessé à la tête après avoir été matraqué par un CRS
- Notre-Dame-des-Landes : information sous contrôle
- Le Média et Reporterre s’excusent après avoir diffusé une fausse nouvelle

II. Du côté des entreprises médiatiques et de leurs propriétaires
- Nominations à la tête de l’AFP, France Médias Monde et Radio France
- Les magazines hebdomadaires à la peine
- Plusieurs magazines avalés par Czech Media Invest
- Un mois d’avril chargé pour Vincent Bolloré
- Lobbying tous azymuts de TF1
- Le CSA valide la prise de contrôle de NextRadioTV par SFR
- Ouverture du capital de Corse Matin
- Un studio de jeu vidéo porte plainte contre Le Monde et Mediapart


De très bonnes, de bonnes et de moins bonnes lectures.
- Fontenelle (Sébastien), Chollet (Mona), Cyran (Olivier) et De Cock (Laurence), Les Éditocrates 2. Le cauchemar continue, La Découverte, avril 2018, 224 p., 14,50 euros.
- Jeanne-Perrier (Valérie), Les journalistes face aux réseaux sociaux ? Une nouvelle relation entre médias et politiques, MKF Editions, avril 2018, 176 p., 17 euros.
- Mambu (Dija), Peau noire, médias blancs, Iggybook, mars 2018, 198 p., 15 euros.
- L’Écossais (Sarah) et Quemener (Nelly), En quête d’archives. Bricolages méthodologiques en terrains médiatiques, LNA, avril 2018, 22 euros.
- Pachecus (Caroline), Médias, mondialisation et diversité culturelle. le cas de l’Afrique subsaharienne, L’Harmattan, mars 2018, 268 p., 28 euros.
- Le Temps des Médias, La fausse information de la Gazette à Twitter, Nouveau Monde, avril 2018, 25 euros.
- Tetu (Jean-François), Le récit médiatique et le temps. Accélérations, formes ruptures, L’Harmattan, mars 2018, 180 p., 19 euros.



Prochain magazine : juin 2018

Nous écrire

 
  • Enregistrer au format PDF

Souscription 2018Souscription 2018

A la une

Lire : Les plaisirs du journalisme, de Claude Angeli et Pierre-Édouard Deldique

Ce qu’enquêter (au Canard enchaîné) veut dire.

Grève SNCF : les théoriciens de l’essoufflement qui vient

Quand les médias n’ont de cesse d’annoncer la fin de la grève.

Actualité des médias n°15 (avril 2018)

Du côté des programmes, des informations et des entreprises médiatiques.