Observatoire des media

ACRIMED

Le magazine électronique n°170

par Acrimed,

Si vous ne parvenez pas à lire ce message correctement, cliquez ici.




SOMMAIRE

1. Souscription 2017 : on progresse, mais le compte n’y est pas encore !
2. Cadeau :
Médiacritique(s) N°23
3. Agenda
4. Sur le site d’Acrimed
5. Sur d’autres sites
6. Actualité des médias
7. Livres, revues, journaux sur les médias


Le 28 mars dernier, nous lancions un appel à souscription, avec un objectif de 60 000 euros, pour éviter de devoir faire face à des sérieuses difficultés financières et afin de poursuivre nos activités pour faire vivre une critique des médias radicale, par nos articles et nos interventions publiques. Ces activités ne pourraient voir le jour sans les forces bénévoles de nos adhérent·e·s ni sans le travail - hélas mal payé - de nos salarié·e·s. C’est aussi dans le but de pérenniser leurs emplois que nous faisons appel à votre générosité. Car tandis que les grands propriétaires des médias s’enrichissent toujours un peu plus, le tout en profitant d’aides publiques, nous ne fonctionnons que grâce aux cotisations, abonnements et dons de nos adhérent·e·s, lecteurs, lectrices et ami·e·s, sans recevoir de subvention d’aucune sorte.

Nous remercions une nouvelle fois, et très chaleureusement, toutes celles et ceux qui ont participé à la souscription depuis son lancement.

Mais force est de constater qu’à mi-parcours, le compte n’y est malheureusement pas encore, puisque nous avons reçu à ce jour environ 22 000 euros.

Alors, à tous ceux et toutes celles qui ont lu avec quelque intérêt ou satisfaction nos articles, aux hésitant·e·s et indécis·e·s qui n’auraient pas, jusqu’ici, franchi le pas, ou qui auraient oublié de le faire, nous disons : en versant quelques dizaines (ou quelques milliers…) d’euros, vous contribuerez, tout simplement, à faire vivre Acrimed pour les années à venir.

Vous nous permettrez de faire vivre une critique des médias radicale, engagée… et gratuite !


Acrimed a besoin de vous, Acrimed a besoin de sous !


Nous vous invitons donc à visiter notre boutique pour effectuer un don par carte bancaire et, pourquoi pas, à adhérer, avec la possibilité de vous abonner à Médiacritique(s). Et nous vous rappelons que les dons et les adhésions ouvrent droit à déduction fiscale.

Celles et ceux qui souhaiteraient nous faire parvenir un chèque – à l’ordre d’Acrimed – peuvent l’adresser au 39 rue du Faubourg-Saint-Martin, 75010 Paris.

Nous comptons sur vous pour convaincre vos ami·e·s, camarades, collègues, contacts et abonné·e·s des réseaux sociaux, de faire de même. N’hésitez pas à solliciter également votre famille, votre voisin·e, votre futur·e député·e, votre patron·ne ou votre éditocrate préféré·e.


Pour que vive l’indispensable critique des médias, soutenez Acrimed !


En octobre 2011, Acrimed se lançait dans une nouvelle et formidable aventure : publier un magazine trimestriel imprimé. Pari tenu ! Si bien tenu que notre dernier numéro paru en avril 2017 a été victime de son succès et est déjà épuisé ! En attendant le n° 24 et ses désormais fameux « Jeux de l’été », qui paraîtra au mois de juillet, nous vous offrons donc gratuitement le n° 23 et son dossier consacré à la « misère du journalisme politique ».

Voici donc le lien vers le .pdf de Médiacritique(s) n° 23 :


- Le 23, 24 et 25 juin prochains, Acrimed tiendra une table de presse au festival de la CNT, organisé à La Parole errante de Montreuil (9 Rue François Debergue, métro Croix de Chavaux).


4.1. Magazine, Acrimed Hebdo, Flux RSS

Nous vous proposons ci-dessous une sélection… sélective (puisque vous consultez le site régulièrement...) et un peu organisée.
De surcroît, Acrimed vous offre une liste qui complète celle-ci : Acrimed Hebdo. En vous inscrivant, vous recevrez la liste hebdomadaire des articles parus sur notre site. Pour s’inscrire, merci de contacter le secrétariat en écrivant ici, ou  !



4.2. Sélection d’articles publiés sur le site (mai 2016)

I. JOURNALISME DE PRESCRIPTION

** Les bacchanales de la vertu : retour sur l’entre-deux-tours de la présidentielle
Un journalisme de prescription des choix électoraux et d’écrasement des opinions (...)

** « Comment détester Mélenchon », par quelques médiacrates
Un échantillon de haine de caste.

II. LA DÉPOLITISATION EN MARCHE

** Les entretiens d’embauche de Laurent Delahousse avec Marine Le Pen et Emmanuel Macron
Des chefs-d’œuvre de politique dépolitisée.

** Le spectacle des préparatifs du grand débat : coulisses, décor et température
Un divertissement médiatique qui en prépare apparemment un autre : la confrontation (...)

III. MAINTIEN DE L’ORDRE

** Violences policières « en marge » des manifestations : les mots pour (ne pas) le dire
Petit lexique du maintien de l’ordre social.

** Le Monde d’Arnaud Leparmentier macronise la démocratie
Que valent des commentaires quand ils reposent sur une falsification ?

IV. INFORMER SUR LE VENEZUELA EN FRANCE

** « Affaires sensibles » sur Hugo Chávez et la « fermeture » de RCTV
Erreur d’appréciation ou mensonge persistant ?

V. TRANSFORMATION DES MÉDIAS

** Législatives 2017 : application scrupuleuse d’une règle absurde par le CSA
À quoi sert le CSA ? Quand l’expert-comptable du pluralisme sort sa calculette...

** Les projets du Président Macron pour les médias et l’audiovisuel public
… Un grand flou libéral qui prépare sans doute le pire, nourri par les réflexions libérales et pas (...)


- Quartier La Chapelle-Pajol : chronique d’une instrumentalisation politique (Le Bondy Blog, 29/05) - « Jamais la journaliste ne mentionne non plus dans son article les noms des deux associations "SOS La Chapelle" et "Demain La Chapelle" alors qu’elles sont les initiatrices de la pétition. Dans un entrefilet, la journaliste relaie bien cette initiative, en citant d’ailleurs quelques extraits de la pétition mais sans jamais dire qui en est à l’origine. Le lien de la pétition n’est pas non plus relayé ni sur la version web ni sur la version papier. Et pour cause : jeudi soir lorsque le papier a été publié, la pétition n’était pas encore mise en ligne. »

- « Les ‘‘médias libres’’ ne sont pas extérieurs au système médiatique » (Ina Global, 24/05) - « Oui, les "médias libres" sont souvent délégitimés par les dominants – du moins lorsqu’ils en connaissent l’existence – mais, là encore, pas tous de la même façon. Imaginez un large groupe qui serait le champ journalistique. Dans le sous-groupe des "médias libres", certains sont moins dominés que d’autres, car ils détiennent un peu plus de capitaux symboliques, techniques, etc. »

- « cyril hanouna » (lmsi.net, 23/05) - « "Cyril Hanouna", c’est le gars que t’as jamais compris. Pourquoi t’as besoin de faire ça ? Pourquoi t’as besoin d’humilier ton chroniqueur gay ? Pourquoi tu parles tout le temps d’homosexualité, comme si ça t’obsédait, 42 fois en un mois, ça veut dire des centaines et des centaines de fois par an, pourquoi c’est si grave, c’est quoi ton problème ? »

- « Ce qui caractérise la presse jeux vidéo, c’est la précarité, l’influence et les pressions » (LeMonde.fr, 19/05) - « "Je travaillais dans la presse auparavant. Les journalistes jeux vidéo, ce sont des fans que les employeurs peuvent mal payer, et pourquoi pas, faire travailler gratuitement", épingle Thierry Platon, vétéran de l’industrie du jeu vidéo et codéveloppeur du récent 2Dark, sur PC. »

- Pure-players : les plans de départ des vieux médias financent les nouveaux médias (Blog l’An 2000, 17/05) - « Tout se passe comme si la presse française avait trouvé le moyen de se régénérer par un mécanisme financier assez singulier. Les vieux journaux endettés versent de l’argent à leurs journalistes sous la forme d’un plan de départ ou d’une clause de cession dans le cas d’un rachat du média. Ces journalistes qui se retrouvent au chômage lancent alors leur journal en ligne. »

- Composition du gouvernement : le SMS mystère qui a « intoxiqué » TF1 (Libération.fr, 17/05) - « Lors du JT de France 2 de lundi, le journaliste s’appuie en partie sur la liste du fameux SMS pour esquisser les contours du futur gouvernement. Au même moment sur TF1, la chaîne reçoit Edouard Philippe. Le nouveau Premier ministre est accueilli par un sujet sur la possible composition du futur gouvernement… Un sujet dont il n’est pas très difficile de trouver l’unique source : si le conditionnel était utilisé, le journaliste de TF1 récite littéralement le SMS, n’omettant aucun des quinze noms. »

- Sur CNews, 5 hommes et 1 femme se demandent si « la parité est la chose la plus stupide de notre temps » (BuzzFeed, 17/05) - « Pascal Praud, qui souhaite "se faire un peu provocateur", suggère ensuite que Macron puisse choisir de nommer un gouvernement composé "de 15 hommes"... "ou de 15 femmes d’ailleurs". Alors qu’elle souhaite répondre à la question, la journaliste Isabelle Saporta est... immédiatement coupée. »

- Quand BFM TV repompe un article de Paris Luttes Info en toute discrétion... (Paris-Luttes.info, 11/05) - « Mais c’est bien la première partie qui nous intéresse puisqu’à y regarder de près on s’aperçoit que le travail de recherche mené par la journaliste est en fait complètement repris de... Paris Luttes Info. »


Retrouvez sur notre site le 5e épisode de notre nouvelle série « Actualité des médias ». Au sommaire ce mois-ci :

I. Du côté des journalistes, des médiacrates et de leurs œuvres

- « Mercato » médiatique : les sommités journalistiques échangent leurs postes
- Activisme inquiétant des patrons de télévision auprès du président Macron
- L’homophobie de Cyril Hanouna provoque un boycott de la pub sur C8
- L’organisation de la communication d’Emmanuel Macron critiquée par les médias dominants

II. Du côté des entreprises médiatiques et de leurs propriétaires

- Fusion de Vivendi et Havas : un danger pour les libertés ?
- Le ministère du Travail annule le licenciement du créateur du « Zapping »
- Le quotidien France-Antilles placé en liquidation judiciaire
- Facebook condamné par la CNIL
- La télévision et la radio publiques israéliennes brutalement réduites au silence



De très bonnes, de bonnes et de moins bonnes lectures.

- Belkaid (Akram), Levallois (Agnès) et Talon (Claire), Ilym, Irak, Libye, Yémen, médias : quel rôle pour les médias dans les pays en crise ?, L’Harmattan, avril 2017, 92 p., 12 euros.
- Collectif, Scandale à la une, Desinge et Hugo, avril 2017, 160 p., 16,95 euros.
- Ferron (Benjamin), Harvey (Nicolas) et Trédan (Olivier), Des amateurs dans les médias : légitimités, autonomie, attachements, Presses des Mines, avril 2017, 210 p., 29 euros.
- Luckerhoff (Jason), Médias et société : la perspective de la communication sociale, Presses Universitaires du Québec, mai 2017, 24 euros.
- Pinker (Roy), Faire sensation : de l’enlèvement du bébé Lindbergh au barnum médiatique, Agone, mai 2017, 17 euros.
- Piponnier (Anne), Monseigne (Annick) et Gramaccia (Gino), Le temps des précaires : approches communicationnelles de l’éphémère, Presses Universitaires Bordeaux, mai 2017, 23 euros.
- De Rochegonde (Amaury) et Sénéjoux (Richard), Médias : les nouveaux empires, First, avril 2017, 288 p., 16,95 euros.
- Rostan (Blaise), La publicité : enjeu du financement mixte de l’audiovisuel en Suisse, Slatkine, mai 2017, 192 p., 29 euros.



Prochain magazine : fin juin 2017

Le site d’Acrimed, observatoire des médias : http://www.acrimed.org/

N’hésitez pas à copier/coller et à transmettre tout ou partie des informations contenues dans ce message à celles et ceux qui pourraient être intéressé·e·s.

Vous pouvez également nous suivre et nous rejoindre sur


et également vous abonner à Médiacritique(s).

De trop nombreux messages nous reviennent parce que les boites-à-lettres des destinataires sont surchargées ou périmées. Nous supprimons automatiquement de notre base de données les adresses après deux retours (sans préavis, sans message d’alerte). Merci de votre compréhension.


Se désabonner en ligne
Se désabonner par mail
Signaler des difficultés
Nous écrire
 
  • Enregistrer au format PDF

« Emballement » : des médiacrates argentins s’insurgent contre un hélicoptère en carton

Un « emballement » qui, on s’en doute, n’aurait aucun équivalent en France.

Lire : L’information à tout prix, de Julia Cagé, Nicolas Hervé et Marie-Laure Viaud

Avec internet, la fatale propagation du copié-collé au détriment de l’information originale ?

À la « Une » des Inrocks : sexe ou sexisme ?

L’hebdomadaire qui refuse les normes, mais pas trop.