Observatoire des media

ACRIMED

« Le documentaire, un genre maltraité par la télévision » (vidéo d’un « Jeudi d’Acrimed »)

par Acrimed,

Le jeudi 21 février 2013 à 19 heures, Acrimed recevait à la Bourse du travail de Paris (3, rue du Château d’eau, Paris 10e) José Chidlovsky (producteur et réalisateur ), Dorine Brun et Julien Meunier (réalisateurs) pour un débat portant sur la place du documentaire à la télévision et sur les relations entre créateurs et diffuseurs.
Présentation du débat suivie de la vidéo.

Fin 2011, la Scam (Société civile des auteurs multimédia), l’une des principales sociétés de gestion de droits d’auteur audiovisuel publiait une enquête réalisée auprès de ces adhérents, réalisateurs et réalisatrices de documentaire. Cette enquête révélait l’emprise croissante des diffuseurs (responsables des cases documentaires à l’intérieur des chaînes de télévision) sur le choix des sujets et la forme de leur réalisation. Sur les 1000 personnes qui ont répondu au questionnaire, seules 8 % considéraient cette ingérence comme positive.

Les lois Tasca, en cassant l’outil de production de l’audiovisuel public, devaient permettre de faire émerger un secteur privé de production indépendant et aux services des créateurs. La réalité du secteur est aujourd’hui bien différente : une très large majorité de petites sociétés de production totalement dépendantes des desiderata des responsables de programmes et une profession d’auteur-réalisateur très largement précarisée, et donc de plus en plus soumise aux exigences des chaînes en termes de sujets traités et de formes d’écriture. Pour s’en convaincre, il suffit de savoir que pour la partie qualitative de l’enquête nombre d’auteurs n’ont accepté de répondre que sous couvert d’anonymat...

Quelle est donc l’économie du documentaire alors que les différentes chaînes de France Télévisions exercent un quasi monopole sur le secteur – que ce soit en termes de programmation, de variété ou de financement ? Dans quelles conditions les films sont-ils écrits, produits et réalisés ? Quels sont les critères de choix des responsables du documentaire des différentes chaînes publiques ? Quelles relations quotidiennes entretiennent les auteurs et les diffuseurs ? Quelle liberté de création est laissée aux premiers ? Le cinéma peut-il constituer une alternative viable pour ceux qui chercheraient à s’émanciper des requisits de la diffusion télévisée ?

 
  • Enregistrer au format PDF

Pseudo-journalisme politique au Parisien : ça va durer encore longtemps ?

Personnalisation partout, politique nulle part.

Ces médias qui ont besoin de notre soutien : le site d’informations Basta !

« Pour une information indépendante, sans publicités ni algorithmes. »